Archives
Année 2013
Année 2012
Année 2011
Année 2010
Année 2009
Année 2008
Année 2007
Année 2006
Année 2005
Année 2004
Année 2003
Année 2002
Année 2001
Année 2000
Santetropicale.com
Accueil La Bibliothèque de Santé tropicale Le Kiosque des revues médicales africaines Dictionnaire Internet Africain des Médicaments Actualités de la santé en Afrique Web médical africain Annuaire de la santé en Afrique Qui contacter ?
Le kiosque

Odonto-Stomatologie Tropicale Odonto-Stomatologie Tropicale
N°96 Décembre 2001

Ce numéro est encore disponible !
Commandez le


Au sommaire de ce numéro
Comparaison de la détection clinique et de la détection biologique de la carie dentaire
N'DOBO-EPOY P, GNAGNE-AGNERO KOFFI N.D.Y, SESS E.D, GUINAN JC , BAKAYOKO LY R.
Etude de la carie dentaire dans les écoles primaires publiques dépendant du centre de santé Nabil Choucair de Dakar (Sénégal)
C.M.LO; D.FAYE, F. GAYE; D.CISSE; A. A. YAM
Type facial, forme dentaire et cosmétique
GNAGNE-AGNERO KOFFI N.D.Y., MANSILLA-ABOUATTIER E., ADIKO E. E., DA-DANHO V.,
The antimicrobial effects of seven different types of asian chewing sticks
DR K. ALMAS
Le noma de l'enfant en milieu hospitalier de Bobo-Dioulasso : Aspects épidémiologiques, cliniques et prise en charge.
TALL F., KI-ZERBO G., OUEDRAOGO I., GUIGMA Y.
Noma et VIH. A propos d'une observation au centre hospitalier national de Bobo-Dioulasso (Burkina Faso)
KI-ZERBO G.A., GUIGMA Y.
Ostéite nécrosante de l'angle mandibulaire avec asymétrie faciale secondaire à une extraction dentaire. A propos d'un cas.
BENGONDO CH., BITHA T., NGOA S., FEWOU A., BENGONO G.
Massive osteolysis of the maxillo-facial bones : Case report and review of the litterature
H. BENHALIMA MD, A. LAZRAK MD, M. BOULAICH MD, M. MEZAHI MD, A. OURLAI, MD, M. KZADRI MD, A. AMARTI, M. SAIDI

Comparaison de la détection clinique et de la détection biologique de la carie dentaire

Lire l'article complet (PDF)

La carie dentaire, fléau mondial, pose un problème de prise en charge dans les pays en voies de développement tel que la Côte d'Ivoire où le coût des soins dentaire est trop élevé pour la population qui généralement consulte très tardivement les centres de soins dentaires et les cabinets dentaires (1).
Cette maladie dentaire se manifeste par une déminéralisation (9) et évolue vers la cavitation avant de détruire totalement la dent (7).
Elle revêt deux formes : une dite évolutive, témoin de la progression de la déminéralisation et l'autre dite arrêtée traduisant l'arrêt de la déminéralisation et ou l'initiation voir l'installation d'une reminéralisation.
Ces deux formes impliquent des approches thérapeutiques différentes. Celle permettant la préservation du tissu dentaire est liée à une détection précoce de la maladie carieuse très recommandée (4, 7, 8), elle a favorisé l'essor de nombreuses méthodes de détection carieuse. Plusieurs se sont avérées plus précises que l'exploration clinique telle que celle utilisant l'Electrical Caries Monitor de Lode qui mesure la résistance électrique du tissu dentaire (2, 5, 6).
Au plan biologique, la phosphatase alcaline (PAL), enzyme sérique témoin de l'activité ostéoblastique et odonto-blastique montre une hyperactivité face à une solution de continuité telle que celle survenant dans la carie. La mesure de l'activité de cette enzyme révèle-t-elle ces différentes formes carieuses ? Afin de proposer une thérapeutique préventive accessible et adéquate en milieu ivoirien, l'objectif de cette étude est de vérifier le caractère précoce de la détection carieuse par la détermination de l'activité de la phosphatase alcaline.

Retour au Sommaire


Comparaison de la détection clinique et de la détection biologique de la carie dentaire Lire l'article complet (PDF)

La carie dentaire, fléau mondial, pose un problème de prise en charge dans les pays en voies de développement tel que la Côte d'Ivoire où le coût des soins dentaire est trop élevé pour la population qui généralement consulte très tardivement les centres de soins dentaires et les cabinets dentaires (1).
Cette maladie dentaire se manifeste par une déminéralisation (9) et évolue vers la cavitation avant de détruire totalement la dent (7).
Elle revêt deux formes : une dite évolutive, témoin de la progression de la déminéralisation et l'autre dite arrêtée traduisant l'arrêt de la déminéralisation et ou l'initiation voir l'installation d'une reminéralisation.
Ces deux formes impliquent des approches thérapeutiques différentes. Celle permettant la préservation du tissu dentaire est liée à une détection précoce de la maladie carieuse très recommandée (4, 7, 8), elle a favorisé l'essor de nombreuses méthodes de détection carieuse. Plusieurs se sont avérées plus précises que l'exploration clinique telle que celle utilisant l'Electrical Caries Monitor de Lode qui mesure la résistance électrique du tissu dentaire (2, 5, 6).
Au plan biologique, la phosphatase alcaline (PAL), enzyme sérique témoin de l'activité ostéoblastique et odonto-blastique montre une hyperactivité face à une solution de continuité telle que celle survenant dans la carie. La mesure de l'activité de cette enzyme révèle-t-elle ces différentes formes carieuses ? Afin de proposer une thérapeutique préventive accessible et adéquate en milieu ivoirien, l'objectif de cette étude est de vérifier le caractère précoce de la détection carieuse par la détermination de l'activité de la phosphatase alcaline.

Retour au Sommaire


Etude de la carie dentaire dans les écoles primaires publiques dépendant du centre de santé Nabil Choucair de Dakar (Sénégal) Lire l'article complet (PDF)

La carie dentaire est considérée comme le 4ème fléau mondial derrière les cancers, les maladies cardiovasculaires et le SIDA, par l'Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.) (5). Dans la plupart des pays industrialisés, ces vingt dernières années se sont traduites par une réduction importante de la prévalence de la carie dentaire alors que dans les pays en développement, non seulement il n'y a pas eu de réduction mais on observe même une recrudescence du processus carieux.
Le déclin de la carie dans les pays industrialisés est essentiellement attribué à des programmes de prévention et d'éducation pour la santé bucco-dentaire. Notre travail est donc destiné à déterminer la prévalence de la carie chez des enfants des cours d'initiation (CI) des écoles primaires publiques en vue de la mise en place d'un programme de prévention et d'éducation pour la santé bucco-dentaire.

Retour au Sommaire


Type facial, forme dentaire et cosmétique

Lire l'article complet (PDF)

Le maquillage et les cosmétiques jouent un rôle essentiel dans la réalisation de l'esthétique. Celle-ci doit reposer sur le souci d'une harmonisation entre la forme, la teinte et les dimensions des dents et tous les paramètres généraux et locaux du cadre qui leur sont donnés tels que le sexe, l'âge, la personnalité, le type constitutionnel, la forme du visage, la coloration des téguments et surtout la position des dents par rapport aux lèvres.
Il est important de rappeler que l'esthétique, en fait, concerne normalement le sexe féminin pour lequel cela devient un atout, cependant dans certains milieux de plus en plus d'hommes ont adhéré à l'utilisation de produits cosmétiques pour améliorer leur image. (Pour preuve, la plupart des fabricants de cosmétiques ont développé des lignes de produits cosmétiques pour hommes)
En odontologie conservatrice, la perte coronaire d'une dent sans référence adjacente pose le problème du choix de la forme à conférer. En prothèse adjointe, il a été recommandé de faire concorder la forme des dents à la forme du visage pour le montage des dents antérieures.
Exemple : dents carrées sur visage carré. Cela est-il valable pour nos populations africaines ? Sinon quel comportement adopter ?
Notre étude a pour objectif de définir les différents types faciaux et de préciser les différentes formes de dents rencontrées tout en proposant un maquillage en fonction de ces deux éléments.

Retour au Sommaire


The antimicrobial effects of seven different types of asian chewing sticks

Lire l'article complet (PDF)

The Babylonians recorded the use of chewing sticks in 7000 BC and its use ultimately spread throughout the Greek and Roman Empires. Chewing sticks were also used by Egyptians, Jews and in the Islamic Empires.
References to the chewing sticks can be found in the Talmud as the Quesum, the Siwak, Miswak and Arak. Its use as a chewing stick was documented in the Arabian Muwasa by Al Washah written in AD 900. It is believed that the counterpart of the modern day toothbrush was unknown in Europe until about 300 years ago. (1)
Now-adays chewing sticks (miswak) is being used in Africa, South America, the Middle East and Asia. It has different names in different societies for instance; miswak, siwak or arak is used in the Middle East, miswaki, in Tanzania, datan in India and Pakistan. Its use is deeply routed in many cultures. (1)
There are various plants which are used as chewing sticks in West Africa, the lime tree (Citrus aurantafolia) and the orange tree (citrus sinensis) sometimes provides chewing sticks. The roots of the senna (Cassia vinnea) were used by American Negroes and those of African Laburnum (Cassia sieberianba) were used in Sierra Leone. Neem (Azadirachta indica) is widely used to provide chewing sticks in the Indian subcontinent. (2)
Several studies have been reported on the antibacterial effects of chewing sticks on cariogenic bacteria, such as Streptococcus mutans on periodontopathogens particu-larly Bacteriodes species (3-8) and inhibitory action on dental plaque formation. (9)
However, a review of the litterature has shown that no previous investigation has compared the antibacterial effects of different Asian chewing sticks. The aim of this study was to compare the antimicrobial effect of aqueous extract of seven different types of chewing sticks found in Pakistan and other Asian countries.

Retour au Sommaire


Le noma de l'enfant en milieu hospitalier de Bobo-Dioulasso : Aspects épidémiologiques, cliniques et prise en charge

Lire l'article complet (PDF)

Le noma, ou cancrum oris, du grec "dévorer", est une affection connue depuis l'antiquité et désignée sous ce nom par Lund en 1762 [1].
En Afrique, ENWONWU, CLAVEAU, GUIGMA ont, parmi d'autres, contribué à la connaissance des facteurs étiologiques et des formes cliniques de cette affection [2, 3, 4, 5, 6]. Parmi les facteurs incriminés dans la pathogénie du noma, la malnutrition protéino-calorique, les carences en vitamines, les infections (en particulier la rougeole et l'infection par le VIH) sont les plus souvent cités. Ces affections, par leur expression stomatologique et leurs conséquences sur l'état général, font le lit de la gangrène caractéristique [2, 5, 6, 7]. Les endémies parasitaires et la mauvaise hygiène participent au faisceau de déterminants du noma [6]. ENWONWU insiste sur le rôle de la première dentition et des parodontopathies comme primum movens de la maladie. Le rôle des germes anaérobies ou d'associations poly-microbiennes incluant, Fusobacterium necrophorum, Bacteroïdes fragilis, Borrrelia vincenti, Fusiformis fusiformis, est souligné par de nombreux auteurs [1, 8, 9].

Retour au Sommaire


Noma et VIH. A propos d'une observation au centre hospitalier national de Bobo-Dioulasso (Burkina Faso)

Lire l'article complet (PDF)

Le noma ou Cancrum oris est une stomatite gangreneuse à point de départ parodontale entraînant des destructions mutilantes des parties molles et des os de la face. Le pronostic vital peut être engagé du fait des complications infectieuses ou de l'étendue des destructions.
Classiquement elle était l'apanage de l'enfant malnutri, débilité survenant souvent au décours de maladies parasitaires ou virales (rougeole compliquée) en zone tropicale. Les cofacteurs infectieux habituellement incriminés incluent également :
- La mauvaise hygiène buccale et la survenue d'une gingivite nécrosante,
- L'immunodéficience,
- Le développement d'anaérobies tels Borrelia vincenti, Bacteroides melanogenicus,
- Les toxines nécrosantes de germes tels Fusobacterium necrophorum,
- Les thromboses locales conduisant à une ischémie dans le territoire des artères faciales ou maxillaires internes [1],
- Une capillarite infectieuse sans topographie vasculaire systématisée.
Le Coustour incrimine la gingivite ulcéro-nécrotique aiguë (G.U.N.A.) ou stomatite de Vincent comme primum movens du noma [2]. Le traitement en phase aiguë comporte une antibiothérapie parentérale et synergique, une alimentation hyper-protidique et hypercalorique, une rééquilibration hydro-électrolytique et des transfusions, un nettoyage des lésions à l'aide d'antiseptiques et une exérèse des escarres nécrotiques et séquestres osseux. Pour les lésions évoluées, une chirurgie reconstructive ou de correction des séquelles doit être réalisée ensuite sur un malade à l'état général rétabli de préférence après 6 mois [1, 3].
Selon l'atteinte séquellaire, (synostoses, ankyloses tem-poro-mandibulaires, pertes de substance), on utilise la technique du lambeau delto-pectoral modifié de Couly et la commissurotomie d'agrandissement de LAGROT [3].

Retour au Sommaire


 Ostéite nécrosante de l'angle mandibulaire avec asymétrie faciale secondaire à une extraction dentaire. A propos d'un cas

Lire l'article complet (PDF)

II s'agit d'une dame, âgée de 38 ans, foulard noué autour du visage, venue consulter pour aspect disgracieux lié à une volumineuse joue droite reposant sur l'épaule.
A l'âge de 33 ans, Madame X a subi l'extraction d'une dent de sagesse "48" douloureuse, très traumatique. Après cette extraction, le praticien lui aurait prescrit des antibiotiques et des anti-inflammatoires. Le saignement post-opératoire a été abondant. Malgré la prise des médicaments prescrits, la joue ne faisait que gonfler et les douleurs s'accentuaient. Une autre série de médicaments fut prescrite, en vain. Entre temps, est survenu un trismus.
Madame X se décide à changer d'hôpital pour rencontrer un autre praticien, malheureusement sans plus de résultats positifs qu'au départ. Après cet échec, elle aurait jeté son dossier médical sous prétexte qu'il ne lui servait plus à rien.
Devant ces difficultés, Madame X a été informée qu'il s'agirait d'un sort qu'on lui a lancé au village pour une histoire de terrain, et que sa guérison ne viendra que de tradi-praticiens. C'est ainsi que notre patiente a déserté les hôpitaux pour consulter tradi-praticiens et marabouts. Après des scarifications, incantations, décoctions et massages à répétition, aucun soulagement n'était survenu. Voyant que malgré toute sa volonté, sa joue demeurait très volumineuse et pesait, Madame X s'est remise à Dieu, en s'inscrivant simultanément dans trois groupes de prière.
Après huit mois de prières assidues sans changement, la patiente a sombré dans le désespoir et la dépression. Se ressaisissant, elle a demandé à sa famille de rentrer dans un hôpital pour y suivre un traitement. Cette hypothèse a été refusée, sous prétexte qu'elle trouvera la mort si une intervention est tentée.
Après quatre mois d'hésitation, sous les conseils et l'insistance de ses voisines, elle est venue consulter dans notre service. En dénouant son foulard, son aspect facial était celui de la figure 1.

Retour au Sommaire

Copyright © 2009 Santé tropicale - APIDPM.
Tous droits réservés - Site réalisé et développé par Santé tropicale - APIDPM