MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Revue de presse

Revue de presse

Trier les actualités par :

Madagascarfleche Maladie cardiovasculaire : L’iode contenu dans le sel n’en est pas une cause

Madagascar tribune | Madagascar | 11/04/2006 | Lire l'article original

Notre article d’hier sur les maladies cardiovasculaires a suscité bien de réactions de la part de nos lecteurs. Ainsi, celle de Rakotoarizafy Théophile du département Actuariat et Statistique au sein des Assurances ARO que nous avons tenue à publier pour éclairer le public sur un autre aspect de cette maladie.

« De 1997 à 2004, j’ai été responsable des Assurances Vie et Assurances de Personne au sein de la Société d’Assurances ARO. Entre autres les assurances Santé et assurances en cas de décès. J’ai constaté une hausse permanente des maladies cardio-vasculaires en particulier l’hypertension artérielle et l’hémorragie cérébrale. Il est à noter que ce phénomène est à mettre en parallèle avec la législation sur le sel iodé. En effet, il est notoire que l’iode durcit l’artère. Ainsi le gain que nous avons obtenu sur les personnes ayant besoin d’iode notamment les enfants est mis à mal sur la population sensible aux problèmes cardio-vasculaires : les personnes âgées de plus de 40 ans. En fait, nos crânes d’œuf ont négligé un fait fondamental : « oligo » (dans oligo-élément) veut dire « peu ». Trop n’en faut diraient les français. L’accumulation d’iode dans les artères et le myocarde a entraîné le décès inutile de beaucoup gens et c’est irréversible pour ceux qui ont des prédispositions à l’hypertension artérielle. Mais le pouvoir public aura-t-il le courage de changer de politique pour trouver un autre moyen aussi facile d’administrer de l’iode à ceux qui présentent une carence en iode (ils sont des millions de malgaches) ? Et est-ce que les médecins oseront-ils dénoncer ce procédé qui sacrifie une partie de la population pour soulager une autre ? Sincèrement je ne le pense pas ».

Théophile RAKOTOARIZAFY Département Actuariat et Statistique Assurances ARO BP 42

L’avis d’un spécialiste
Pour en avoir le cœur net, nous avons sollicité l’avis d’un spécialiste en la matière en la personne du Dr Rakotondravoavy Lin. Ainsi selon ce praticien, l’iode n’est en aucun cas responsable de l’hypertension artérielle ou autre accident cardiovasculaire. D’ailleurs, selon ce médecin, lors d’un congrès qui a eu lieu au mois d’avril 2005 à l’île de La réunion, congrès auquel il a assisté, les spécialistes ont été catégoriques sur ce point. « L’hypertension artérielle résulte de la consommation du sel, c’est-à-dire, du sodium en lui-même et surtout pas de celle de l’iode, les effets néfastes de l’iode se traduisent par des allergies sur certaines personnes ». Les consommateurs peuvent être tranquilles quant à l’utilisation de cette denrée car l’iode contenu dans le sel ne peut pas occasionner de risque d’hypertension artérielle. Quant à la 2ème partie de la lettre qui soulève une autre problématique qui est, la diffusion du fluor par le sel, nous en reparlerons dans une prochaine parution.

Randria N.

Retour


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Santé tropicale - Santé tropicale
Le guide de la médecine et de la santé en Afrique


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !