Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Suivez-nous :


Vous souhaitez vous abonner à Médecine d'Afrique Noire, Médecine du Maghreb ou Odonto-Stomatologie tropicale ? Consulter des articles ? Rendez-vous sur le kiosque d'APIDPM - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2019
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juin 2019
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2019
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

Congo-KinshasaKatanga : les centres de santé de Bukama débordés

Radio Okapi | Congo-Kinshasa | 11/03/2014 | Lire l'article original

La société civile de Bukama s’inquiète du surnombre des malades dans les centres de santé privés de cette cité du Katanga. Dans un entretien avec la presse lundi 10 mars à Bukama, le président de cette structure citoyenne a indiqué que les malades passaient la nuit à même le sol, par manque de lits. L’administrateur du territoire de Bukama a déploré cette situation, menaçant de fermer certains de ces «centres de santé qui fonctionnent en toute clandestinité.»

Des malades couchés au sol, d’autres se retrouvent à deux sur le même lit d’hôpital. Selon le président de la société civile de Bukama, Mathieu Lunda, «des malades sont rangés comme du bétail» à la véranda des structures sanitaires à Bukama.

Au centre de santé Kabamoma, les infirmiers reconnaissent être souvent débordés par ce surnombre des malades. Ils ont accueilli lundi trente huit malades alors que le centre ne dispose que de vingt lits. La plupart de ces patients sont des enfants âgés de zéro à cinq ans.

Le médecin chef de zone de santé de Bukama affirme que les dispensaires privés finissent par transférer des cas d’anémie aiguë dans des structures officielles. Mais ces cas finissent souvent par des décès, regrette-t-il.

Dans sa lettre adressée à l’administrateur gestionnaire de l’hôpital de Bukama il y a trois jours, l’administrateur du territoire de Bukama, Henri Mboli Pasiko accuse le personnel soignant d’être à la base de la situation. Selon lui, plusieurs cas de décès observés dans la cité de Bukama proviennent de ces «maisons d’habitation d’infirmiers transformées en centre de traitement.»

Henri Mboli a demandé aux infirmiers de fermer tous ces centres clandestins « dans un bref délai » avant le contrôle officiel.

Retour


CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !