Archives
Année 2013
Année 2012
Année 2011
Année 2010
Année 2009
Année 2008
Année 2007
Année 2006
Année 2005
Année 2004
Année 2003
Année 2002
Année 2001
Année 2000
Santetropicale.com
Accueil La Bibliothèque de Santé tropicale Le Kiosque des revues médicales africaines Dictionnaire Internet Africain des Médicaments Actualités de la santé en Afrique Web médical africain Annuaire de la santé en Afrique Qui contacter ?
Le kiosque

Odonto-Stomatologie Tropicale Odonto-Stomatologie Tropicale
N°123 Septembre 2008

Ce numéro est encore disponible !
Commandez le


Au sommaire de ce numéro

L’effet négatif du tabac sur le parodonte dans une population marocaine
A. Bouziane, L. Benrachadi, R. Abouqal, O. Ennibi

Prévalence de la prothèse fixée et des parodontites apicales associées au Sénégal
Touré B, Kane AW, Mbodji EB, Ndiaye C, Bane K, Gaye F, Boucher Y.

Minor salivary gland tumours in a Nigerian hospital : a retrospective review of 146 cases
Gbotolorun OM, Arotiba GT, Effiom OA, Omitola OG.

Obésité et sante bucco-dentaire : spécificités du patient obèse au cabinet dentaire
A.E. Godlewski, J.L Veyrune, E. Nicolas

Détermination de la valeur moyenne de la pente condylienne du sujet africain mélanoderme
Konaté N.Y., Djérédou K.B., Kamagaté F.S., Thiam A., Pesson D. M., Assi K.D., Touré S.


 L’effet négatif du tabac sur le parodonte dans une population marocaine

Odonto-Stomatologie Tropicale n° 123 - Septembre 2008 - pages 5-10

Résumé

Objectif : Plusieurs études ont rapporté une association entre le tabagisme et la destruction parodontale. Le but de cette étude était de chercher l’effet néfaste du tabac sur l’état du parodonte dans une population marocaine.
Matériel et méthodes : Il s’agissait d’une étude de type exposé-non exposé menée auprès de 42 patients : 21 fumeurs et 21 non-fumeurs sélectionnés parmi les patients qui se sont présentés au service de parodontie de Rabat. Les patients fumeurs devraient avoir fumé pendant au moins 2 ans.
Les variables parodontales ont été évaluées sur le plan clinique (niveau de plaque, degré d’inflammation gingivale, profondeur de sondage, niveau d’attache clinique et récession gingivale) et le plan radiographique (niveau de perte osseuse).
Résultats : Il n’y avait pas de différence dans l’âge et dans l’indice de plaque entre les patients fumeurs et non-fumeurs. Pour les autres variables, les fumeurs présentaient plus d’inflammation que les non-fumeurs (IG = 1,83 versus 1,45 ; p = 0,03), un nombre de pertes d’attache (45,5 pour les fumeurs, et 13,6 pour les non fumeurs ; p = 0,01) et de poches parodontales (26 pour les fumeurs, et 6.3 pour les non fumeurs ; p = 0,01) plus important et avec une atteinte plus sévère (PA (perte d’attache) = 1,33 chez les fumeurs versus 0,72 chez les non-fumeurs ; p = 0,01). Le nombre de lyses osseuses est plus grand dans le groupe fumeur par rapport au groupe non-fumeur (6,36 versus 25 ; p < 0,001). La sévérité de la résorption osseuse est également plus importante (1,26 versus 0,43 ; p < 0,001). Il n’existe pas de différence statistiquement significative concernant les récessions gingivales.
Conclusions : Cette étude suggère que le tabac a un effet négatif sur le parodonte de la population marocaine étudiée. Chez les patients fumeurs, la prévalence et le risque de développer une parodontite sont plus élevés. Chez de tels patients, la profondeur de sondage, la perte d’attache et sa sévérité augmentent de façon significative. Le niveau d’os parodontal est significativement abaissé chez les patients qui consomment du tabac.
Mots-clés : Tabac, parodontite, perte tissulaire

Summary

Objective : Several studies have reported an association between smoking and periodontal destruction. The aim of this study was to investigate the harmful effect of tobacco on the periodontal condition of a Moroccan population.
Materials and methods : It was an exposed-non exposed study of 42 patients: 21 smokers and 21 non-smokers selected from patients attending the department of periodontology in Rabat. Smokers should have smoked at least 2 years. Periodontal variables were assessed clinically (level of plaque, degree of gingival inflammation, probing depth, attachment loss, and gingival recession) and peri-apical radiographs.
Results : There was no difference of age or level of plaque between smokers and no smokers. For the others variants, smokers had more inflammation than non smokers (GI = 1.83 versus 1.45 ; p=0.03), a number of attachment loss (45.5 for smokers, and 13.6 for non smokers; p =0.01) and periodontal pockets (26 for smokers, and 6.3 for non smokers; p =0.01) more important and with more severe damage (AL (attachment loss) = 1.33 in smokers versus 0.72 in non smokers; p =0.01). The number of surfaces with bone loss is higher in smoker’s group than non smoker’s group (25 versus 6.36; p<0.001). The severity of bone resorption is also important (1.26 versus 0.43; p<0.001). There wasn’t a statistically significant difference concerning gingival recessions.
Conclusions: This study suggests that tobacco has a negative effect in the periodonte of the studied Moroccan population. In smokers’ patients, the prevalence of risk to develop a periodontitis is higher. In such patients, the probing depth, attachment loss and its severity, increase significantly. Level of periodontal bone is significantly decreased in patients who consume tobacco.
Keywords : Tobacco, periodontitis, periodontal loss

Retour au Sommaire


 Prévalence de la prothèse fixée et des parodontites apicales associées au Sénégal

Odonto-Stomatologie Tropicale n° 123 - Septembre 2008 - pages 11-16

Résumé

Le but de cette étude était de déterminer radiographiquement la prévalence des prothèses fixées et des parodontites apicales associées dans une population sénégalaise. Un bilan radiographique rétro-alvéolaire de toutes les dents de 208 patients adultes (6234 dents) a été réalisé. La présence de prothèse fixée, l’état du péri apex des dents couronnées et la qualité du traitement endodontique associé ont été évalués. 7,69 % (n = 16) des patients avaient au moins une prothèse fixée. Le nombre total de dents couronnées était de 0,95% (n = 59). La prévalence était plus élevée au niveau molaire 40,67 % (n = 24) suivi du secteur antérieur 30,50 % (n = 18) et du secteur latéral prémolaire 28,81% (n = 17). Toutes les prothèses (100%) étaient réalisées sur des dents dépulpées dont seules 16,94 % (n = 10) présentaient des obturations canalaires techniquement acceptables. 53 % (n = 32) des dents avaient une parodontite apicale (PAI > 2). Les dents dont le traitement endodontique était techniquement inacceptable faisaient plus de parodontites apicale (p <0,05). Au niveau des dents avec ancrage radiculaire, celles dont la distance entre l’extrémité du tenon et l’apex était inférieure à 4 mm avaient significativement plus de parodontite apicale (64,28 %) (p < 0,05). Les résultats montrent une faible prévalence de prothèse fixée, une absence de prothèse sur dent vivante, une forte prévalence de parodontite apicale et de traitement endodontique techniquement inacceptable associés.
Mots-clés : Parodontite apicale, prothèse fixée, évaluation radiographique, épidémiologie

Abstract

The purpose of this study was to determine radiographically the prevalence of periapical periodontitis in teeth restored with crown in a Senegalese population. Full mouth periapical radiographs were obtained from 208 consecutive adult patients (6234 teeth) presenting as new patients to the Dental Service of the University. The presence of crown restorations, the periapical status and technical quality of root fillings associated were evaluated. 7.69% (n=16) of patients had at least one tooth that was crowned. The total number of crowns assessed was 0.95% (n = 59). The molars were the teeth most crowned 40.67% (n = 24) followed by anterior teeth 30.50% (n = 18) and premolars 28.81% (n = 17). All the crowned teeth had previous root canal treatment of which only 16.94% (n = 10) were acceptable. 53 % (n = 32) of the teeth had apical periodontitis (PAI > 2). Unacceptable root fillings were associated with a higher prevalence of periapical disease (p<0.05). Crown with a post extending more than 4 millimetres from the apex were associated with more periapical lesions 64.28% (p < 0.05). The results indicate a low prevalence of crowned teeth, an absence of vital preparation, a high prevalence of radiographic periapical disease and unacceptable root fillings associated.
Keywords : Periapical periodontis, crown, radiographic evaluation, epidemiology

Retour au Sommaire


 Minor salivary gland tumours in a Nigerian hospital : a retrospective review of 146 cases

Odonto-Stomatologie Tropicale n° 123 - Septembre 2008 - pages 17-23

Abstract

Purpose : This is a retrospective study of the location, diagnosis, sex and age distribution and treatment of minor salivary glands tumours of the upper aero digestive tract in Lagos, Nigeria.
Material and methods : Case files and radiographs of patients treated over a 24-year period were reviewed.
Results : These tumours constituted 40.4% of all salivary gland tumours in the series. The majority (62.3%) of these tumours was malignant, and the most common malignant tumour was mucoepidermoid carcinoma (19.2%). However, pleomorphic adenoma (34.2%) was the most common tumour overall. Both benign (67.2%) and malignant (23.9%) tumors were most frequently located in the palate. Both sexes were equally affected (Male-female ratio 1 to 1), but a higher proportion of benign tumours were found in the palate of females (75%) than their male counterparts (64%). Patients with adenoid cystic carcinoma were significantly older at presentation than those with pleomorphic adenoma and adenocarcinoma (P < 0.05).
Conclusion : These findings show that majority of these tumours were malignant (62.3 %), though pleomorphic adenoma was the most common tumour. They also confirm the high predilection of pleomorphic adenoma (61.8%) for the palate of Black Africans.
Keywords: Salivary gland, tumours, Black Africans

Résumé

But : Etude rétrospective sur la localisation, le diagnostic, le sexe et l’âge du traitement des tumeurs mineurs des glandes salivaires du haut appareil aéro-digestif à Lagos au Nigeria.
Matériel et méthodes : Les dossiers et radiographies de patients traités au cours d’une période de 24 ans ont été étudiés.
Résultats : Ces tumeurs ont constitué 40.4 % de toutes les tumeurs des glandes salivaires de notre série. La majorité (62.3 %) de ces tumeurs était maligne. La tumeur maligne la plus commune était le carcinome muco-épidermoïde (19.2 %). Toutefois, l’adénome pléomorphique (34.2 %) était la plus commune des tumeurs. Les tumeurs bénignes (67.2 %) ainsi que les tumeurs malignes (23.9 %) étaient le plus souvent localisées au palais. Les deux sexes étaient également touchés mais une grande proportion de tumeurs bénigne était localisée sur le palais des femmes (75 %) contre 64 % chez les hommes. Les patients atteints d’un carcinome cystique adénoïde étaient significativement plus âgés (sex-ratio : 1:1), mais une plus grande proportion de tumeurs bénigne a été retrouvé sur le palais des femmes. Les patients avec un carcinome cystique adénoïde étaient de façon significative plus âgé que ceux souffrant d’un adénome pléomorphique et d’un adénocarcinome (P <0.05).
Conclusion : Ces conclusions montrent que la majorité de ces tumeurs était maligne (62.3 %), bien que l’adénome pléomorphique soit la tumeur la plus commune. Elles confirment aussi une forte prédilection des noirs africains à être atteints d’un adénome pléomorphique palatin (61.8 %).
Mots-clés : Glandes salivaires, tumeurs, noirs africains

Retour au Sommaire


 Obésité et sante bucco-dentaire : spécificités du patient obèse au cabinet dentaire

Odonto-Stomatologie Tropicale n° 123 - Septembre 2008 - pages 25-32

Résumé

Depuis 20 ans, à l’échelle mondiale, la prévalence de l’obésité ne cesse de progresser que ce soit chez l’enfant ou chez l’adulte. L’obésité est fréquemment associée à d’autres pathologies, qu’elles soient cardiovasculaires, oncologiques, systémiques (diabètes) ou orales. Dans cette situation, le suivi de l’obésité et de ses co-morbidités nécessite une démarche pluridisciplinaire. 
L’obésité et les pathologies bucco-dentaires présentent des facteurs de risque communs, en particulier alimentaire. Il est en effet établi que l’alimentation a une incidence sur la santé bucco-dentaire. De manière similaire, un régime alimentaire déséquilibré augmente les risques de surpoids ou d’obésité. Ainsi, en raison de ces interrelations relevés, l’Organisation Mondiale de la Santé préconise d’intégrer la santé bucco-dentaire au programme global de santé.
Dans un premier temps, cet article présente les facteurs de risque communs à l’obésité et aux maladies bucco-dentaires. Les risques et les spécificités de la prise en charge des patients obèses au cabinet dentaire sont exposés par la suite. Consécutivement, un programme de prévention et d’éducation à la santé orale est proposé.
Mots clés: Obésité, Maladies bucco-dentaires

Summary

For 20 years, on a worldwide scale, the prevalence of obesity has always progressed as well in child as in adult. Obesity is frequently associated with other pathologies : cardiovascular, oncologic, systemic (diabetes) or oral. In this situation, the follow-up of obesity and its co morbidity needs a multidisciplinary approach.
Obesity and oral health pathologies have risk factors in common, particularly dietary one. Indeed, it is established that food affects oral health. In the same way, an unbalanced diet raises the risk of overweight or obesity. Thereby, owing to these inter relations, the World Health Organization advocates to insert oral health in the Program for Global Health.
First, this study presents the factors of risks that obesity and oral health diseases have in common. After, the risks and the specificity of the care of obese patients are outlined. Consecutively, a program of prevention and education of oral health is proposed.
Keywords: Obesity, Oral health diseases

Retour au Sommaire


 Détermination de la valeur moyenne de la pente condylienne du sujet africain mélanoderme

Odonto-Stomatologie Tropicale n° 123 - Septembre 2008 - pages 25-32

Résumé

L’objectif de ce travail était de déterminer la valeur moyenne de la pente condylienne du sujet africain mélanoderme et d’établir sa variation selon que la localisation de l’axe charnière est réelle ou arbitraire. Pour ce faire, nous avons réalisé une étude axiographique à l’aide du système « Quick-Axis » (FAG), chez 63 sujets en denture naturelle complète, et présentant une normoclusion de classe I d’Angle. Il en ressort que la valeur moyenne de la pente condylienne est de 44,28° en axe charnière arbitraire et de 45,7° en axe charnière réel. Mais cette différence n’est pas significative. Ainsi, malgré la situation postéro-supérieure du point d’émergence moyen de l’axe charnière réel du sujet africain mélanoderme, la valeur de leur pente condylienne, n’est pas statistiquement différente de celle déterminée en axe charnière conventionnel du système. L’enregistrement graphique du déplacement condylien par le «Quick-Axis» en propulsion est donc possible sans risque d’erreur dans le tracé et la reproduction des trajectoires mandibulaire.
Ce qui est d’un grand intérêt pour l’omnipraticien compte tenu de la simplicité de manipulation du système FAG.
Mots-clés : Pente condylienne, axe charnière, africain mélanoderme, axiographie, Quick-Axis

Summary
Determination of the average value of thecondylar slope of black African

The objective of this work was to determinate the average value of the condylar slope of black African subject and to set up its variation according to whether the localization of the hinge axis is real or arbitrary. With this intention, we made an axiographic study at 63 subjects presented complete natural teeth, with a normoclusion in class 1 of Angle.
The results of this study reveal that the average value of the slope condylar is 44,28° in arbitrary hinge axis and 45,7° in hinge axis real; and this difference is not statistically significant.
The graphic recording of condylar displacement by the “Quick-Axis” is thus possible without risk of error in the layout and the reproduction of the mandible movements which is of a great interest for the general practitioner taking into account the simplicity of handling of the FAG system.
Key words : Condylar slope, Hinge axis, Black African, axiography, Quick-Axis

Retour au Sommaire


Copyright © 2009 Santé tropicale - APIDPM.
Tous droits réservés - Site réalisé et développé par Santé tropicale - APIDPM