Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Carnet santé : Tabagisme ; "C’est la plus grave épidémie dont l’homme soit entièrement responsable", dixit Jean Jacques Zèba - 23/02/2010 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Dans ces questions-réponses, le président de l’Association pour la promotion de l’hygiène au Burkina Faso (APHBF) Dr Jean Jacques Zèba décortique le tabagisme et ses effets. C’est une réflexion pleine d’informations que nous vous proposons pour lecture.

Le tabagisme, qu’est-ce que c’est ?

Le tabagisme, c’est l’ensemble des troubles (maladies) provoqués par l’abus de la consommation de tabac (en particulier le tabac fumé).

C’est une toxicomanie mineure et socialement acceptée certes, mais caractérisée par des troubles graves et divers, en particulier des troubles cardiovasculaires et respiratoires. C’est la plus grave épidémie dont l’homme soit entièrement responsable. En effet, le tabagisme tue beaucoup !

Est-ce vraiment un problème de santé publique ?

Comment ne pas chercher à comprendre l’apparition d’anomalies graves (maladies) dans des groupes de population jusqu’alors préservés, lorsque ces derniers commencent à fumer ? Et surtout, quand l’âge auquel on commence à fumer est de 13 à 14 ans et tend à descendre aux alentours de 10 ans.

De même, lorsque des études cliniques et épidémiologiques sérieuses imputent au tabagisme ou à la cigarette, plus de trois millions de morts chaque année, la mort prématurée d’un bon nombre de jeunes adultes entre 35 et 65 ans, 30 % des cancers de localisations diverses, un nombre élevé de décès dus aux maladies liées à la consommation du tabac et surtout, quand on sait que ces maladies sont évitables.

Les raisons de fumer ou qu’est-ce qui pousse à fumer ?

Le plus souvent, les motivations sont banales ; on fume pour voir, par curiosité, pour s’identifier aux personnages que l’on voit fumer sur les publicités, pour s’amuser entre copains ; et petit à petit, apparaît le désir de fumer et finalement, l’habitude s’installe. Ainsi, le besoin de nicotine devient présent. Et nous voilà, fumeurs !

Comment fumons-nous ? Quel genre de fumeurs sommes-nous ? De petits fumeurs ou fumeurs du dimanche : deux à trois cigarettes par jour, fumer après les repas, sans inhaler la fumée, des mégots plus ou moins longs jetés ? Ou ces fumeurs anxieux qui fument une cigarette par heure environ pour supporter des situations difficiles, calmer l’angoisse d’un examen, d’un stress ou d’une contrariété et éviter ainsi les tranquillisants ?

Ou plutôt ces gros ou grands fumeurs, accros ou intoxiqués qui fument cigarette sur cigarette, même si seules quelques-unes procurent un réel plaisir et les autres sont fumées presque inconsciemment par pur automatisme, sans un réel besoin ou plaisir ? ces derniers surtout avalent (inhalent) profondément la fumée, fument près de deux à trois paquets de cigarettes par jour, entièrement fumées, presque sans mégots jetés.

Et chaque fumeur éprouve un plaisir différent de l’autre (son plaisir de fumer). C’est parfois le plaisir de jouer avec le feu et la fumée, le plaisir des gestes devenus des rituels, le plaisir de la succion, le plaisir de sentir la fumée venir caresser ses bronches, cette sensation de stimulation intellectuelle, ce sentiment de détente, etc.

III- Les dangers de la fumée du tabac

1°) Les constituants de la fumée

Ainsi, que contient donc, ce nuage bleuté qui entoure le fumeur et son entourage ? cette fumée dissimule au fumeur actif ou passif (non-fumeur qui respire régulièrement la fumée des autres) plusieurs dizaines de constituants chimiques. Sous forme gazeuse comme sous forme de particules (de o,1 à o, 8 micron), on peut citer : l’azote 7o%, l’oxygène 13%, le monoxyde ou oxyde carbone (co) 4%, la vapeur d’eau, les hydrocarbures, la nicotine, les phénols, cétones, acides organiques, nickel, mercure, plomb, arsenic, etc.

Comme on le voit, à chaque bouffée de cigarette, la fumée inhalée fait pénétrer dans notre corps toute une multitude d’éléments toxiques activés par la combustion du tabac.

a) Substances irritantes : les irritants contenus dans la fumée (acroléine, éthanol, phénols, oxydes d’azote...) atteignent le pharynx, le larynx, les bronches et poumons de celui qui inhale la fumée. c’est ainsi qu’ils altèrent l’intérieur de l’appareil respiratoire, favorisant les infections microbiennes par inhibition de l’activité ciliaire. Toutes ces modifications bronchiques (surtout) dues à ces irritants sont réversibles dès lors que l’on cesse de fumer.

b) Substances cancérigènes : la fumée du tabac contient des produits cancérigènes (benzopyrènes et nitroxamines...) qui sont à l’origine de l’apparition des tumeurs cancéreuses chez les fumeurs actifs et passifs. En effet, un lien que plus personne ne songe à mettre en doute, a été établi entre le 3-4 benzopyrène (dérivé des hydrocarbures) retrouvé dans le goudron de la fumée de la cigarette, des gaz d’échappement, de pollution industrielle et l’apparition des cancers.

2°) Effets nocifs sur les organes

Les méfaits du tabac sont maintenant bien connus. Et nous sommes tous d’accord qu’ils surviennent après plusieurs années d’usage du tabac (cigarette surtout). Ces troubles (maladies) sont également fonction de la quantité (nombre de cigarettes fumées) mais aussi de la ou de la façon de fumer (en avalant la fumée). Et plus, le sujet se met à fumer jeune, plus ces accidents (troubles) sont précoces, transformant ainsi le tabagisme en un de ces fléaux les plus meurtriers.

a) Sur le cœur et les artères :

La nicotine d’une à deux cigarettes provoque chez le fumeur, une accélération du pouls, une élévation de la tension artérielle systolique (voir article sur hypertension), une augmentation du débit cardiaque, même une baisse de la circulation sanguine périphérique avec refroidissement des doigts et des orteils dû à la vasoconstriction.

La nicotine fait baisser le bon cholestérol (HDL) au profit du mauvais (LDL), altère la dilatation des artères et augmente l’agrégation des plaquettes sanguines, favorisant ainsi, la formation de caillots, d’où le risque d’infarctus, de mort subite, d’accidents vasculaires cérébraux, d’artérite des membres inférieurs, etc. chez les fumeurs.

a) Sur le cerveau : la nicotine est la principale substance responsable de cette sensation de manque, bien connue des fumeurs et qui se manifeste par une envie irrésistible de fumer. Cette dépendance du tabac qui est un besoin de fumer pour maintenir un taux suffisant de nicotine dans le sang, s’installe petit à petit par l’action de la nicotine sur le système nerveux (cerveau).

En effet, absorbée par le fumeur qui avale (inhale) la fumée, la nicotine met seulement quelques secondes pour atteindre le cerveau. Ainsi, chaque bouffée apporte sa dose de poison. Et c’est ainsi, que se crée l’état de dépendance du fumeur. Le monoxyle de carbone (co), lui par contre, serait à l’origine des maux de tête et de la fatigue, signalés par les fumeurs.

b) Sur l’appareil respiratoire : la nicotine de la fumée provoque une bronchoconstriction, donc une mauvaise ventilation. Mais la fumée est aussi riche en oxyde de carbone (co : 2 à 4%) et comme chacun le sait, un séjour dans un tel milieu est rapidement mortel. En effet l’inhalation du monoxyde de carbone (co), favorise le blocage de l’hémoglobine qui n’est plus disponible pour le transport de l’oxygène.

Et plus on fume et avale la fumée, plus le taux d’hémoglobine impropre à la respiration augmente. L’oxyde de carbone a aussi un pouvoir athérogène sur les artères, ce qui favorise le dépôt du mauvais cholestérol (LDL) dans les artères lorsqu’il prend la place d’une partie de l’oxygène transporté par le sang. Par ses substances irritantes le tabac favorise les infections microbiennes, autrement dits laryngites et bronchites chroniques, surtout. ces maladies sont graves car pouvant aboutir à une insuffisance respiratoire mortelle, faute d’assistance.

Toux matinale, essoufflement, sont leurs signes d’appel. De même par ses goudrons (riches en benzopyrène) le tabac est responsable des cancers de la bouche, du pharynx, larynx, des bronches et poumons, plus fréquents chez les fumeurs. Ce risque de cancer est aussi proportionnel au nombre de cigarettes fumées par jour. Et c’est ce nombre élevé qui explique l’espérance de vie raccourcie d’environ dix ans, chez les fumeurs. Quelle perte !

c) Sur l’appareil digestif : on observe au tout début, une diminution de l’appétit car le tabac inhibe les contractions gastriques de la faim et réduit les sécrétions gastriques. L’effet laxatif de la première cigarette matinale est simplement dû à l’accélération du transit. Les ulcères gastro-duodénaux et les gastrites sont à la fois plus fréquents et plus graves chez les fumeurs.

Plus grave, le tabac empêche la cicatrisation d’un ulcère, même bien soigné. Pire encore, le tabac joue un rôle dans la genèse du cancer de la cavité buccale, de la gorge, de l’œsophage, de l’estomac et du pancréas. En effet, ces cancers sont nettement plus fréquents chez les grands fumeurs.

d) Sur d’autres organes : le tabac en diminuant le taux d’oxygène dans le sang, accélère la formation des rides et dessèche la peau qui perd son éclat. On constate une baisse de l’activité sexuelle chez l’homme et une baisse de poids dans les deux sexes. Le risque de cancer de la vessie est très élevé chez les fumeurs qui se plaignent aussi d’une baisse auditive et olfactive.

Le Président, Dr Jean Jacques ZEBA, Médecin hygiéniste

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !