Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !


Suivez-nous :



Affiche prévention Covid-19 Bénin

Affiche prévention Covid-19 Bénin


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juin 2020
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Archives
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2020
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

MadagascarLutte contre le paludisme : des éclaircissements du Dr Benjamin Ramarosandratana sur la lutte anti-vectorielle

Midi Madagasikara | Madagascar | 10/02/2014 | Lire l'article original

La remise officielle du trophée « ALMA 2014 » jeudi dernier, concernant la lutte contre le paludisme, a été une occasion pour le numéro un du Programme National de la Lutte contre le Paludisme (PNLP), le Dr Benjamin Ramarosandratana, d’apporter certains éclaircissements sur la lutte anti-vectorielle contre le paludisme, une stratégie assez critiquée que son entité a mis en place.

« Certains interprètent mal notre façon de travailler dans la lutte anti-vectorielle. Ce n’est p as du tout pour des raisons politiques mais purement techniques si toutes les régions de Madagascar n’obtiennent pas des médicaments sur ces MID peuvent durer trois ans. « Donc, ces moustiquaires sont idéales pour les régions à transmission pérenne (les zones côtières, et la partie Est de l’île), regroupant 92 districts ». Pour les régions centrales et le Sud dont la transmission ne se fait généralement que pendant l’été (six mois), l’idéal est selon le Directeur du PNLP, d’y faire les aspersions intra domiciliaires (dont les effets ne durent que six mois). « Notre stratégie est de trouver tous les moyens pour minimiser les dépenses, vu que ces médicaments sont encore coûteux », affirme-t-il.

Arnaud R.

Retour


CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !