MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Revue de presse

Revue de presse

Trier les actualités par :

Sénégalfleche Affections dermatologiques : La dépigmentation et le stress, principaux facteurs

Le soleil | Sénégal | 14/02/2006 | Lire l'article original

Au Sénégal, les consultations dermatologiques constituent 28 à 32 % des consultations médicales, selon le dermatologue Ibrahima Ndiaye. Quant au professeur Mame Thierno Dieng du service Dermatologie de l’Hôpital Aristide Le Dantec, il estime que si l’on examinait l’ensemble de la population, on se rendrait compte que 90 % d’entre elles ont des affections sur la peau.
Des maladies qui se soignent facilement si elles sont prises en charge très tôt par un personnel qualifié, mais que l’on traîne souvent par ignorance. Et parmi les couches de la population les plus touchées par les affections dermatologiques figurent en pôle position les femmes qui s’adonnent à la dépigmentation. A côté, le stress est évoqué par les spécialistes comme une autre cause des affections dermatologiques.

“Courabeut”, “ndoxoum siti” : Ces maladies de la peau les plus connues
Aller voir un dermatologue est le dernier recours pour les personnes qui, après avoir consulté sans succès, des guérisseurs ne parviennent pas à leur fin. Et souvent, le diagnostic est très différent de ce pourquoi elles s’étaient présentées.
Au service Dermatologie de l’hôpital Aristide Le Dantec, devant le guichet où les malades doivent se présenter avant d’avoir accès au médecin, il y a du monde. Un coup d’œil sur les malades renseigne sur la variété des affections dermatologiques qui les touche.
Une jeune femme tenant un enfant dans les bras, explique comment elle a failli faire une fausse-couche à cause d’une décoction prescrite par un guérisseur pour soigner une affection dermatologique. “La première fois que je l’ai bu, j’étais enceinte. À la fin du traitement, j’ai été prise de violents maux de ventre. Une fois à l’hôpital, on m’a expliqué que mon col s’était distendu”, soutient-elle. Mais comme elle voulait coûte que coûte se débarrasser de sa maladie, elle a recommencé après avoir accouché. “ Cette fois, l’infection a gagné tout mon corps. C’est alors que je me suis décidée à venir voir le dermatologue ”.
Et le diagnostic révèle une allergie au parfum. Elle ne doit plus, non seulement toucher au parfum en tant que tel, mais aussi aux produits parfumés. En plus des médicaments, on lui a prescrit une liste de produits (crème pour le corps, shampoing, etc), sans parfum qu’elle doit désormais utiliser pour éviter toute rechute.

4000 consultations par an
Au niveau de l’hôpital Aristide Le Dantec, le docteur Mame Thierno Dieng révèle que le service Dermatologie enregistre chaque année 4000 consultations. Des affections que les gens appellent communément “Coureubeut”. Mais, de l’avis du spécialiste, il n y a pas de correspondance entre les deux. “Établir une correspondance entre le traditionnel “coureubeut” et une affection dermatologique est impossible”, soutient Dr Dieng. Poursuivant, il ajoute : “Au Sénégal, toutes les affections dermatologiques se résument à ces deux expressions : “coureubeut” et “ndoxoum siti”. Alors que la référence française en matière de maladies dermatologiques est un traité de deux tomes composé chacun de plus de deux milles pages”.
Cette référence donne ainsi une idée du nombre incalculable d’affections dermatologiques qui existent. Pour certains, “coureubeut” et “ndoxou siti”, renvoient à la même maladie. Mais, renseigne le spécialiste, “ndoxou siti” semble être appliqué aux affections purulentes.
Il comprend toutefois que l’on puisse assimiler ces deux types d’affection à la syphilis. Car hormis la syphilis vénérienne, il y a ce que l’on appelle la syphilis endémique qui se manifeste par une affection dermatologique. Très fréquente dans certaines zones, cette maladie peut se transmettre de la mère au fœtus, mais n’est pas forcément héréditaire. Ce type de syphilis peut s’attaquer aux os et occasionner une malformation osseuse.

Affections les plus courantes
Parmi les affections les plus courantes au Sénégal, on note la dermatophitie du cuir chevelu ou teigne. Elle est due à un champignon et s’attaque le plus souvent aux enfants. Très fréquente chez les talibés et les enfants de la rue, elle est favorisée par le manque d’hygiène et la promiscuité. Il y a aussi les plaies hivernales, très contagieuses, car toute partie du corps touchée par le liquide est aussitôt contaminée.
Le pied d’athlète, une infection qui se loge entre les orteils fait partie des plus difficiles à traiter. Surtout chez les sujets qui font fréquemment leurs ablutions sans essuyer leurs pieds, ainsi que celles qui ont l’habitude de porter des chaussures fermées à longueur de journée.
De manière générale, les affections dermatologiques auxquelles les docteurs font face se traitent facilement si elles sont prises en charge à temps, affirme le dermatologue Ibrahima Ndiaye. Les difficultés apparaissent lorsque le sujet, par ignorance, laisse traîner la maladie jusqu’à ce qu’elle s’aggrave.
Certaines affections, toutefois, peuvent ressurgir quelques années après le traitement sans raison apparente, tient-il à préciser.

Le stress, cause majeure
Le docteur Ibrahima Ndiaye révèle également que beaucoup de maladies de la peau sont liées au stress. Aussi est-il nécessaire, en plus du traitement médical, d’éliminer les sources de stress.
Dans un article intitulé “ Les aspects psychosociaux des maladies communes à la peau ”, paru sur le net, il est noté qu’il est essentiel de prendre en compte les aspects psychosociaux de ces maladies pour qu’elles puissent être prise en charge de manière efficace.
Le stress, peut-on lire, a un effet aggravant sur les maladies de la peau, qui se traduit par une irruption soudaine du trouble. Et d’un autre côté, ces affections ont un impact sur la qualité de la vie qui devient un autre facteur de stress psychosocial.
Pour le docteur Bassirou Hann, les dermatologues sont souvent confrontés, à quelques cas de maladies de la peau imaginaires, même si ces dernières ne sont pas aussi fréquentes que dans les pays occidentaux. Le patient a la sensation de ressentir des chatouilles sur son corps comme s’il était parcouru d’insectes, alors qu’il n’en est rien. Suivant la gravité de son état, il arrive qu’on lui recommande d’aller voir un psychiatre.

Certaines plaies, signe de déséquilibre chez le diabétique
Les affections dermatologiques cachent parfois d’autres maladies plus graves. Pour cette raison, il est conseillé de consulter un dermatologue à la moindre affection aussi bénigne puisse-t-elle paraître. C’est le cas, ainsi que le confirme Dr Ibrahima Ndiaye, de certaines plaies qui sont signe de déséquilibre chez une personne diabétique. En ce qui concerne les plantes utilisées pour traiter les affections dermatologiques et délivrées par les guérisseurs traditionnels, Dr Mame Thierno Dieng reconnaît qu’elles contiennent incontestablement un produit actif bénéfique. Mais, il s’en méfie car les doses à prendre ne sont pas toujours respectées. En outre, les conditions de stockage “sont désastreuses”, déplore-t-il. Il ajoute que le diagnostic est à la base de tout traitement. Avant de prescrire des médicaments, il convient de bien observer le malade, afin d’avoir une idée claire de ce dont il souffre. Ce que font rarement, pour ne pas dire jamais, les guérisseurs. Le Docteur Mame Thierno Dieng ne trouve pas que la cherté des médicaments et des traitements médicaux puisse expliquer que les gens préfèrent aller chez les guérisseurs traditionnels plutôt que chez un médecin. Pour lui, c’est un problème d’accès. “ Les gens vont voir le guérisseur du coin parce qu’il est beaucoup plus accessible. Il appartient à l’Etat de rendre la santé accessible et performante. Il en a les moyens c’est un problème d’organisation ”, pense-t-il.

Docteur Ibrahima Ndiaye, dermatologue
« Les corticoïdes présents dans nombres de produits éclaircissants favorisent l’apparition d’affections dermatologiques »
Les affections dermatologiques les plus fréquentes au Sénégal, bien que causées par des champignons ou des bactéries apparaissent fréquemment chez les femmes du fait des corticoïdes présents dans les produits éclaircissants qu’elles utilisent.
Le dermatologue, c’est le docteur de la peau. Il s’occupe de tous les désagréments observés au niveau de la peau, mais aussi des ongles, des lèvres, des parties génitales et anales. Ces maladies sont le plus souvent causées par des champignons ou des parasites. Mais le manque d’hygiène, la promiscuité, ainsi que le xessal (dépigmentation) sont des facteurs qui favorisent ce type d’affection. Les femmes qui se dépigmentent constatent, en effet, après plusieurs mois ou années de pratique que leur peau change d’aspect petit à petit. Des boutons et autres plaques apparaissent et empêchent d’obtenir le résultat escompté : un teint clair, lisse et dénué de tâches.

Dermatologue, le docteur Ibrahima Ndiaye explique que cela est dû à la présence de corticoïdes que l’on trouve dans les produits utilisés par ces femmes. Selon une enquête réalisée en 2000 au Sénégal, 67 % de la population sénégalaise, les deux sexes (hommes et femmes) confondus s’adonnent à la dépigmentation. Cependant, bien que bon nombre d’entre elles reconnaissent que les affections dermatologiques dont elles souffrent résultent d’une utilisation prolongée des produits éclaircissants, seuls 10 % des adeptes de la dépigmentation sont allés voir un dermatologue, selon les statistiques disponibles au niveau des hôpitaux. Parmi les affections dont souffrent ces personnes figure la dermatophitie de la peau glabre. Elle se présente sous forme de plaques. Communément appelée “ eur ”, cette affection est due à un champignon. Toutefois l’humidité et la chaleur, en plus de la dépigmentation, constituent des facteurs favorisant le développement de la maladie. Il en est de même du pityriasis versicolore ou “ xam ”. Elle se manifeste par de petites tâches de pigmentation différente de la peau et apparaît sur le visage, le dos, le décolleté. En plus de ces infections dues à des champignons, il existe une autre infection parasitaire qui fait souffrir les femmes qui s’adonnent à la dépigmentation. Il s’agit de la gale. Cette affection apparaÎt sous forme de boutons généralement sur les mains, le cou ou les fesses et occasionne des démangeaisons. Elle est très contagieuse et peut affecter une famille entière.
Pour un traitement efficace, le Docteur Ndiaye recommande à ses clientes d’arrêter la dépigmentation ou tout au moins d’utiliser un produit ne contenant pas de corticoïdes. Ce qui ne fait que déplacer le mal. Car s’ils ne contiennent pas de corticoïdes ils contiennent un autre produit, l’hydroquinone qui présente également des dangers pour l’organisme.

Mody Ndiaye, alias docteur “courabeut”
“L’infection ne se manifeste pas nécessairement par une affection dermatologique ”
Tous les Rufisquois connaissent ou ont entendu parler de Mody Ndiaye. Infirmier major, il consacre son temps libre à prodiguer des soins aux populations de sa localité. “ J’accepte tous les malades à l’exception des tuberculeux ”, confie-t-il. Il explique que la tuberculose est une maladie très complexe, donc il préfère envoyer les malades vers un centre hospitalier.
“ Les ordonnances qu’il vous prescrit sont très chères, mais si vous les appliquez à la lettre, vous avez de fortes chances de vous en sortir ”, nous assure une dame accompagnée de sa petite fille qui a une vilaine plaie sur la tête toute recouverte de croûte. “ C’est du “coureubeut”, déclare sa mère. “Ça en a bien l’air”, répond brièvement l’infirmier Mody Ndiaye.
L’homme n’est pas d’un abord facile. Ses réponses sont courtes, assez sèches. On arrive difficilement à obtenir des explications de lui. Pourtant, une fois le terrain balisé, on se rend compte que l’on a affaire à une personne sympathique, consciente et fière du service qu’elle rend, tout en étant modeste.
Originaire du quartier lébou de Diokoul Ndiourène, il a successivement habité à Médine puis à Aïnoumady. Formé comme agent sanitaire en 1958, il est aujourd’hui infirmier major. Il n’ira pas jusqu’à dire que le “courabeut” n’a plus de secret pour lui, mais avoue que grâce à son expérience, il est rare qu’un cas de cette maladie lui pose problème. Il fait également beaucoup de recherche sur ce sujet, ce qui lui a permis de constater que l’infection revêt plusieurs formes et ne se manifeste pas nécessairement par une affection dermatologique.
Chez certaines personnes, elle peut attaquer les os et fait alors penser au rhumatisme. Cette terrible affection empêche nombre de femmes d’avoir des enfants ou de mener une grossesse à terme. “ Il arrive même, affirme-t-il, que le fœtus soit totalement calciné dans le ventre de sa mère ”.
Les plantes médicinales souvent utilisées pour traiter les affections dermatologiques, selon lui, font “ ressortir la maladie ”, mais ne la soigne pas tout à fait.
Pour l’infirmier Mody Ndiaye, tout le monde a le “ courabeut ”. Seulement, elle se manifeste de manière différente d’une personne à une autre.

Par Salimata Gassama Dia (stagiaire)

Retour


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Santé tropicale - Santé tropicale
Le guide de la médecine et de la santé en Afrique


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !