Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Conseil de santé du district sanitaire du Tuy : plus de 70 000 cas de paludisme en 2011 - 10/01/2012 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le district sanitaire du Tuy a tenu sa seconde session ordinaire de l’année 2011, le jeudi 5 janvier 2012 à Houndé. Les participants ont passé au peigne fin le bilan 2011 et adopté le budget-programme 2012. La seconde session ordinaire de l’année 2011 du conseil de santé du district sanitaire du Tuy s’est déroulée sous la présidence du haut-commissaire de la province, Marcel Paré.

Elle a regroupé comme à l’accoutumée, l’équipe-cadre du district, les maires, les préfets et les associations contractantes dans le domaine de la santé, pour dresser le bilan d’exécution du plan d’action et amender celui de 2012. Le district sanitaire du Tuy couvre une superficie de 5063,100 Km2 avec une population de 266.952 habitants. Après la présentation du plan d’actions 2011 par le docteur Henri Dembélé, l’équipe l’a jugé satisfaisant, au regard du taux de réalisation de 93,05%. Il ressort de ce bilan que malgré la distribution massive de moustiquaires imprégnées, le paludisme figure toujours parmi les pathologies qui ont beaucoup sévi. Il y a eu en effet, 66 600 cas de paludisme simple, et 4 902 cas de paludisme grave qui a causé 204 décès. Les associations en charge de la distribution des moustiquaires ont été invitées à renforcer la sensibilisation des bénéficiaires, afin que leur utilisation soit effective. En 2011, la méningite a également frappé. Les techniciens de santé ont dénombré 108 cas avec malheureusement, un taux de létalité atteignant 30,6%. Les consultations tardives seraient à la base de ces pertes. Ce chiffre alarmant a amené certains participants à comprendre les raisons qui font que les techniciens n’anticipent pas sur la campagne de vaccination, pour éviter de telles situations. A cette question, les hommes en blouse blanche ont expliqué que l’anticipation est difficile, à cause de la pluralité du méningocoque. Selon le docteur, ce plan ne s’est pas réalisé sans difficultés. L’interférence d’autres activités et le retard de certains financements, ont émaillé parfois la réalisation de certaines activités. Il ressort aussi que l’éclosion des sites aurifères est l’un des facteurs qui freinent parfois les efforts consentis au niveau de la santé. Le flux migratoire rend difficile la maîtrise de la population. Le docteur Dembélé a également présenté le plan d’action de 2012. Le budget 2012 a été arrêté à 391 701 600 F CFA. Il est en baisse par rapport à celui de 2011 qui était de 450 751 035 F CFA. Cette baisse s’expliquerait par la crise financière que traverse le monde entier. Selon M. Dembelé, deux Centres de santé et de promotion sociale (CSPS) seront réhabilités en 2012. Parmi les activités prioritaires au programme, figurent la lutte contre les pathologies comme le paludisme et les maladies chroniques telle la tuberculose et le VIH.

L’amélioration des prestations des soins et l’augmentation de la capacité opérationnelle de l’équipe-cadre du district ont été insérées dans le plan d’action de 2012. Une mutuelle de santé verra le jour dans les 28 CSPS que compte le district, selon le conseil. Une nouvelle grille de tarification des actes au niveau des formations sanitaires du district a été approuvée, afin d’uniformiser les tarifs dans la province. Le conseil prévoit de renforcer la collaboration avec les hommes de la médecine traditionnelle. Suite à l’exposé d’un représentant de la Direction de la décentralisation du système sanitaire (DDSS), Daniel Kara, sur le guide de gestion des formations sanitaires dans le cadre du processus de transfert de compétences et de ressources aux communes, les lanternes des participants ont été suffisamment éclairées. Du 19 au 23 janvier 2012, tous les COGES seront renouvelés, selon le conseil. A l’issue d’un concours d’excellence en vue d’encourager les meilleures prestations, cinq CSPS se sont illustrés en 2011. Le CSPS du village de Dougoumato II classé premier a reçu une attestation et une enveloppe de cinquante mille francs CFA. Ceux de Ouakuy, Boho-Kari, Kiéré et Koumbia ont tous été gratifiés d’attestations et de sommes d’argent. Le Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA) de Houndé s’en tire avec un prix spécial. La présidente du jury, Dr Josiane Yaméogo et le haut-commissaire de la province, Marcel Paré, ont félicité les lauréats pour la qualité de leur prestation. Marcel Paré s’est dit satisfait des travaux. « Le personnel de santé et le médecin-chef du district ont abattu un travail remarquable, dans des conditions qui restent à améliorer. Je vous exhorte à renforcer ce dynamisme, en vue de l’exécution des activités programmées », a-t-il souligné.

Adama OUEDRAOGO de Maliki

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !