Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Journées mondiales de la santé et de la lutte contre le paludisme : de bons comportements prônés pour un vieillissement harmonieux - 30/04/2012 - Le Faso - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Burkina Faso a commémoré conjointement, le 27 avril 2012, les journées mondiales de la santé et de la lutte contre le paludisme. L’événement s’est déroulé dans la cité de Naaba Kango, sous la présidence du ministre de la santé, Pr Adama Traoré. « Vieillissement et santé : une bonne santé pour mieux vieillir », c’est le thème sous lequel les Burkinabè ont célébré, en différé, la journée mondiale de la santé, le vendredi 27 avril 2012 à Ouahigouya.

Par le choix de ce thème, les organisateurs ont voulu mettre en exergue les progrès scientifiques accomplis dans le domaine de la santé et qui ont permis d’augmenter sensiblement, l’espérance de vie à la naissance. Un constat qui a fait dire au ministre de la santé, Adama Traoré, que la longévité est si perceptible que l’humanité comptera bientôt plus de personnes âgées que d’enfants. « En Afrique déjà, les personnes du troisième âge représentent plus de 38 millions d’individus et pourraient atteindre 212 millions en 2050 », a-t-il précisé. Pour le cas spécifique du Burkina Faso, il a indiqué que le Recensement général de la population et de l’habitation de 2006, estime les personnes âgées de plus de 60 ans, à plus de 700 mille individus, soit 5,1% de la population générale.

Conscients de cette réalité, les responsables du ministère de la santé ont pris la résolution d’accorder une attention particulière à cette catégorie de la population. « Garantir aux personnes du troisième âge un confort de vie décent est un engagement que nous devons tous prendre pour nos aînés aujourd’hui, pour nous-mêmes demain et pour nos enfants après-demain », a lancé le ministre Traoré. Des propos très bien accueillis par le représentant des personnes âgées à la cérémonie, Zakaria Sawadogo, qui a traduit la reconnaissance des siens au gouvernement burkinabè pour tous les efforts faits pour leur assurer une vie meilleure. Il s’est réjoui particulièrement du fait qu’au Burkina Faso, les personnes âgées ne soient pas considérées comme des charges, à l’image de ce qui passe dans certains pays.

Quant au représentant de la représentante de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Burkina, Daogo Sosthène Zombré, il a souligné que les personnes du troisième âge jouent un rôle important dans la société. A l’entendre, sa structure compte aller au-delà de la sensibilisation pour permettre aux aînés d’être en bonne santé et de participer au développement de la société. Des gestes simples, mais salvateurs pour la santé La journée mondiale de la santé a été célébrée concomitamment avec celle de la lutte contre le paludisme. Cette dernière a porté sur le thème : « Maintenir les progrès, sauver des vies, investir dans la lutte contre le paludisme ». A en croire le ministre Traoré, le paludisme reste la première cause de consultation, d’hospitalisation et de décès dans les formations sanitaires burkinabè. Une maladie qui, selon lui, constitue un obstacle à la longévité et à un vieillissement harmonieux. « Environ 5 million 900 mille personnes ont été dénombrées atteintes de paludisme en 2010 avec environ 9 800 décès », a dit M. Traoré. Et de rassurer qu’avec les actions du gouvernement telles que la sensibilisation, la distribution des moustiquaires imprégnées, la prise en charge gratuite du paludisme grave chez la femme enceinte et les enfants de moins de 5 ans, etc., ces chiffres ont connu une baisse sensible. Pour que les efforts d’amélioration de la santé aient plus d’impacts positifs, M. Traoré conseille d’éviter certains comportements néfastes.

Il s’agit, entre autres, de la consommation de tabac, d’alcool, de drogue, du refus de dormir sous une moustiquaire imprégnée, de fréquenter les centres de santé. « Par l’amélioration de nos comportements de tous les jours sur le plan sanitaire, plus de 80% de la population pourrait franchir le cap des 60 ans d’ici à 2050 », s’est convaincu le ministre. Comme à l’accoutumée, les districts sanitaires qui se sont illustrés dans l’atteinte des objectifs définis dans le plan national de développement sanitaire 2011-2020 ont été récompensés, avec l’appui de l’OMS. Ils ont reçu chacun un trophée, une attestation et un prix en espèces dont le montant varie de 400 mille à 1 million de FCFA. Le ministre de la santé a mis à profit l’occasion de ces journées pour faire don de 20 tonnes de vivres destinées aux personnes vulnérables.

Mady KABRE

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !