Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Une campagne mal engagée contre le trachome - 18/10/2011 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Des plaintes pour diarrhées et vomissements par ci, pour douleurs abdominales, dysenterie et même de faiblesse physique par là. C’est le constat fait pendant la campagne sur le trachome lancée par les autorités sanitaires contre cette maladie des yeux dans la région de Hauts-Bassins, particulièrement dans la ville de Bobo-Dioulasso.

Cette campagne de distribution de l’azithromycine s’est déroulée effectivement du 4 au 9 octobre à Bobo-Dioulasso. Elle a concerné d’une part les enfants de 0 à 5 ans (sirop) et d’autre part les enfants à partir de 6 ans et plus (comprimés). Elle semble avoir été mal engagée. Ce qui compromet les objectifs à atteindre. L’information sur l’azithromycine a manqué au public cible, ce médicament utilisé pour soigner le trachome. La distribution gratuite de ce produit n’a pas été précédée d’une campagne de sensibilisation.

Le personnel chargé de mener l’opération a sillonné les écoles, les lycées et collèges, les services de l’administration. Des médicaments ont été distribués aux élèves, aux agents publics, aux commerçants et à l’homme de la rue en insistant sur sa prise séance tenante. La grande majorité des destinataires, habitués aux repas quand ils peuvent, ont avalé les comprimés le ventre vide. Alors que la posologie déconseille la prise de ces comprimés à jeun.

Les élèves sont ceux-là qui ont connu le plus de désagréments. En effet, plusieurs d’entre eux ont été victimes de malaises : diarrhées, vomissements suivis d’une évacuation dans un centre de santé.

A leur sortie du centre de santé, les « victimes », dans le souci d’éviter aux autres ce qu’elles ont subi, ont vite fait d’informer leurs proches et entourages sur ce qu’ils ont vécu, les déconseillant la prise du produit. Cela a constitué une contre-campagne. Ainsi, de bouche à oreille, les populations ont réussi à convaincre les plus sceptiques.

Pour beaucoup de citoyens, la campagne de distribution gratuite de médicaments sur le trachome n’est autre qu’un test mené par les responsables de la santé pour s’assurer de l’efficacité du « produit ». Ils pensent avoir été des cobayes, car lesdits comprimés ne soigneraient pas le trachome, mais une autre maladie qu’on leur cache.
La rumeur, comme une traînée de poudre, s’est répandue dans Bobo-Dioulasso et ses environs, a amené les gens à rejeter le médicament, qui en l’emballant dans du papier, qui en se servant comme argument de démonstration.

Dans les débits de boissons, les écoles, les lycées et collèges ou encore dans les services de l’administration, comme pour prévenir les autres, on ne cessait de présenter le médicament pour enfin conclure qu’il faut s’en méfier. Cette démarche a fini par amener les populations à refuser tout simplement de prendre ce médicament. Comment en est-on arrivé là ?

Le ministère de la Santé a lancé une campagne de distribution gratuite de l’azithromycine, un médicament censé soigner le trachome, à l’Ouest du pays à savoir Bobo-Dioulasso, Léna et Banfora sans que les populations, premières concernées, n’en soient préalablement informées.

Pourtant, les précédentes campagnes sur la cataracte, la méningite et la poliomyélite par exemple, avaient été précédées d’une large sensibilisation. Les populations avaient été informées sur les précautions à prendre pour éviter les effets indésirables de ces médicaments. Pourquoi cette fois-ci, rien n’a été fait à cet effet ?

On est en droit de se demander si d’une part, ceux chargés de distribuer ce médicament étaient conscients de ses effets secondaires, et d’autre part, si les initiateurs de ce projet connaissaient les réalités sociales (conditions de vie) de la zone ciblée par la campagne.

Est-ce parce que la campagne ne concerne qu’une infime partie de la population, que les responsables de la santé n’ont pas daigné faire de la communication en premier lieu ?

C’est quand le "mal a été fait" que les spécialistes de la santé sont sortis de leur réserve pour dire qu’il fallait bien manger d’abord avant de prendre ces médicaments afin d’en atténuer les effets secondaires, et éviter les boissons alcoolisées après l’avoir avalé. Le médecin après la mort somme toute !

A-t-on minimisé l’importance de la communication dans cette affaire ? Autant de questions qui méritent d’être posées quand on sait que le trachome qui est une infection oculaire bactérienne, évolue vers des lésions cornéennes irréversibles pouvant mener à la cécité, s’il n’est soigné.

Selon les spécialistes de la santé, dans le monde, 84 millions de personnes sont touchées par cette maladie des yeux et les enquêtes ont montré qu’elle a été localisée dans la région de l’Ouest, précisément à Bobo-Dioulasso, Léna, Banfora.

Il y a certainement lieu de rectifier le tir, c’est-à-dire de préparer les esprits sur le bien-fondé de l’opération de distribution de l’azithromycine d’une part et d’autre part sur les précautions à prendre avant d’avaler le produit et sur la conduite à tenir après.

Issa SOMA

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !