Santé tropicale au Bénin - Le guide de la médecine et de la santé au Bénin


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Bénin > Revue de presse

Revue de presse

Affection bucco dentaire : le « PNLABD » sensibilise sur le « noma » - 03/01/2008 - L'araignée - BéninEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Une affection buccale gangreneuse et poly infectieuse appelée Noma pose aujourd’hui un grand problème de santé aux populations béninoises et fait déjà des victimes. C’est pour faire connaître cette terrible maladie au public que les responsables du Programme National de Lutte contre les Affections Bucco Dentaires (PNLABD) ont animé une conférence de presse le lundi 31décembre 2007 dans les locaux du ministère de la Santé à Cotonou. Selon la coordonnatrice adjointe du Pnlabd, docteur Sylvie Bankolé le noma est une gangrène dévastatrice qui débute par une ulcération grave des gencives puis détruit rapidement les tissus mous et durs de la bouche et du visage. « Une enquête rétrospective faite au Bénin sur cette maladie qui attaque généralement les enfants de deux à six ans a permis de détecter 52 cas », a-t-elle déclaré.

Les facteurs de risques du noma, a précisé Sylvie Bankolé, sont l’insalubrité du milieu, la mauvaise hygiène générale et bucco dentaire et la malnutrition. « Le noma est une maladie qui tue, mutile les visages et induit la honte dans les familles. Quand l’enfant n’en meurt pas, les parents le cachent à cause des séquelles importants qu’il porte au visage », a t-elle indiqué. A en croire la conférencière, 26 cas de noma ont été pris en charge par l’équipe médico-chirurgicale du navire hôpital Anasthasis de l’ONG Mercy Ships assistée de quelques spécialistes nationaux. Le directeur national de la protection sanitaire, Laurent Assogba a quant à lui, précisé que pour prévenir le noma, il faut bien nourrir l’enfant surtout après le sevrage, assainir régulièrement son cadre de vie et éviter de dormir avec les animaux domestiques.

Valentine Bonou (Stag.)
Journal LE MATINAL

Lire l'article original

Plus d'articles Béninois - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

BéninSanté tropicale au Bénin
Le guide de la médecine et de la santé au Bénin


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !