Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Revue de presse

Revue de presse

Trier les actualités par :

Congo-Brazzavillefleche L’alcoolisme reconnu comme l’une des causes majeures de l’hypertension artérielle chez les Congolais

Les dépêches de Brazzaville | Congo-Brazzaville | 30/03/2006 | Lire l'article original

Les spécialistes congolais de l’hypertension artérielle et de la médecine interne, se sont récemment réunis à Brazzaville, à l’occasion des premières Journées scientifiques de l’hypertension artérielle et de la médecine interne (SCHAMI), placées sous le patronage de la présidente de la Fondation Congo assistance, Antoinette Sassou Nguesso.

Ces experts en santé sont unanimes : parmi les facteurs de risque les plus nocifs de l’hypertension artérielle (HTA) chez les Congolais, figurent l’alcool (33 %), le diabète, l’obésité et l’hypercholestérolémie. Selon les médecins, «ces facteurs ont été identifiés comme étant responsables d’événements cardio-vacusculaires sévères, parmi lesquels la cardiomyopathie dilatée hypertensive avec insuffisance cardiaque constante (30 %), les accidents vasculaires cérébraux».

La prévalence nationale élevée de l’HTA est un problème de santé publique. Le professeur Christophe Bouramoué, président des Journées scientifiques, a d’ailleurs précisé que cette prévalence comporte des aspects contrastés et concerne environ 15 % de la population. «Toutefois elle présente des variations importantes avec des pics de 25 à 30 % à Brazzaville et Pointe-Noire, et 11 à 15 % dans les zones rurales ou les petites villes», a-t-il commenté.

De tous les facteurs de risque, l’alcool a donc été ciblé comme une cause majeure. Une enquête organisée en mai 2004 par le ministère de la Santé, avec l’aide de l’OMS, sur l’approche « stepwise » (surveillance, prévention et contrôle), renforce cette hypothèse. Sur un échantillon de 2 100 personnes âgées de 24 à 64 ans, 1 308 ont été des consommateurs potentiels d’alcool.
En matière d’alcool, la prévalence se situe à 32,5 % à Brazzaville selon l’enquête (34,4 % chez les hommes et 30,6 % chez les femmes). Un Brazzavillois sur trois est hypertendu pour des raisons d’alcoolisme, la tranche d’âge la plus visée se situant entre 24 et 34 ans.

Face à cette gravité, et tenant compte des autres aspects nocifs conduisant à la pathologie, les spécialistes de l’HTA et de médecine interne ont déploré la faiblesse des diagnostics délivrés par les laboratoires et autres centres techniques.

Le traitement de l’HTA se fait actuellement grâce aux inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC), aux antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II (ARAII) et aux calcibloquants. Mais le caractère onéreux de ces produits pharmaceutiques, au regard de la prévalence de l’hypertension artérielle dans les couches les plus démunies au Congo, est un obstacle majeur.

La communauté médicale scientifique congolaise de l’HTA et de la médecine interne a ainsi recommandé aux pouvoirs publics de permettre la poursuite des enquêtes épidémiologiques sur l’HTA et ses cofacteurs, et de mettre en œuvre des stratégies curatives contre l’HTA. Les pouvoirs publics devront également assurer la modernisation des centres techniques pour l’assistance des comateux, des insuffisants rénaux et cardiaques au stade terminal.

Au cours des Journées scientifiques, les médecins spécialistes ont insisté pour que l’accent soit mis sur la formation et l’information du public. Ils proposent à ce titre que soit éditée une revue périodique permettant la vulgarisation des travaux scientifiques portant sur l’HTA.

Retour


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Santé tropicale - Santé tropicale
Le guide de la médecine et de la santé en Afrique


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !