Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Médecine du Maghreb - Revue médicale internationale Maghrébine - Plus d'informations


Suivez-nous :



vig_viral_facts


LE KIOSQUE APIDPM

Médecine d'Afrique Noire
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

CamerounHôpital général de Yaoundé : les syndicats vent debout contre la vaccination obligatoire

StopBlaBlaCam | Cameroun | 15/09/2021 | Lire l'article original

Le Syndicat national des personnels médico-sanitaires du Cameroun (Synpemps) et le Syndicat national des personnels des établissements/entreprises du secteur de la santé du Cameroun (CAP/santé), dans une correspondance datée du 8 septembre 2021, accusent le directeur général (DG) de l'hôpital général de Yaoundé (HGY) d'« abus de fonction, abus de pouvoir, obligation forcée et illégale de vaccination contre Covid-19 des personnels de santé ».

En effet, dans une note de service datant du 12 août, le directeur de l'HGY, Pr. Vincent de Paul Djientcheu, informe que le personnel non vacciné contre la Covid-19 et sans poste de travail « ne sera plus admis à l'hôpital général de Yaoundé mais continuera à percevoir son salaire sans les compléments liés au travail (primes de rendement, transport, garde, astreinte et technicité) jusqu'à nouvel avis ». La même note indique que le personnel soignant et non soignant non immunisé « ne pourra plus servir dans les endroits où les patients sont précaires (réanimation, hémodialyse, oncologie, urgences…) ».

D'après le DG de l'HGY, cette mesure s'inscrit dans le cadre d'un « redéploiement interne en prélude à la riposte de la troisième vague de la Covid-19 où le variant Delta circule déjà à Douala et Yaoundé ». Le Pr. Vincent de Paul Djientcheu emboîte le pas au ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie, qui soulignait au cours d'une rencontre avec des responsables des hôpitaux le 14 juillet dernier : « Sous d'autres cieux, vous avez compris qu'il y a une obligation déjà de vaccination du personnel de santé et que celui qui n'est pas vacciné n'aura pas de salaire ».

Tout en rappelant que le salaire constitue la contrepartie du travail fait et les accessoires une partie intégrante, les syndicats font observer que « le vaccin est un soin qui ne saurait être obligatoire, encore moins une condition au bénéfice des accessoires de salaire ».

Du coup, ils soupçonnent une forme déguisée de discrimination ou de licenciement abusif, surtout qu'ils notent que ni le président de la République, ni le Parlement, ni aucune institution républicaine n'oblige le citoyen à se faire vacciner, se contentant de sensibiliser les populations au respect des mesures barrières.

Et les deux syndicats de s'enquérir : « Cette décision de suspension des accessoires de salaire et d'obligation à se faire vacciner contre la Covid-19 à l'hôpital général de Yaoundé ne masquerait-elle pas une opportunité pour certains de provoquer des soulèvements populaires en commençant par les personnels hospitaliers au Cameroun ? »

D. M.

Retour


CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !