Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Une épidémie silencieuse - 27/09/2006 - Le pays - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’affaire est grave et s’apparente à du cynisme. C’est même du cynisme dans le sens le plus grave du terme. Des firmes pharmaceutiques clandestines, guidées par le désire effréné du gain, mettent sur le marché des produits contrefaits. De faux médicaments, véritables dangers pour la santé publique. Et de nombreuses populations, en majorité les classes démunies, en consomment sans s’en rendre compte.

Ces médicaments coûtent généralement moins cher et sont prisés, surtout dans les pays africains. La philosophie des dinosaures de cette industrie meurtrière tient en une phrase: «tuer ses semblables pour se faire de l’argent, beaucoup d’argent». Un médicament sur dix vendu dans le monde serait un faux. Selon la Fédération internationale des industries du médicament, ce trafic serait 25 fois plus rentable que le commerce de l’héroïne et 5 fois plus que celui des cigarettes. Autant dire que ceux qui s’adonnent à ces pratiques malsaines sont des multimilliardaires. Pire, cette industrie meurtrière prospère, de plus en plus. Des enquêtes concordantes révèlent qu’on peut produire de faux médicaments à des coûts peu élevés. Pire encore, ces médicaments échappent bien souvent au contrôle des forces de sécurité et se retrouvent même dans certaines pharmacies. C’est l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui le dit, après avoir mené une enquête minutieuse. Le problème est donc extrêmement grave. Le Burkina Faso n’est pas épargné par cette épidémie silencieuse qui décime l’humanité. A quelle sauce serons-nous mangés ?

Dans ce numéro, la présidente de l’Ordre des pharmaciens du Burkina et de l’Inter-ordre des pharmaciens d’Afrique, Victoire Bénao, tape du poing sur la table, interpelle les autorités et appelle les citoyens à la vigilance : «Les portes du pharmacien sont toujours ouvertes et ses conseils sont gratuits». Oui, il faut faire attention ! A Ouaga, Bobo et dans bien d’autres localités du Burkina, certaines «officines chinoises», très fréquentées, sont très suspectes. On y trouve des médicaments contrefaits, donc très dangereux pour la santé. Les médicaments de rue sont tout aussi dangereux. A quel saint faut-il alors se vouer ? Pour éviter d’être pris dans le rouleau compresseur de cette industrie assassine, mieux vaut s’approvisionner dans les pharmacies. En tout cas, c’est l’adresse la plus sûre pour le moment. Et à ce sujet, le DG de la CAMEG déballe les balises mises en place par cette Centrale pour garantir la qualité des médicaments.

Le débat sur «l’argent du Sida» continue aussi de faire des vagues. Nous vous proposons, dans ce numéro, un dossier spécial dans lequel un séropositif apporte, sans ambages, sa part de vérité. Pour lui, la lutte contre le Sida est devenu «un fonds de commerce, un haut lieu de la débauche intellectuelle où l’immoralité est encouragée et ses auteurs récompensés». Un témoignage à lire absolument.

Le professeur Tariq Ramadan, philosophe suisse, crève lui aussi l’abcès. L’approche religieuse de lutte contre le Sida n’échappe pas à son regard critique. Il accuse aussi certaines multinationales qui bloquent, à coût de brevets, la distribution des médicaments, surtout à l’endroit des pays africains. Les malades sont ainsi permanemment tenaillés par le spectre de la mort et la farouche envie de vivre. Que Dieu sauve l’Afrique !

H. TAOKO

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !