Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre le paludisme par les biolarvicides : les initiateurs du projet font le point - 09/10/2011 - Le pays - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Dans le cadre de la lutte contre le paludisme par l’utilisation de biolarvicides, il a été mis en place un projet pilote, fruit d’un partenariat entre la mairie de Ouagadougou, le ministère de la Santé et l’UEMOA. C’est pour faire le point sur l’évolution du projet que les partenaires ont organisé une conférence de presse le jeudi 6 octobre 2011 à la mairie de Ouagadougou.

Au Burkina, selon les statistiques, le paludisme reste la première cause de décès et d’hospitalisation. Les femmes et les enfants sont d’ailleurs les plus touchés. C’est pour lutter contre ce mal qu’il a été élaboré et mis en œuvre un projet pilote de lutte contre le paludisme par l’utilisation de biolarvicides dans la ville de Ouagadougou. Ainsi, une convention de partenariat a été signée entre l’UEMOA, le ministère de la Santé, la mairie de Ouagadougou et l’entreprise cubaine Labiofam. Afin de donner des informations sur l’évolution du projet, une conférence de presse a été organisée le 6 octobre dernier à Ouagadougou.

Le coordonnateur du projet, Pierre Kayendé, a fait savoir que c’est un projet intégral et il s’agira d’une pulvérisation extra domiciliaire qui combat les anophèles et d’autres moustiques. Les résultats attendus du projet, selon le maire de Ouagadougou, Simon Compaoré, sont notamment la réduction de la densité larvaire de 80% et la réduction de 50% du nombre des cas de paludisme simple confirmés à l’horizon 2013 dans la ville de Ouagadougou. En tenant compte du mode d’action des biolarvicides, le coordonnateur Pierre Kayendé indique que les produits ne sont pas dangereux. Sur la question de savoir pourquoi le projet n’est pas étendu à d’autres localités du Burkina, Pierre Kayendé a relevé que c’est Ouagadougou qui a été retenue comme ville pilote pour deux ans que va durer le projet. Mais, il est envisagé que ce projet atteigne d’autres contrées du pays. En parlant de la réduction de la densité larvaire de 80%, les conseillers cubains ont souligné qu’on ne peut pas éliminer les vecteurs à 100% et cela est reconnu par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les 20% qui restent ne constituent pas un danger pour la population. Ces conseillers cubains promettent de procéder par la suite au transfert de technologies. Ce projet, d’un coût de 1 225 806 044 F CFA, financé par l’UEMOA avec une contrepartie burkinabè, a déjà recensé les gîtes larvaires dans les cinq arrondissements de Ouagadougou mais enregistre un retard. Selon le maire Simon Compaoré, il est consécutif aux procédures d’importation des biolarvicides et du matériel de pulvérisation mais, dit-il, tout est mis en œuvre pour résoudre les problèmes afin que ce projet puisse prendre son envol.

Antoine BATTIONO

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !