Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Revue de presse

Revue de presse

Trier les actualités par :

Côte d'Ivoirefleche Drépanocytose et leucémie : Elles font des ravages

Fraternité matin | Côte d'Ivoire | 07/02/2006 | Lire l'article original

Très peu connues du grand public, la drépanocytose et la leucémie font des ravages. En Côte d'Ivoire, de plus en plus d'hospitalisations sont dues à ces deux maladies. Pour avoir fait ce constat, Mme Fofana Awa a mis sur pied l'ONG Lanaya. Le lancement des activités de cette structure qui se veut " comme une aide aux enfants " s'est fait vendredi à l'hôtel Sofitel.
Si ces maladies sont toutes les deux celles du sang, il demeure qu'elles sont différentes l'une et l'autre et ce sont les antinomies constatées que le Pr Sanogo Ibrahima, professeur titulaire du Service d'hématologie de la clinique du CHU de Yopougon s'est attelé à présenter.


Ainsi, en ce qui concerne la leucémie que l'on appelle communément cancer du sang, le Pr Sanogo la définit comme " une maladie tumorale de la moelle osseuse, qui perturbe la multiplication des cellules sanguines ". On la retrouve partout, ce qui lui donne selon lui un caractère " ubiquitaire ". En Côte d'Ivoire, la maladie est très présente et elle a une fréquence de 23, 86/1000 malades et 16 nouveaux cas en moyenne.

Ce qui préoccupe le Pr Sanogo, ce ne sont pas les chiffres, mais les chances de survie, qui à l'en croire, sont très minces. Car en règle générale, on ne guérit pas de cette maladie, du moins si l'on ne dispose pas de gros moyens. La durée du traitement s'élève à environ 3 ans pour un coût de plus de 4 millions. La guérison s'obtient généralement après une greffe de la moelle.
Le Pr Sanogo a attiré l'attention de l'assistance sur les signes de cette maladie qui se fait remarquer par l'anémie, la fièvre et les saignements. Toutefois seul un examen de laboratoire peut permettre au spécialiste d'être plus affirmatif.

Quant à la drépanocytose, le professeur titulaire du Service d'hémato-clinique du Chu de Yopougon retient qu'elle est une affection héréditaire de l'hémoglobine. Elle est beaucoup plus fréquente en Afrique qu'ailleurs. Contrairement à la leucémie, " il n'y a pas de traitement curatif et cela constitue un sujet de recherche constante ". En Côte d'Ivoire, la population est aussi concernée et le taux est de 14,29% dont 4,08% sont porteurs d'une forme majeure.
Le représentant du ministre de la Santé et de l'Hygiène publique, M. Tanoh, a mis l'accent sur les consultations dont le nombre s'élève à 6450. Le Nord du pays est le plus frappé, à cause des mariages endogamiques.
La drépanocytose est une maladie aussi dangereuse que affecte l'espérance de vie des personnes qui en sont touchées, parce qu'elle peut conduire à une destruction des os, voire une paralysie. Elle se caractérise par une douleur épisodique, déclenchée par le froid, la haute altitude, la fièvre.
La présidente de Lanaya ou encore " confiance " en langue malinké, Mme Fofana Awa est d'autant avertie des risques de la leucémie qu'elle a perdu son fils de 13 ans, en 1996 du fait de cette maladie.
En créant cette ONG, elle souhaite compatir à la douleur des mères dont les enfants sont affectés par les maladies du sang et surtout éveiller leur conscience quant aux précautions à prendre.
Les personnalités présentes à l'atelier n'ont pas dit autre chose sinon que s'inscrire dans la logique de Mme Fofana. C'est ainsi que le directeur du lycée américain, Robert Walbridge, a fait cas de sa nièce Melissa. La guérison de cette enfant que l'on peut classer parmi les miraculés a été obtenue grâce à la foi de ses parents certes, mais surtout à leur persévérance. Le directeur de Access Finances, M. Touré Mahamadou, a tout aussi exprimé sa foi en l'avenir.

Mélissa, la miraculée
Melissa est une jeune américaine. Elle est née en 1987 à San Francisco. Atteinte de leucémie, dès son premier anniversaire de naissance, elle est à présent guérie. Mieux, elle est parmi les meilleurs élèves de son établissement en Pennsylvanie.
En présentant son exemple, M. Robert Walbridge, directeur du lycée américain et oncle de Melissa, a voulu partager avec l'assistance, l'espoir de voir un jour leurs enfants remis totalement de cette maladie redoutable. Bien sûr, la petite fille contrairement à nombre d'enfants de la planète a bénéficié des meilleurs soins dans les plus grandes structures hospitalières ; mais, il a d'abord fallu que les parents y croient. Surtout que tout semblait avoir mal démarré pour cet enfant, qui, nous dit M. Walbridge, est née en plein tremblement de terre. Les parents, chrétiens catholiques, n'avaient pas baissé les bras. Ils avaient associé foi religieuse et médecine pour donner des chances de survie à leur fillette. Aujourd'hui, elle est une grande sportive, meilleure volleyeuse de l'équipe de l'université.
De nombreux enfants voient leur avenir compromis du fait de cette maladie. Puisse l'exemple de Melissa leur servir de soutien.

Marceline GNEPROUST

Retour


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Santé tropicale - Santé tropicale
Le guide de la médecine et de la santé en Afrique


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !