Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Médecine du Maghreb - Revue médicale internationale Maghrébine - Plus d'informations


Suivez-nous :



Affiche prévention Covid-19 Bénin

Affiche prévention Covid-19 Bénin


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2020
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Archives
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2020
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

GabonGabon : Près de 40% de nouveaux nés meurent au CHL faute de ‘‘respirateur''

Gabonews | Gabon | 14/01/2006 | Lire l'article original

Environ 40% de nouveaux nés meurent au Centre hospitalier de Libreville (CHL), la plus grande structure sanitaire du pays, faute de ‘‘respirateur'', un appareil qui permet de suppléer les poumons défaillants chez le bébé, a révélé le docteur Murielle Owono Megnier-Mbo du service de réanimation néonatale et néonatalogie du CHL, au cours d'un entretien avec GABONEWS.

Mercredi dernier, la Banque gabonaise de développement (BGD) a fait don d'un ‘‘respirateur'' (Babilog 8000 plus) au service de réanimation néonatale et néonatologie du CHL. Doté de plusieurs fonctions, il est facilement maniable et sans effets secondaires.
« L'acquisition de ce matériel nous permettra de diminuer efficacement la mortalité et la morbidité des nouveaux-nés, ainsi que des séquelles neurologiques et par conséquent un bénéfice économique », a affirmé le docteur Megnier-Mbo.
Cet appareil indispensable suppléera les poumons déficients des bébés qui présentent des difficultés respiratoires. Il envoie de façon régulière et contrôlée une importante quantité d'oxygène dans les poumons, indique t-on.
« 40% des nouveaux-nés hospitalisés au service de néonatologie meurent de prématurité, des infections et de détresse respiratoire par manque de ‘‘respirateur'' alors qu'on peut bien les sauver », a déploré le médecin.

Selon elle, les statistiques en 2004 révèlent que sur 6 920 naissances, il y a eu 6738 nouveaux-nés à terme et 182 prématurés. Parmi ces bébés, quelques 3600 (environ 51%) présentaient une pathologie nécessitant une prise en charge appropriée en unité de réanimation néonatale, en soins intensifs ou néonatalogie.
« Le manque de matériel spécifique à la réanimation néonatale a eu pour conséquence le transfert d'un tiers de ces nouveaux-nés dans d'autres structures sanitaires privées ou parapubliques où une caution variant entre 200 et 500 mille FCFA est exigée », a déclaré la néonatologue.
Elle a expliqué que 50% de bébés qui naissent chaque année au CHL nécessitent une prise en charge en réanimation néonatalogie, service opérationnel depuis avril 2004 avec une capacité de 22 places seulement.
Quelques 10 000 femmes, soit 700 environ par mois, accouchent chaque année au CHL, indique t-on.

« Avant 2004, les nouveaux-nés étaient pris en charge en pédiatrie, dans une petite salle de 10 places. On utilisait des cloches des ondes ou des lunettes, qu'on plaçait sur le nez des enfants. Le cas échéant, on plaçait la tête du bébé dans des enceintes pour qu'il respire avec plus d'efforts possibles, ce qui n'est pas commode du tout », a encore expliqué le Dr Megnier-Mbo, ajoutant que le service de néonatalogie a besoin de quatre ‘‘respirateurs'' pour un meilleur rendement.
Un ‘‘respirateur'' coûte environ 30 millions de FCFA, a-t-on appris. Le service de Néonatologie espère que d'autres bienfaiteurs l'aideront à s'en procurer.
« Cela ferait la joie du pédiatre, lorsqu'on sait que de nombreux bébés ont perdu la vie parce qu'ils ne pouvaient pas être mis sous ‘‘respirateur''», a estimé le Dr Megnier-Mbo, qui a vivement remercié les responsables de la BGD pour le geste humanitaire.

GN/JJS/AN/06

Retour


CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !