Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Maladies tropicales négligées : un réseau pour mutualiser les actions - 21/05/2012 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Centre international de recherche- développement sur l’élevage en zone subhumide (CIRDES) a organisé du 15 au 17 mai 2012 à Bobo-Dioulasso un atelier sur les maladies tropicales négligées. Pendant 72 heures, les chercheurs en sciences médicale, pharmaceutique et vétérinaire du Burkina Faso, du Cameroun, du Bénin, de la Guinée, de la Côte d’Ivoire et de la France, ont mis sur pied le réseau thématique sur les maladies tropicales négligées. Il s’agit entre autres, de la schistosomiase, de la trypanosomiase et de la dengue.

Les objectifs visés à travers la mise en place de ce réseau est de définir les axes prioritaires de recherches sur ces maladies, d’identifier les modalités de mutualisation des moyens humains et matériels, et enfin, de conduire des activités et des formations pour un meilleur contrôle stratégique des maladies tropicales. Selon le représentant de la directrice générale du Centre international de recherche-développement sur l’élevage en zone subhumide (CIRDES), Dr Augustin B. Kanwé, l’institution œuvre à fédérer les synergies d’actions dans le domaine de la recherche pour leur meilleure valorisation au profit de développement de la sous-région. « C’est ainsi qu’il a été créé, il y a deux ans de cela, grâce à l’appui de la coopération française, un pôle de recherche sous forme de plateforme sur les maladies à transmission vectorielle dénommée Laboratoire mixte international sur les maladies à vecteur (LAMIVECT) », a-t-il expliqué. Et de préciser que les résultats de l’initiative sont très encourageants, dans la mesure où elle permet de mutualiser les moyens humains et matériels pour une meilleure capitalisation. « C’est au regard de ce résultat concret qu’est née l’idée d’étendre cette plateforme à d’autres équipes et structures d’Afrique sur des thématiques similaires ou proches afin de s’en servir comme base opérationnelle », a-t-il conclu.

Pour la représentante de l’Appui intégré pour la recherche scientifique au Sud (AIRES-SUD), Penda Bary, 11 ateliers thématiques ont regroupé 227 équipes de recherche financées par l’Institut entre septembre 2010 et mai 2011 dans 9 pays africains. A l’entendre, ces ateliers avaient un double objectif : d’abord valoriser les résultats des recherches conduites, ensuite faciliter les échanges entre les chercheurs des différents pays par leur mise en réseau, et susciter des alliances régionales pour une meilleure reconnaissance de la recherche africaine. « En tant que partenaire financier, nous travaillerons à consolider le réseau mis en place en lui donnant les moyens pour atteindre un certain nombre de buts. Il est question de fixer une organisation structurelle avec un calendrier d’actions et une stratégie de communication. Pour ce faire, 6 000 000 de F CFA ont été mobilisés », a indiqué Penda Bary. Quant à la haut-commissaire du Houet, Nandy Somé, présidant la cérémonie d’ouverture des travaux, elle a souligné que le contrôle des maladies tropicales pour une bonne santé des populations est un enjeu important pour l’atteinte des OMD. « Je reste persuadée que le réseau thématique sur les maladies tropicales négligées contribuera au renforcement des capacités de recherches afin d’atteindre l’excellence scientifique pour le bonheur de nos populations », a-t-elle conclu.

Souaibou NOMBRE

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !