Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

7ème promotion de gynécologues obstétriciens : 14 médecins spécialistes aptes à améliorer la santé de la mère et de l’enfant - 14/11/2011 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’Unité de formation et de recherche en sciences de la santé (UFRSDS) de l’université de Ouagadougou a organisé le vendredi 11 novembre 2011, la sortie de la 7e promotion des gynécologues. Ce sont 14 médecins entièrement formés au Burkina Faso qui ont reçu leurs diplômes d’études spécialisées en gynécologie.

"Le Diplôme d’études spécialisées (DES) en gynécologie a pour mission essentielle de former des ressources humaines compétentes, opérationnelles à la disposition des autorités sanitaires africaines". Ainsi, le coordonnateur du DES, Pr Jean Lankoandé a justifié l’ouverture de cette filière à l’unité de Formation et de recherche en sciences de la santé (UFR/SDS) de l’université de Ouagadougou, au cours de la sortie de la 7e promotion des gynécologues obstétriciens, le 11 novembre 2011.

Ils sont 14 médecins dont 10 burkinabè, un Congolais, un Malien, une Nigérienne et un Tchadien à avoir reçu leur Diplôme d’études spécialisées en gynécologie obstétrique à l’issue de quatre (4) ans de formation à l’Université de Ouagadougou. Selon le Pr Lankoandé, ces nouveaux récipiendaires participeront à l’amélioration de la santé des populations et des femmes en particulier en Afrique. " Il y a 7 ans que nous mettons régulièrement chaque année sur le marché de l’emploi africain des gynécologues et obstétriciens de diverses nationalités africaines. Depuis sa création notre département a formés 73 gynécologues dont 65 Burkinabè", a-t-il fait savoir.

Pour le parrain de la promotion, Jean Baptiste Ouédraogo, ancien président du Burkina Faso, l’un des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) est de faire baisser le ratio de mortalité maternelle de 3/4 d’ici à l’horizon 2O15. Selon lui, l’introduction du DES en gynécologie-obstétrique depuis l’année universitaire 2002-2003 est venue donner de l’espoir à la femme burkinabè. De ce fait, il a rendu hommage aux initiateurs de ce diplôme qui continuent inlassablement d’animer avec "un grand succès" ce département. Par ailleurs, il a prodigué des conseils à ses filleuls.

A son sens, l’art de la médecine est une étude, un comportement, un langage en direction de la personne malade à la recherche d’aide, de réconfort, de conseil et d’écoute. Pour ce faire, le médecin se doit de posséder le savoir, d’utiliser le savoir-faire et de développer le savoir-être.
"Chers filleuls, vous devez cultiver certaines valeurs, à savoir la justice, la solidarité, l’honnêteté et l’ardeur au travail. En plus, vous devez faire preuve de discipline, de disponibilité, de ponctualité, de rigueur, d’intégrité et surtout d’humilité. Gardez constamment à l’esprit les principes du serment sacré d’Hippocrate qui interdit tout deal et tout marchandage pécuniaire afin de servir loyalement et ayez toujours le sens de la communication", a-t-il souligné.

Quant à la représentante des lauréats, Eliane Kanyala, elle a exprimé leur gratitude aux formateurs et au parrain avant de signifier leur détermination à gagner le pari d’une bonne carrière. "Chers professeurs, votre dévouement et votre disponibilité constante nous ont permis d’atteindre nos objectifs. Nous nous engageons à travailler sans relâche dans le respect de l’éthique et de la déontologie de la profession et dans un esprit d’abnégation pour vous assurer la satisfaction morale et la fierté en tout temps et en tout lieu", a-t-elle relevé.

Kowoma Marc DOH

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !