Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Négociation sur les prix des antihypertenseurs et antidiabétiques : une bonne nouvelle pour les malades - 16/02/2012 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le département de la Santé a lancé, le 16 février 2012 à Ouagadougou, le premier cycle de négociation avec les principaux laboratoires pharmaceutiques sur les prix des médicaments antidiabétiques et antihypertenseurs.

Les malades souffrant de l’hypertension artérielle et de diabète pourraient avoir, les jours à venir, un accès financièrement amélioré de leur traitement. En effet, le ministère de la Santé est en négociation avec les acteurs du médicament, notamment les représentants des firmes pharmaceutiques, pour réduire le coût de ces produits. Piloté par la Direction générale des pharmacies, des laboratoires et des médicaments (DGPLM), le premier cycle de négociation a été lancé par le ministre de la Santé, Pr Adama Traoré. Pour lui, la place du médicament dans le système de santé est très importante et les mots « essentiel, abordable, juste, prix, innovation et concertation » sont pleins de sens chez les patients, surtout ceux souffrant des maladies chroniques.

Des pathologies qui prennent de l’ampleur au Burkina. Les statistiques révèlent qu’en 2010, les formations sanitaires ont notifié 60 696 cas d’hypertension artérielle et 1 695 cas de diabète. Elles constituent un problème de santé publique et un défi pour les systèmes de santé. « L’heure est à la mobilisation et c’est pour faire face à des grands défis que le gouvernement a prévu des actions fortes dans la nouvelle politique nationale de santé et le plan national de développement sanitaire pour la période 2011-2020 », a précisé le ministre de la Santé. La politique des Médicaments essentiels génériques (MEG) et le droit de substitution des spécialités par ces médicaments accordé aux pharmaciens par voie réglementaire devaient améliorer l’accès financier à ces produits. Malheureusement, le constat est tout autre. « Le droit de substitution reste faiblement appliqué au niveau des officines pharmaceutiques.

L’absence de mesures incitatives à l’endroit des pharmaciens d’officines et la faible promotion de tables des équivalents thérapeutiques entre spécialité et générique sous la prescription en Dénomination commune internationale (DCI) limitent le recours à ce droit du patient qui permettrait pourtant d’abaisser, de façon substantielle, le coût des ordonnances », a-t-il poursuivit. Le rôle des pharmaciens dans la dispensation des médicaments est primordial. Et c’est ainsi que le premier responsable de la Santé veut, dans les négociations, demander aux firmes pharmaceutiques de réduire leurs marges bénéficières de façon a ce qu’on puisse donner des meilleurs médicaments aux patients, surtout ceux qui souffrent des maladies chroniques. L’Ordre des pharmaciens en est conscient et son président, Jean Paré, reconnaît que le traitement antihypertenseur et antidiabétique par des MEG existe, mais pas en quantité suffisant. Le travail que l’Ordre mène, a-t-il indiqué, est d’amener les laboratoires à développer les MEG pour le traitement des maladies chroniques qui prennent de plus en plus de l’ampleur dans les pays en voie développement comme le Burkina.

Boureima SANGA

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !