Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Tolérance zéro aux MGF : la prévention et la mobilisation sociale doivent se poursuivre - 09/02/2012 - Le pays - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’ONG « Voix de femmes » a commémoré la Journée internationale « Tolérance zéro aux Mutilations génitales féminines (MGF) », le lundi 6 février dernier à Ouagadougou. Pour les activistes engagés dans ce combat, la mobilisation doit s’intensifier pour éradiquer le phénomène qui est toujours d’actualité.

« De Malabo à New-York : supportons la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies interdisant les MGF dans le monde » ; c’est le thème retenu cette année pour la commémoration de la Journée internationale de lutte contre les MGF. L’ONG « Voix de femmes » a choisi de s’arrêter quelques heures sur ce combat ; et pour cause, les MGF sont toujours d’actualité au Burkina, malgré les nombreuses actions menées au plan national. Selon la secrétaire générale adjointe de la structure, Josiane Kabré, « au Burkina, les MGF sont pratiquées dans presque toutes les régions et le taux de prévalence est estimé à 49,5% pour les 0 à 60 ans ». Parce que les MGF portent atteinte aux droits à la vie, à la santé, à l’intégrité physique et au droit reproductif de la femme et de la fille, le combat doit se poursuivre pour atteindre leur abandon total dans les communautés. La journée commémorative a été l’occasion pour l’ONG « Voix de femmes » de faire le bilan des acquis enregistrés dans cette lutte. Il s’agit, selon Josiane Kabré, de la mobilisation d’un pool de personnes au sein des communautés ; de l’engagement des autorités politiques, coutumières et religieuses ; de l’amélioration des connaissances sur les conséquences du phénomène ; de la réparation des séquelles des MGF ; de la reconversion des exciseuses ; etc. Dans l’optique du renforcement des actions déjà engagées, l’ONG « Voix de femmes » pense que tout le monde doit se rallier à la résolution de l’ONU. Selon Josiane Kabré, tous les segments de la société doivent s’impliquer dans les activités de prévention des MGF qui complètent la législation en la matière. L’ONG « Voix de femmes » a bénéficié du soutien technique et financier de l’ONG Haurralde basée en Espagne pour cette journée commémorative et aussi du soutien actif de partenaires au plan national comme le RAJS.

Dayang-ne-Wendé P. SILGA

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !