Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Médecine du Maghreb - Revue médicale internationale Maghrébine - Plus d'informations


Suivez-nous :



Affiche prévention Covid-19 Bénin

Affiche prévention Covid-19 Bénin


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2020
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Archives
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2020
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

BéninDr Freddy Gnangnon sur le cancer de sein : « Il y a cinq traitements qui sont importants dans la prise en charge »

Actu Bénin | Bénin | 14/10/2020 | Lire l'article original

Chaque année, le mois d'octobre est consacré à la sensibilisation au cancer du sein, afin d'attirer une plus grande attention sur la maladie, de favoriser la prise de conscience, et d'accroître le soutien apporté au dépistage précoce et au traitement ainsi qu'aux soins palliatifs de la maladie. Dans une interview accordée à la radio Océan Fm, mardi 13 octobre 2020, Dr Freddy Gnangnon, chirurgien spécialiste de la prise en charge du cancer et point focal cancer au niveau du Ministère de la santé, parle entre autres du dépistage et du traitement du cancer au Bénin. Lire ci-dessous, l'intégralité de l'entretien.

Océan Fm : Depuis quelques années, le mois d'octobre est dédié à la sensibilisation sur le cancer du sein, le cancer le plus diagnostiqué chez la femme. Avant de parler du cancer de sein, c'est quoi le cancer en général ?

Dr Freddy Gnangnon : Il faut savoir que notre organisme est composé de milliards de cellules. Les cellules sont de petites unités qu'on ne voit pas à l'œil nu, qu'on ne voit qu'au microscope. Ces cellules, fonctionnent de manière très harmonieuse, chaque cellule se multiplie de façon bien déterminée pour accomplir une fonction bien précise qui est régulée par l'organisme. Le cancer, c'est quand il y a une multiplication anarchique, incontrôlée de cellules de notre organisme qui échappe au mécanisme de régulation de l'organisme. Alors, ces cellules qui se multiplient de façon incontrôlée, vont finir en général par développer ce qu'on appelle Tumeur, c'est-à-dire des masses, des boules au sein de l'organe. Elles vont réussir en général à détruire cet organe et elles ont même la capacité de quitter cet organe-là, d'aller dans certains liquides biologiques de l'organisme pour aller détruire d'autres organes à distance.

Et comment elles attaquent le sein ?

Le cancer du sein, c'est un cancer développer au dépend du sein. C'est une tumeur bannir, développer au dépend du sein, c'est-à-dire que certaines cellules du sein, commencent à se multiplier de manière anarchique et incontrôlée, finissent par détruire le sein et donc ont la capacité d'aller créer des tumeurs secondaires dans d'autres organes comme le poumon, le foie et le cerveau par exemple.

Est-ce qu'il y a des signes qui annoncent la présence du cancer ?

Oui, il y a des signes qui peuvent faire suspecter le cancer de sein. Mais il y a deux problèmes avec ces signes. Premièrement, lorsque ces signes sont présents, cela montre déjà que la maladie est trop tardive. Deuxième problème, ces signes ne sont pas spécifiques. D'autres maladies du sein peuvent présenter les mêmes signes. Mais, étant donné qu'il existe des signes, il faut que nous puissions en parler. Je vais donc en donner quelques-uns. Il peut s'agir d'une modification de la peau du sein. Le sein peut commencer à avoir un aspect dur, plus ou moins inflammatoire. On parle d'aspect à peau d'orange. Quand la peau au niveau du sein commence par ressembler à la pelure d'orange, il faut s'inquiéter. Il peut s'agir d'une déformation ou déviation du mamelon. Il peut s'agir d'un écoulement au niveau du mamelon. Cet écoulement est plus inquiétant puisque c'est un seul mamelon qui coule du liquide et ce liquide est sanglant. Il peut aussi s'agir, et c'est très souvent ce qui amène les femmes à consulter, de l'apparition d'une boule dans le sein. Il peut s'agir aussi de l'apparition d'un ganglion dans l'aisselle et parfois, il peut s'agir de l'apparition d'une masse ou d'un ganglion dans une autre partie du corps. Et, à ce moment-là, le médecin fera le rapport avec une autre pathologie du sein. A l'heure où nous sommes, au 21ème siècle, il ne faut plus attendre ces signes pour consulter.

Comment le cancer évolue-t-il ?

En général, lorsque le cancer va commencer au niveau du sein, si le diagnostic n'a pas été fait et que le traitement n'a pas été fait, les cellules cancéreuses vont migrer dans les ganglions. En général, ces ganglions, c'est les ganglions qui sont au niveau de l'aisselle. C'est pour cela parfois, le premier signe que la patiente reçoit, cela peut être l'apparition d'un ganglion et c'est en recherchant qu'on trouve en fait la tumeur qui était au niveau du sein et qui est passé inaperçu. Si à ce stade-là, la maladie n'a pas été diagnostiquée, les cellules sanguines vont évoluer vers les organes nobles. Et, lorsqu'à ce stade, le traitement n'est pas proposé, alors l'évolution peut se faire malheureusement vers la mort du malade et c'est souvent ce que nous observons dans notre contexte.

Quand le diagnostic du cancer de sein est confirmé, quel est le traitement que vous proposez aux patients ?

Alors, il faut retenir que le traitement du cancer est pluri-disciplinaire et en général, il faut administrer par plusieurs spécialistes du cancer. De manière schématique, il y a cinq traitements qui sont importants dans la prise en charge du cancer.
Le premier traitement c'est la chirurgie. La chirurgie, c'est de faire l'ablation de la tumeur. Cette chirurgie peut être radicale ou conservatrice. A côté de ce traitement chirurgical, il y a ce que nous appelons la radiothérapie, malheureusement, ce traitement n'existe pas encore au Bénin. Maintenant, comme je vous l'ai dit tantôt, l'évolution de la maladie peut faire que les cellules cancéreuses quittent le sein et vont dans les autres organes. A ce moment-là, il faut proposer des traitements qui peuvent agir sur tout le corps, c'est ce que nous appelons les traitements systémiques.
Le premier d'entre eux est la chimiothérapie, c'est un traitement qui est très redouté par les patients et heureusement, c'est l'un des traitements les plus efficaces pour le cancer et actuellement, il est administrer au Bénin avec toute la sécurité qu'il faut.
A côté de la chimiothérapie, nous avons la thérapie ciblée. La thérapie ciblée est un traitement qui a moins d'effets secondaires que la chimiothérapie. C'est pour cela qu'on l'appelle une thérapie ciblée. Malheureusement, c'est un traitement excessivement cher.
Le troisième traitement systémique, c'est l'hormonothérapie. Ce traitement est largement disponible au Bénin et ne coûte pas très cher. Mais, malheureusement, toutes les malades ne peuvent pas bénéficier de l'hormonothérapie. L'hormonothérapie ne peut être utilisée que pour des cancers du sein très précis.

Donc le cancer peut se guérir ?

Le cancer peut se guérir mais les chances de guérison sont très élevés lorsque le diagnostic est précoce et que la malade a bénéficié de toutes les options thérapeutiques.

Dr Gnangnon, une fois la guérison de la patiente est proclamée, est-ce que la patiente suit d'autres traitements ?

Proclamer la guérison en cancérologie, c'est très difficile parce qu'en général, le cancer même s'il a été bien traité, peut revenir sous une forme ou une autre après quelques années. Donc en général, on s'entend pour dire qu'une patiente qui n'a pas présenté de problèmes après cinq ans après son traitement est « guéris ».

Quels sont les facteurs de risque ?

La plupart des facteurs de risque sont liés à la vie génitale de la femme. Les femmes qui ont eu leurs premières règles très précocement avant l'âge de 12 ans, ont plus de risque de développer un cancer de sein. Mais souvenez-vous, c'est un facteur de risque. Cela ne veut pas dire que les femmes qui ont eu leur règle avant l'âge de 12 ans auront un cancer, non. Elles ont juste un tout petit peu de risque et elles méritent d'être surveiller. Les femmes qui ont peu ou pas d'enfants, ont plus de risque de développer un cancer du sein que les femmes qui ont plus d'enfants. A part cela, il y a les facteurs de risques comportementaux. Ces facteurs de risques sont très importants pour moi. L'obésité, la consommation d'alcool, une alimentation déséquilibrée. Il faut savoir qu'avoir une activité physique régulière, permet de diminuer son risque de cancer du sein. Il y a les facteurs de risque génétique.

Le cancer du sein est-t-il réservé à la femme ?

Non. Le cancer du sein n'est pas réservé à la femme. Et nous avons ici au Cnhu beaucoup de cas de cancer du sein chez les hommes. Nous en voyons très souvent. Il faut avoir que 1% des cancers du sein sont diagnostiqués chez les hommes. Sur 100 cas de cancer de sein, que nous voyions, il y a un homme à l'intérieur. Et vous me permettrez aussi de parler du dépistage. Le dépistage qui repose sur trois piliers. Le premier pilier, c'est l'auto-examen par la femme elle-même tous les mois après les règles. Cela permet à la femme de découvrir les signes.
Le deuxième pilier, c'est l'examen au moins une fois par an par un professionnel de la santé idéalement par son gynécologue. Le troisième pilier, c'est la mammographie. Elle est recommandée en Occident à partir de 50 ans. Donc, toutes les femmes qui ont plus de 50 ans, doivent faire une mammographie, une fois tous les deux ans. Mais la plupart des spécialistes africains, ont remarqué que le cancer du sein chez la femme en Afrique survient à un âge plus précoce que chez la femme européenne. Donc, la plupart des pays recommandent, chez les femmes africaines de faire la mammographie un peu plus tôt.

Propos recueillis par Angèle Toboula

Retour


CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !