Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Revue de presse

Revue de presse

Trier les actualités par :

Madagascarfleche Maladie cardio-vasculaire : « Un problème majeur de santé publique »

Madagascar tribune | Madagascar | 10/04/2006 | Lire l'article original

Les maladies cardio-vasculaires, semble-t-il, sont rarement évoquées dans la vie quotidienne. Contrairement à d’autres maladies, telles que le Vih.Sida, le paludisme, la peste, la diarrhée, la tuberculose, elles ne sont pas très médiatisées, et donc, n’attirent pas une attention très particulière des autorités et de la population en général. Dire que les maladies cardio-vasculaires touchent uniquement les pays industrialisés n’est plus vrai. Actuellement, aucun pays, quel que soit son niveau de développement, n’est épargné. Madagascar y fait partie.

C’est ce qu’a dit le Dr Mosesy Rakotoson, cardiologue du Cabinet médical « Fanomezantsoa » à Behoririka dans une interview que ce dernier nous a accordée. Pour bien asseoir ses propos, il a avancé des chiffres. « 25 % des adultes qui vont aux centres de santé se font consulter de ces maladies ». Pour lui, les cardio-vasculaires et particulièrement l’hypertension artérielle sont un problème majeur de la santé publique. Face à cette situation, ce médecin spécialiste en cardiologie estime qu’il est plus que nécessaire de promouvoir la prévention contre les problèmes cardiaques en agissant spécifiquement sur certains nombres de facteurs de risques, et en conscientisant la population à ce sujet. Pour mieux comprendre, l’hypertension artérielle correspond à une élévation de la pression artérielle dans les artères. Souvent, les adultes âgés de 45 ans et plus sont les plus touchés des hypertensions artérielles. Plus, ils sont âgés, plus ils risquent d’être attrapés par la maladie, car leurs artères sont devenus plus étroits si aucune mesure préventive n’est prise à temps. Il faut noter que l’hypertension artérielle peut être aussi héréditaire. Mais il y a aussi des facteurs aggravants de la maladie. On peut citer, entre autres, la consommation excessive d’alcool, la cigarette, l’élévation du taux de cholestérol chez l’individu, le stress, la non pratique du sport, …

« Il faut agir et lutter contre tout cela » aime répéter ce médecin cardiologue. Le danger c’est que, 80 % des cas d’hypertension n’ont pas de cause identifiable. C’est ce que les médecins appellent l’hypertension artérielle primaire ou essentielle. De ce fait, les patients ne savent même pas qu’ils sont déjà atteints de la maladie. Rien de surprenant si le traitement vient tardivement. Donc, les patients ont peu de chance de s’en sortir. Les 20 % des cas ont des symptômes. « Dans l’un ou l’autre cas, la seule façon pour éviter la grave maladie, c’est le dépistage précoce et systématique des affections cardio-vasculaires, le traitement et le suivi rigoureux de chaque patient atteint de la maladie » a dit le Dr Mosesy Rakotoson. Dans l’un ou l’autre cas, le Dr Mosesy Rakotoson encourage tout un chacun de se faire dépister précocement et systématiquement sans attendre au dernier moment et de traiter la maladie.

Herimanda R.

Retour


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Santé tropicale - Santé tropicale
Le guide de la médecine et de la santé en Afrique


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !