Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !


Suivez-nous :



Affiche prévention Covid-19 Bénin

Affiche prévention Covid-19 Bénin


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2020
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Archives
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2020
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

Congo-KinshasaSelon une étude menée par l’ONG IRC - RDC : taux mensuel de mortalité en hausse

Le potentiel | Congo-Kinshasa | 10/01/2006 | Lire l'article original

Avec environ 38.000 personnes mourant chaque mois, principalement de maladies facilement curables, le Congo-Kinshasa est le théâtre de la plus grave crise humanitaire mondiale, selon une étude publiée récemment dans la revue médicale britannique «Lancet». Cette information reprise par l’agence Associated press (Ap) révèle que près de quatre millions de personnes sont ainsi mortes pour la seule période 1998-2004. Elles ont été victimes indirectes de deux guerres sanglantes qui ont conduit à l’effondrement des services publics de santé du pays.

L’étude souligne également que le taux de mortalité mensuel en République démocratique du Congo est supérieur de 40 % à la moyenne en Afrique sub-saharienne : il est de 2,1 décès pour 1.000 habitants, soit l’équivalent de 1.200 morts par jour. La situation est pire dans les provinces de l’est du Congo-Kinshasa, en proie aux violences depuis plusieurs années.
Selon cette étude, on enregistre dans cette partie du pays, un taux de mortalité supérieur de 93 % à la moyenne. L’étude affirme également que la majorité de ces décès sont dus à des maladies plutôt qu’aux violences. Ces décès, souligne-t-on, sont en grande partie dus à des «maladies évitables et facilement traitables» parmi lesquelles, la Malaria, les diarrhées, les infections respiratoires et la malnutrition arrivent en tête. L’étude précise, toutefois, que les guerres civiles dans le pays ont complètement réduit, voire supprimé l’accès aux services de santé pour des millions de Congolais.
Il convient de noter que cette étude est basée sur les entretiens réalisés dans 19.500 foyers de Rdc entre avril et juillet 2004 par des employés du ministère congolais de la Santé aidés par l’organisation non-gouvernementale «International Rescue Committee». Le gouvernement congolais a, pour sa part, rejeté ces chiffres, estimant qu’ils étaient exagérés. «Je considère cela comme un gros mensonge», a déclaré le ministre de l’Information Henri Mova Sakanyi. «Ces chiffres sont très exagérés. Partout dans le monde, les gens meurent de maladies, pas seulement au Congo», souligne l’Ap qui précise que la situation actuelle est le résultat de deux guerres consécutives qui ont ensanglanté la Rdc. La première (1996-97), menée par des rebelles soutenus par le Rwanda voisin, a conduit au renversement du dictateur Mobutu Sese Seko. Elle a été immédiatement suivie d’un nouveau conflit entre 1998 et 2002.

Retour


CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !