Archives
Année 2013
Année 2012
Année 2011
Année 2010
Année 2009
Année 2008
Année 2007
Année 2006
Année 2005
Année 2004
Année 2003
Année 2002
Année 2001
Année 2000
Santetropicale.com
Accueil La Bibliothèque de Santé tropicale Le Kiosque des revues médicales africaines Dictionnaire Internet Africain des Médicaments Actualités de la santé en Afrique Web médical africain Annuaire de la santé en Afrique Qui contacter ?
Le kiosque

Odonto-Stomatologie Tropicale Odonto-Stomatologie Tropicale
N°135 Septembre 2011

Ce numéro est encore disponible !
Commandez le


Au sommaire de ce numéro

Dentist’s knowledge and attitude towards informed consent taking in a Nigerian teaching hospital
A.T. Adeyemi, J.O. Kosoko, J.U. Ifesanya

Plantes médicinales au Sénégal et affections bucco-dentaires : Utilisation et intérêt
M. Diouf, D. Cisse, B. Toure, C.M.M Lo, D. Faye

CT scan study of fetal cranial base : interests of occipital bone measurements in age estimation
J. Sastre, D. Tardivo, A. Khemira, K; Chaumoitre, M. Panuel, M.D. Piercecchi-Marti, G. Leonetti, P. Adalian

Diabète et échecs précoces en implantologie orale
P. Niang, A. Ba, S. Dia Tine, B. Tamba, B.C. Gassama Barry, B. Diallo

Comparison of oral midazolam with combination of oral midazolam and nitrous oxide inhalation in relation to safety of dental sedation in young children
A.M. AL-Zahrani, A.H. Wyne, S. A. Sheta

Résorption radiculaire et traitement orthodontique
M. Sebbar, F. Bourzgui


 Dentist’s knowledge and attitude towards informed consent taking in a Nigerian teaching hospital

Odonto-Stomatologie Tropicale - Tropical Dental Journal - n° 135 - Septembre/September 2011 - pages 5-10

Abstract

Background and aim : There has been an increase in medical and dental knowledge in the world today. More and more people are getting to know their rights and cases of medical and dental liability is on the increase. Hence a proper approach towards obtaining informed consent in dental practice has become necessary. This study assessed dentists’ perception on informed consent taking for dental procedures.
Methodology : Self administered questionnaires were given to all dentists working in one of the teaching hospitals in the south west region of Nigeria. The questionnaires assessed the doctors’ ability to properly define informed consent, knowledge of aspects relevant to informed consent taking and procedures for which they felt informed consent should be taking routinely.
Results : The result revealed 10 out of 56 dentists (17.5%) were able to rightly and fully define informed consent. Almost all the dentists (98.4%) claimed to have taken informed consent at one time or the other, out of which 31 dentists (59.6%) claim that they always take verbal informed consent on routine dental treatment. However 21 (42%) of the dentists believed that informed consent scares patients, while 31 (54.5%) believed informed consent prepares patients better for the procedure. Generally the dentists agreed that the more invasive the dental treatment procedure was the more they felt informed consent should be taken.
Conclusion : Dentists knowledge about informed consent seems to be inadequate as only few of them   were able to define informed consent. However their attitude towards informed consent seems to be more positive as almost all claimed to have taken informed consent from patients at one time or the other. Therefore regular update about knowledge and significance of informed consent should be encouraged.
Keywords: Informed consent, liability, dental procedures

Résumé

Contexte et objectif : Il y a eu une augmentation des connaissances médicales et dentaires dans le monde aujourd’hui. De plus en plus de gens ont connaissance de leurs droits et les cas de mise en cause de responsabilité médicale et dentaire sont en augmentation. C’est pourquoi une démarche vers l’obtention du consentement éclairé dans la pratique dentaire est devenue nécessaire. Cette étude évalue la perception des dentistes sur le consentement éclairé pris lors de traitements dentaires.
Méthodologie : Des questionnaires auto-administrés ont été donnés à tous les dentistes travaillant dans l’un des hôpitaux d’enseignement de la région sud-ouest du Nigeria. Les questionnaires évaluaient la capacité des médecins à définir correctement le consentement éclairé, la connaissance des aspects pertinents du consentement éclairé et les traitements dentaires pour lesquels celui-ci devrait être pris systématiquement.
Résultats : Les résultats révèlent que 10 dentistes sur 56 (17,5 %) ont été capables de définir correctement et pleinement le consentement éclairé. Presque tous les dentistes (98,4 %) ont affirmé avoir demandé un consentement éclairé à un moment ou un autre, 31 dentistes (59.6%) ont affirmé qu’ils avaient toujours un consentement éclairé verbal sur les soins dentaires de routine. Toutefois 21 dentistes (42%) croient que cette demande de consentement éclairé effraie les patients, tandis que 31 dentistes (54.5%) croient que le consentement éclairé prépare mieux les patients au traitement dentaire. En règle générale, les dentistes pensent que plus le traitement dentaire est invasif plus le consentement éclairé doit être obtenu.
Conclusion : La connaissance des dentistes en ce qui concerne le consentement éclairé semble être inadéquate car seuls quelques-uns ont été en mesure de définir la notion de consentement éclairé. Cependant, leur attitude envers le consentement éclairé semble être plus positive car presque tous ont prétendu avoir pris un consentement éclairé des patients à un moment ou un autre. Par conséquent, des mises à niveau régulières sur les connaissances et la portée du consentement éclairé sont à encourager.
Mots-clés: Consentement éclairé, responsabilité, traitements dentaires

Retour au Sommaire


 Plantes médicinales au Sénégal et affections bucco-dentaires : Utilisation et intérêt

Odonto-Stomatologie Tropicale - Tropical Dental Journal - n° 135 - Septembre/September 2011 - pages 11-16

Résumé

La fin du siècle dernier et la décennie actuelle sont caractérisées par une évolution du concept de la santé et de la maladie dans le domaine public. L’Organisation Mondiale de la Santé définit les médecines traditionnelles comme “comprenant diverses pratiques, approches, connaissances et croyances intégrant des médicaments à base de plantes, d’animaux et/ou de minéraux, des traitements spirituels, appliqués seuls ou en association afin de maintenir le bien-être et de traiter, de diagnostiquer ou de prévenir la maladie”. En odontologie, les plantes utilisées sont nombreuses. L’objectif de cette étude était de décrire la phytothérapie utilisée contre les affections bucco-dentaires.
Pour mener cette étude, 10 articles et thèses, un mémoire, 2 ouvrages, 4 rapports et 2 coupures de presse portant sur la médecine traditionnelle/phytothérapie ont été consultés.
Plusieurs plantes africaines, suivant la forme d’utilisation, peuvent permettre de soulager ou de traiter la douleur dentaire et d’avoir des effets positifs contre la carie dentaire et les maladies des parodontales.
L’accessibilité géographique et financière associée à l’insuffisance du personnel qualifié font que les plantes pourraient constituer une alternative dans la prise en charge de certaines pathologies bucco-dentaires.
Mots-clés : Plantes médicinales, intérêt, santé bucco-dentaire, Sénégal

Abstract
Medicinal plants in Senegal and oral diseases: use and interest

The end of the last century and the present decade is characterized by an evolution of the concept of health and illness in the public domain. The World Health Organization defines traditional medicine as “comprising various practices, approaches, knowledge and beliefs incorporating medicinal herbal, animal and/or mineral, spiritual therapies, applied alone or in combination to maintain well-being and to treat, diagnose or prevent disease. In dentistry, the plants used are numerous. The objective of this work is to describe the herbal medicine used against oral diseases.
To conduct this study, 10 articles and theses, a brief, 2 books, 4 reports and 2 clippings on traditional medicine/herbal medicine were consulted.
Several African plants, in the form of use, can help relieve or treat dental pain and have positive effects against dental caries and periodontal diseases.
The geographic and financial accessibility associated with the lack of qualified personnel are the plants could be an alternative in the management of certain oral diseases.
Keywords: Medicinal plants, interest, oral health, Senegal

Retour au Sommaire


 3D CT scan study of fetal cranial base : interests of occipital bone measurements in age estimation

Odonto-Stomatologie Tropicale - Tropical Dental Journal - n° 135 - Septembre/September 2011 - pages 17-25

Abstract

Objectives :
Cranial base development during fetal life is of major interest for many research purposes. In this study, we focused on fetal age estimations which are extremely important in forensic contexts. Nevertheless, there have been very few studies using occipital measurements to determine fetal age.
Objectives : To evaluate change in the sagittal length/maximum width ratio of the basilar part of the occipital bone and to propose a simple and reliable method for fetal age determination.
Methods : A sample of 30 male and 7 female fetuses aged 24 to 41 weeks amenorrhea underwent CT scan. Occipital bones were reconstructed (Amira 4.0®) and measurements were carried out on each part.
Results : A multivariate analysis (ANOVA) gave an age formula using right exoccipital mea-surements and a linear regression supplied the age of reversion of the sagittal length/maximum width ratio.
Conclusion : This preliminary study clearly highlighted the promises of 3D CT-Scan studies of fetal cranial base and gave interesting results and the method deserves to be tested on a larger sample.
Keywords : Cranial base development, forensic anthropology, fetus, age estimation, 3D measurement, CT scan

Résumé

Introduction : Le développement de la base du crâne au cours de la vie fœtale est d’un intérêt majeur pour beaucoup d’études. Dans ce travail, nous nous sommes intéressés à l’estimation de l’âge fœtal qui est extrêmement important dans un contexte médicolégal. Cependant, très peu d’études d’estimation de l’âge se sont basées sur les mesures de l’os occipital afin de proposer des formules de prédiction.
Objectifs : Evaluer les changements du rapport de la longueur sagittale/largeur maximale de la partie basilaire de l’os occipital et proposer une méthode simple et fiable de détermination de l’âge fœtal.
Méthodes : L’échantillon de 30 sujets masculins et 7 sujets féminins âgés de la 24ème à la 41ème semaine d’aménorrhée ont été scannés. L’os occipital a été reconstruit (Amira 4.0®) et des mesures ont été prises sur chaque parties de cet os.
Résultats : Une analyse multivariée (ANOVA) nous a permis de mettre au point une formule de prédiction de l’âge utilisant les mesures de la partie latérale gauche et une régression linéaire a démontré l’inversion du rapport longueur sagittale/ largeur maximale.
Conclusion : Cette étude préliminaire a clairement démontré l’intérêt de l’étude 3D de la base du crâne fœtal et a donné des résultats intéressants nécessitant d’être confirmés par des travaux sur un échantillon plus large.
Mots-clés : Développement basi-crânien, anthropologie médicolégale, fœtus, estimation de l’âge, mesures tridimensionnelles, tomodensitométrie

Retour au Sommaire


 Diabète et échecs précoces en implantologie orale

Odonto-Stomatologie Tropicale - Tropical Dental Journal - n° 135 - Septembre/September 2011 - pages 26-32

Résumé

Les implants dentaires sont de plus en plus utilisés pour la réhabilitation orale des diabétiques.
Cependant, les taux de succès satisfaisants ne doivent pas occulter les échecs précoces associés à l’altération de l’ostéo-intégration.
Cette revue de la littérature fait le point des connaissances sur la relation entre le diabète et l’ostéo-intégration.
Les modèles expérimentaux de diabète montrent une diminution du contact os-implant par rapport aux témoins, qui peut être corrigée par l’insulinothérapie. Les taux de survie des implants à la 2ème phase chirurgicale chez les diabétiques contrôlés sont inférieurs à ceux observés dans la population générale, bien que comparables. L’augmentation des échecs associés à l’altération de l’ostéo-intégration est observée à la 2ème phase chirurgicale ; elle montre que le diabète est un facteur de risque en raison des atteintes microvasculaires.
Il est indispensable de suivre des recommandations préalables à la pose des implants dentaires chez les diabétiques. Le contrôle de la glycémie, l’antibioprophylaxie, les bains de bouche antiseptiques et les mesures d’hygiène permettent d’améliorer la survie des implants chez les diabétiques.
Mots-clés : Diabète, implants dentaire, implants dentaire endo-osseux, ostéointégration, échec implantaire

Abstract
Diabetes mellitus and early failures in oral implantology

It has become increasingly common for diabetic patients to be considered as candidates for dental implants.
However even though success rates of implant therapy in diabetic are high, this does not preclude failures. Failure to osseointegrate in the initial healing phase results in a fibrous tissue encapsulation of the implant and clinical mobility, leading ultimately to the failure of the implant.
This review presents the current knowledge regarding the effect of diabetes mellitus on the osseointegration of implants including pathophysiologic aspects as well as their potential implications on bone metabolism and osseointegration, implant success rate at the second-phase surgery and guidelines for pre and post-operative management.
In experimental models of diabetes mellitus, a reduced level of bone-implant contact has been shown, and this can be reversed by means of treatment with insulin. Compared with the general population, a higher failure rate is seen in diabetic patients. Most of these occur at the second-phase surgery, seemingly pointing to the microvascular complications of this condition as a possible causal factor.
It is necessary to take certain special considerations into account for the placement of implants in diabetic patient. A good control of plasma glycemia, together with other measures, has been shown to improve the percentages of implant survival in these patients.
Keywords : Diabetes mellitus, dental implants, dental implant, endosseous, osseointegration, implant failure

Retour au Sommaire


 Comparison of oral midazolam with combination of oral midazolam and nitrous oxide inhalation in relation to safety of dental sedation in young children

Odonto-Stomatologie Tropicale - Tropical Dental Journal - n° 135 - Septembre/September 2011 - pages 33-41

Abstract

The objective of the study was to compare the safety of 0.6 mg/kg oral midazolam sedation alone with a combination of 0.6 mg/kg oral midazolam and nitrous oxide-oxygen sedation during dental treatment of young children. The study had a crossover design where every patient received two different sedation regimens i.e. oral midazolam 0.6 mg/kg alone and oral midazolam 0.6 mg/kg with nitrous oxide-oxygen inhalation during two dental treatment visits. Thirty children (17 males and 13 females) were selected for the study with mean age of 55.07 (±9.29) months. Safety of the two regimens was evaluated by monitoring hemodynamic parameters (heart rate, blood pressure & oxygen saturation) and through observing the child for 24 hours post-sedation for any side effects such as nausea and vomiting. Very few changes in hemodynamics were noted from baseline during both the visits. However, the mean oxygen saturation level with oral midazolam and nitrous oxide-oxygen was significantly (p < 0.05) higher than oral midazolam alone. Postoperative side effects were very few and mainly remained limited to post-sedation drowsiness. It can be concluded that oral midazolam (0.6mg/kg) alone and oral midazolam (0.6mg/kg) plus nitrous oxide (30%-50%) sedation are both safe while providing dental treatment to children with behavior problems.
Keywords: Nitrous Oxide, Oral midazolam, sedation, safety

Résumé

L’objectif de l’étude était de comparer la sécurité de la sédation par 0,6 mg/kg de midazolam seul par voie orale avec 0,6 mg/kg de midazolam par voie orale et combiné au protoxyde d’azote-oxygène pendant le traitement dentaire des jeunes enfants. Cette étude était un essai croisé où tous les patients ont reçu deux schémas de sédation différents c’est-à-dire 0,6 mg/kg de midazolam seul par voie orale et 0,6 mg/kg de midazalom par voie orale associée à une inhalation de protoxyde d’azote-oxygène au cours de deux visites pour soins dentaires. Trente enfants (17 garçons et 13 filles) ont été sélectionnés pour l’étude avec un âge moyen de 55.07 mois (± 9.29). La sécurité des deux schémas a été évaluée par la surveillance des paramètres hémodynamiques (fréquence cardiaque, pression artérielle et saturation en oxygène) et par une surveillance post-sédation de 24 heures de l’enfant pour d’éventuels effets secondaires comme des nausées et des vomissements. Très peu de modifications hémodynamiques ont été notées lors des deux visites. Cependant, le niveau de saturation d’oxygène moyen avec le midazolam par voie orale et combinaison d’oxyde nitreux-oxygène a été significativement (p < 0,05) plus élevé que celui du midazolam administré seul. Les effets post-opératoires étaient peu nombreux et sont restés limités à une somnolence. On peut conclure que la sédation par le midazolam par voie orale (0.6 mg/kg) seul et le midazolam par voie orale (0.6 mg/kg) combiné au monoxyde d’azote sont tous deux sûrs pour prodiguer des soins dentaires à des enfants agités.
Mots-clés: Monoxyde d’azote, midazolam voie orale, sédation, sécurité

Retour au Sommaire


 Résorption radiculaire et traitement orthodontique

Odonto-Stomatologie Tropicale - Tropical Dental Journal - n° 135 - Septembre/September 2011 - pages 43-50

Résumé

Introduction : L’objectif de notre travail était d’étudier la prévalence des résorptions radiculaires au cours et en fin du traitement orthodontique et d’en évaluer la relation avec l’âge, le sexe et le traitement avec ou sans extractions.
Matériels et méthodes : Notre étude a porté sur 82 patients (51 femmes et 31 hommes) d’un âge variant entre 6 et 38 ans suivant leur traitement orthodontique au service d’orthodontie de Casablanca. L’évaluation des résorptions radiculaires a été réalisée sur des clichés panoramiques de début et de fin de traitement orthodontique. Les dents, de l’incisive centrale jusqu’à la première molaire avec ses deux racines mésiale et distale ont été observées. Leurs degrés de résorption radiculaire ont été relevés respectivement selon les normes ordinales en quatre degrés (4).
L’analyse des données a été effectuée par le logiciel Epi-info 6.0.
Résultats : Les incisives maxillaires étaient les dents les plus touchées. La corrélation entre l’âge et la résorption radiculaire était significative (p = 0,008). Les femmes étaient plus touchées par la résorption radiculaire (P = 0.002). Les patients traités avec extraction présentaient des résorptions radiculaires plus fréquentes (p = 0.12).
Conclusion : Nos résultats suggèrent que le traitement orthodontique est impliqué dans l’apparition des résorptions radiculaires. Les dents les plus fréquemment résorbées sont les incisives maxillaires. L’âge, le sexe et les extractions orthodontiques peuvent être considérés comme des facteurs associés aux résorptions radiculaires.
Mots-clés : Orthodontie, déplacement dentaire, résorption radiculaire, radiographie panoramique

Abstract
Root resorption and orthodontic treatment

Introduction : The aim of our study was to investigate the prevalence of root resorption during and at the end of orthodontic treatment and to assess its relationship with age, sex and treatment with or without extractions.
Patients and methods : Our study included 82 patients (51 women and 31 men) aged between 6 and 38 years, who received orthodontic treatment. Evaluation of root resorption was performed on panoramics at the beginning and at the end of orthodontic treatment. All the teeth were observed. The degree of root resorption was increased respectively by the standards in four ordinal levels (4). Data analysis was performed by Epi Info 6.0.
Results : Root resorption was present in all the teeth and maxillary incisors are the most affected. The correlation between age and root resorption was significant (p = 0.008). Women were more affected by resorption (P = 0.002). Patients treated with extraction showed more root resorption (p = 0.12).
Conclusion : Our results suggest that orthodontic treatment is involved in the development of root resorption. The most often teeth resorbed are maxillary incisors. Age, sex and orthodontic extractions can be considered as risk factors for root resorption.
Keywords: Orthodontics, dental displacement, root resorption, panoramic radiograph

Retour au Sommaire


Copyright © 2011 Santé tropicale - APIDPM.
Tous droits réservés - Site réalisé et développé par Santé tropicale - APIDPM