Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Suivez-nous :



Affiche prévention Covid-19 Bénin

Affiche prévention Covid-19 Bénin


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juin 2020
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Archives
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2020
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

Congo-BrazzavilleLe secteur de la santé accuse un déficit de 40% en personnel

Les dépêches de Brazzaville | Congo-Brazzaville | 28/07/2020 | Lire l'article original

Répondant aux préoccupations des sénatrices, Marie Rosine Ndongo et Massoussa, née Kombila Matéo Odette, le 23 Juillet à Brazzaville à l'occasion de la traditionnelle séance des questions orales avec débats au gouvernement, sur la qualité et la quantité du personnel soignant ainsi que sa prise en charge, la ministre en charge du département, Jacqueline Lydia Mikolo, a laissé entendre que le secteur a perdu plus de 40% de son personnel actif ces trois dernières années.

« Le secteur de la santé a perdu plus de 40% de son personnel actif ces trois dernières années à cause des départs pour la retraite et dans le cadre de la revitalisation des districts sanitaires, le ministère a eu à faire recours aux bénévoles stagiaires sur une base contractuelle et volontaire en attendant leur intégration à la fonction publique », a-t-elle déclaré.
Quant à leur prise en charge, « celle-ci était garantie par la ligne budgétaire logée dans le budget d'investissement. Elle est assurée par les ressources provenant du budget de transfert plus facile à mobiliser, ce qui a permis le paiement de certaines allocations », a-t-elle renchéri.

Abordant la situation actuelle de la pandémie, Jacqueline Lydia Mikolo a rappelé à la représentation nationale que dès le début de la maladie à Coronavirus, Covid-19, dans le monde et dans notre pays dès le 14 mars de cette année, le gouvernement s'était doté d'un plan de riposte pour contenir la pandémie.
Ce premier plan qui venait d'être révisé a été au départ révisé à 21 milliards puis à 22, a-telle signifié. Le pays compte aujourd'hui 2934 cas dont 700 guéris et 51 décès. Il y a 8 sites de prise en charge avec 60 équipes d'intervention.

Sur les interventions liées à la prise en charge, on peut dire qu'en ce qui concerne les centres retenus à ce jour, les travaux de réhabilitation convenus dans tous les sites retenus par le gouvernement sont exécutés à environ 95%. L'essentiel de ces sites hébergent déjà les passions.

Quant aux équipements, le gouvernement a réussi à renforcer le plateau technique de ces sites pour lesquels une livraison de 300 lits a été rendue possible dans les sites de Pointe-Noire et Brazzaville. 700 lits en cours d'acheminement seront installés dans les prochains jours.
En outre, le gouvernement a reçu 30 respirateurs avec leurs moniteurs pour garantir la fonctionnalité de ces respirateurs. 1500 filtres et accessoires ont été acquis.

S'agissant des produits de prise en charge, « Nous sommes heureux d'annoncer que depuis le début de la riposte face à la Covid-19, les molécules du protocole thérapeutique convenues de commun accord avec tous les sachants dans ce domaine sont disponibles et n'ont pas connue de rupture. Nous disposons à ce jour un stock de médicaments de 30.000 patients et le pays dispose d'une autonomie d'environ 6 mois en oxygène ».
Cependant des efforts pour réaliser le dépistage, la mise en œuvre de la stratégie de dépistage à grande échelle couplée à la difficulté des entrants tendent un peu à annihiler les efforts de rendre rapides les résultats de laboratoire. A cette difficulté, s'ajoute celle liée aux ressources humaines qualifiées ainsi qu'à la faible motivation de ces mêmes ressources.

Jean Jacques Koubemba

Retour


CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !