Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Suivez-nous :



vig_viral_facts


LE KIOSQUE APIDPM

Médecine d'Afrique Noire
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

MadagascarPharmacovigilance

L'express de Madagascar | Madagascar | 03/02/2006 | Lire l'article original

Protection du plus grand nombre oblige. Devant le développement des industries pharmaceutiques et l'introduction de nouvelles variétés de médicaments dans le pays, la Grande île entend renforcer le système de contrôle a priori et a posteriori, c'est-à-dire avant et après leur mise en vente sur le marché.
C'est dans cette optique qu'elle songe à mettre en place un système national de pharmacovigilance.

“L'environnement actuel nécessite cette mesure. En effet, certaines maladies comme le sida ou le paludisme doivent être traitées avec des médicaments qui n'ont jamais existé à Madagascar :
les anti-rétroviraux (ARV) et la combinaison médicamenteuse à base d'artémisinine (ACT)”, explique Jean René Randriasamimanana, directeur de l'agence des médicaments de Madagascar, hier, au cours d'un atelier à l'hôtel Panorama.

Effets indésirables
“Par le passé, la priorité a été donnée à la disponibilité, l'accessibilité et la qualité des médicaments essentiels fournis à la population. Mais à l'heure actuelle, assurer la sécurité de son utilisation est devenue primordiale”, ajoute-t-il.
L'objectif étant de prévenir les effets indésirables de la consommation des médicaments et de quantifier les risques. D'autant plus que de nos jours, il existe des preuves indiquant que certains médicaments, même ceux à base de plantes médicinales, sont dangereux pour l'organisme.
"Il faut s'assurer que les médicaments sur le marché sont sans danger pour les malades afin d'éviter toutes séquelles, insiste le Dr Roland Rajohnson, directeur du cabinet du ministère de la Santé et du planning familial. Ceci dit, un médicament, aussi bien soit-il, prescrit par des gens non habilités, peut se transformer en poison”.
Notons que l'atelier de développement du système national de pharmacologie à Madagascar voit la participation d'une soixantaine de pharmaciens, médecins, cliniciens... issus de divers pays d'Afrique dont Madagascar, le Maroc, le Ghana, la Zambie... Il bénéficie de l'appui technique de l'Organisation mondiale de la santé à travers la mise à disposition de plusieurs experts.

Henintsoa Andriamiarisoa

Retour


CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !