Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Un engagement ferme contre l’excision - 09/05/2011 - Le pays - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

104 villages de la province de Sanmatenga et du Ganzourgou ont décidé du mettre un terme définitif à la pratique de l’excision dans leurs localités respectives. Pour ce faire, ils ont pris un engagement le samedi 7 mai 2011 à Boussouma dans le Sanmatenga à travers une déclaration publique. Cette initiative qui consiste en un abandon total de ce fléau qui porte atteinte aux droits de la femme est de l’ONG Mwangaza Action.

Une image forte que l’ONG "Mwangaza", qui signifie "lumière" en Swahili souhaiterait voir se perpétuer a été celle qui a consisté à un enterrement symbolique des outils servant à la pratique de l’excision. Mais avant ce rituel traditionnel, les femmes, les musulmans, les catholiques, les protestants et les coutumiers ont fait une déclaration officielle d’abandon de la pratique de l’excision. Cette cérémonie s’est déroulée le 7 mai 2011 à Boussouma. Ces différentes couches sociales ont, chacune dans sa déclaration, reconnu les méfaits néfastes de ce fléau qui porte atteinte aux droits de la femme, l’empêchant de s’épanouir. C’est en cela qu’ils ont pris l’engagement solennel devant les autorités politiques coutumières et de la population pour son abandon. Pour le représentant du Naba Sonré Dima de Boussouma, si ce fléau a des origines ancestrales, de nos jours, cette pratique n’est plus en adéquation avec le temps moderne. Par conséquent, il a demandé son abandon total et définitif. Les chefs coutumiers veulent aller plus loin que la sensibilisation sur ce fléau. Pour ce faire, ils comptent prendre des sanctions coutumières à l’endroit de toute personne qui s’adonnerait encore à cette pratique et sur-le-champ les chefs coutumiers ont décidé de mettre une cellule de veille pour éradiquer ce mal.

Quant aux religieux, ces derniers ont estimé que la pratique de l’excision n’existe nulle part dans aucun livre biblique ou coranique, de ce fait, ils ont aussi demandé son éradication. Le coordonnateur de Mwangaza Action Roger B. Thiombiano a, quant à lui, estimé que cette pratique ancestrale ne doit plus exister car elle porte atteinte à l’intégrité des femmes et des filles. Clémence Somé, ministre de l’action sociale et de la solidarité nationale (MASSN) a confié que malgré l’adoption des lois pour lutter contre l’excision le fléau demeure pendant et cela au regard des chiffres. Ainsi en 2009, il y aurait eu 144 excisions et deux décès pour 171 excisions, un décès en 2010. Pour madame la ministre, cela est révélateur de la persistance de ce fléau dans notre pays. Mais, a-t-elle souligné, des espoirs existent au regard de la forte mobilisation de la population sortie pour la circonstance et du fort engagement pris par leurs représentants pour l’abandon de cette pratique. A ce titre, elle a dit encourager l’ONG Mwangaza Action dans ce combat et a demandé aux autres structures de lui emboîter le pas pour l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) en 2015. Cette activité entre dans le cadre du programme Yamwekré qui a pour but l’élimination de la pratique de l’excision dans les 54 villages des communes de Boussouma et de Kaya et des 50 villages des communes de Zorgho et de Méguet.

Ambèternifa Crépin SOMDA (Stagiaire)

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !