Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Revue de presse

Revue de presse

Trier les actualités par :

Algériefleche Cancer du sein : Nouveau traitement préventif efficace

El Moudjahid | Algérie | 18/04/2006 | Lire l'article original

Les femmes ménopausées à haut risque de cancer du sein évitent de prendre un traitement préventif efficace par crainte de ses effets secondaires. Une nouvelle étude souligne le bénéfice du raloxifène, un médicament utilisé pour prévenir l’ostéoporose, moins dangereux et aussi efficace que le vieux tamoxifène. Deux millions de femmes au moins pourraient bénéficier de cette diminution des effets secondaires que procure le raloxifène, ont expliqué lundi les auteurs de cette étude gouvernementale.

"Maintenant les femmes ont le choix", a réagi le Dr Leslie Ford, qui dirige le département de prévention de l’Institut national du cancer (NCI). "Ce sont de bonnes nouvelles, parce qu’on vous offre le choix sans trop d’effets secondaires." Jusqu’à maintenant, les médecins ne disposaient que du tamoxifène pour réduire les risques de cancer du sein chez les femmes à haut risque.
Le raloxifène est déjà commercialisé par les laboratoires Eli Lilly sous le nom de marque Evista, comme traitement de l’ostéoporose, une autre maladie fréquente après la ménopause. Fort des résultats obtenus chez 20.000 femmes, Lilly envisage maintenant de demander à la FDA l’autorisation de mettre son produit sur le marché en tant que traitement préventif du cancer du sein. Les deux médicaments sont des modulateurs sélectifs des récepteurs aux œstrogènes. Ils agissent comme des œstrogènes dans certains tissus mais aussi comme des anti-œstrogènes dans d’autres.

Les œstrogènes peuvent stimuler certains cancers du sein. En agissant comme un œstrogène dans l’utérus et le sang, le tamoxifène peut entraîner des effets secondaires rares mais importants, notamment l’augmentation du risque de cancer ou de celui d’une thrombose (caillot sanguin). Le raloxifène est une molécule de structure proche du tamoxifène. L’étude du NCI a comparé les deux molécules et découvert que prendre l’une des deux chaque jour pendant cinq ans réduisait de moitié les risques de cancer du sein. Le raloxifène provoque les mêmes effets secondaires que le tamoxifène, mais pas autant : les utilisatrices de raloxifène avaient 36% de cancer de l’utérus et 29% de thrombose en moins, selon le NCI. Elles ont aussi développé moins d’accidents de cataracte.

Pour autant, cette nouvelle étude ne devrait entraîner ni changement chez les femmes en pré-ménopause, ni passage du tamoxifène au raloxifène chez les utilisatrices du premier. La plupart des participantes avaient 4% de chances de faire un cancer du sein dans les cinq ans, du fait du vieillissement, d’un parent proche atteint ou encore parce qu’elles n’avaient pas eu d’enfant ou en avaient eu un tard. En d’autres termes, sur 1.000 femmes en post-ménopause, 40 vont développer un cancer du sein dans les cinq ans sans traitement, et 20 seulement avec traitement.

Retour


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Santé tropicale - Santé tropicale
Le guide de la médecine et de la santé en Afrique


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !