Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Revue de presse

Revue de presse

Trier les actualités par :

Côte d'Ivoirefleche Lutte contre l’excision : le gouvernement ivoirien prône "la tolérance zéro"

Fraternité matin | Côte d'Ivoire | 06/02/2014 | Lire l'article original

30 millions de fillettes risquent toujours l'excision malgré une baisse importante de la pratique dans les pays concernés, a révélé l'Unicef lundi. « Tous, nous sommes concernés par la question des Mgf. N’ayons pas honte d’en parler. Engageons-nous pour refuser et stopper ces pratiques honteuses, rétrogrades, et néfastes à la santé des femmes et des filles », a-t-elle encore souligné.

Lutte contre l’excision : Le gouvernement ivoirien prône "la tolérance zéro"

« En Côte d’Ivoire, 38% des femmes âgées de 15 à 49 ans ont été excisées entre 2011 et 2012 », selon un rapport du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (Unicef). La persistance de la pratique amène le gouvernement ivoirien à exiger des populations « la tolérance zéro », a indiqué Anne Désirée Ouloto, Ministre de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l'Enfant.

« Pour s’attaquer efficacement à la pratique des mutilations génitales féminines(Mgf), il est nécessaire d’entreprendre des actions intégrées et multi-sectorielles qui visent non seulement les personnes directement impliquées, pratiquantes et victimes des mutilations génitales féminines. Mais aussi toutes les forces vives», a expliqué la ministre Anne Ouloto.

« Tous, nous sommes concernés par la question des Mgf. N’ayons pas honte d’en parler. Engageons-nous pour refuser et stopper ces pratiques honteuses, rétrogrades, et néfastes à la santé des femmes et des filles », a-t-elle encore souligné.

Avant de dénoncer les effets néfastes de cette pratique. «Les traumatismes et les complications des organes de reproduction, sont entre autres, des marques à vie que les mutilations génitales laissent aux victimes », a-t-elle déploré.

L’excision est une pratique généralisée dans les pays de l’Afrique et du moyen orient. "Avec 98% des femmes entre 15 et 49 ans qui ont été excisées, la Somalie est le pays où cette pratique est la plus répandue dans le monde. Viennent ensuite la Guinée avec 96%, Djibouti avec 93%, puis l'Egypte avec 91%", rapporte l'AFP.

Avec 98% des femmes entre 15 et 49 ans qui ont été excisées, la Somalie est le pays où cette pratique est la plus répandue dans le monde. Viennent ensuite la Guinée avec 96%, Djibouti avec 93%, puis l'Egypte avec 91%.

Isabelle Somian

Retour


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Santé tropicale - Santé tropicale
Le guide de la médecine et de la santé en Afrique


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !