Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Suivez-nous :


encart_diam


Fil d'infos APO Group


vig_viral_facts


LE KIOSQUE APIDPM

Médecine d'Afrique Noire
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

Burkina FasoBurkina/Santé : Un nouveau projet pour améliorer la lutte contre la dengue

Le Faso | Burkina Faso | 05/07/2022 | Lire l'article original

Ce mardi 5 juillet 2022 a eu lieu à Ouagadougou, le lancement du projet « Amélioration de la lutte contre la dengue par une approche intégrée des perceptions communautaires et des évidences entomologiques dans les villes de Bobo-Dioulasso et Ouagadougou ». C'est un projet financé par le Fonds national de recherche et du développement (FONRID).

Grâce à ce projet financé par le FONRID à hauteur de 37 millions de FCFA, une équipe pluridisciplinaire de chercheurs travailleront à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso afin de générer de nouvelles connaissances qui devraient servir à améliorer la lutte contre la dengue et tous les autres arbovirus transmis par Aedes aegypti (le vecteur de la dengue, de la fièvre jaune, de Chikungunya et de Zika).

A en croire Athanase Badolo, Pr d'entomologie médicale à l'université Joseph Ki-Zerbo et coordonnateur du projet, de précédentes études menées par l'université Joseph Ki-Zerbo avaient montrées que le moustique responsable de la dengue était résistant à la plupart des insecticides conventionnels utilisés en santé publique. A cela s'ajoute, le fait que selon les études, en milieu urbain, ce moustique est entretenu à plus de 90% par les vieux pneus et autres objets domestiques abandonnés dans les concessions et qui servent de sites de ponte aux moustiques une fois mis en eau.

C'est au regard donc de la forte implication de l'homme dans la prolifération du moustique responsable de la dengue qu'est né ce projet. « La naissance du projet est arrivé avec le constat que les gîtes larvaires qui sont les sources de prolifération des moustiques vecteurs de dengue sont essentiellement engendrés par l'homme. Il nous a semblé nécessaire de mener ce projet qui mettra ensemble de façon intégrée les communautés, les chercheurs pour essayer de dégager des solutions contre la dengue », a expliqué Pr Athanase Badolo.

Pr Martin Tiendrébéogo, vice-président chargé de la recherche et de la coopération internationale à l'université Joseph Ki-Zerbo a lui, rappelé que le Burkina Faso connaît depuis 2016 des cas de dengue. « L'urbanisation galopante et les questions d'assainissement y afférentes seraient des facteurs aggravants. La croissance des villes entraîne une charge accrue de la maladie avec des effets aigus pour les populations économiquement défavorisées. Ce projet, par une approche intégrée qui implique les chercheurs, les communautés, les acteurs engagés dans la lutte contre la dengue, permettra d'améliorer la lutte et de réduire le fardeau de cette maladie », a-t-il laissé entendre.

Dans le cadre donc de ce projet, les chercheurs devront évaluer les connaissances, les pratiques et les moyens de protection des populations locales contre la dengue et ses vecteurs. Ils évalueront également le niveau d'infestation des ménages par les moustiques et proposeront aux décideurs politiques, une nouvelle stratégie de lutte contre la dengue. Comme l'a souligné Pr Badolo, pendant l'épidémie d'août et septembre 2016, les résultats préliminaires des études menées par l'université Joseph Ki-Zerbo avaient servi d'évidence scientifique au ministère de la Santé pour l'élaboration de la stratégie de riposte antivectorielle. Il espère donc que les résultats de cette étude contribueront efficacement à réduire le fardeau de la dengue au Burkina Faso.

À Ouagadougou, les chercheurs de l'université Joseph Ki-Zerbo conduiront le projet au quartier 1200 logements et au quartier périphérique Zongo.

A Bobo-Dioulasso, les recherches seront menées au secteur 5 et à l'arrondissement de Dafra.

Justine Bonkoungou

Retour


CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !