Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Harouna Doro, secrétaire exécutif du syndicat des médecins du BURKINA : « Les médecins burkinabè tirent le diable par la queue » - 25/06/2012 - Le Faso - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le syndicat des médecins du Burkina (SYMEB) a tenu son assemblée générale le samedi 23 juin 2012 à Ouagadougou. Objectif : faire le bilan de leurs activités, dégager des perspectives et envisager des actions à venir. Les médecins sont mécontents de leur statut et ils ne sont pas passés par quatre chemins pour le dire. « Les médecins burkinabè sont très mal payés », cette phrase qui en dit tout long a été prononcée par le docteur Harouna Doro, secrétaire exécutif du SYMEB à l’occasion de leur assemblée générale tenue le 25 juin dernier à Ouagadougou.

A l’instar de celui-ci, ils étaient plus de 200 médecins venus des quatre coins du pays pour dénoncer leurs mauvaises conditions de travail. Selon Harouna Doro, « les médecins burkinabè ne sont pas socialement bien, contrairement à ce que les gens pensent ».

Pour lui, il est inconcevable qu’après 8 ans d’études, un médecin se retrouve dans la même catégorie que certains qui ont un niveau d’études inférieur. A ce jour, les médecins sont classés en catégorie A1. Toujours selon lui, cette situation fait que la qualité de vie du médecin s’est beaucoup dégradée. Toute chose qui se ressent dans leurs prestations envers les malades. Il cite les nombreuses plaintes des usagers qui font état de leurs fréquentes absences dans les hôpitaux, de la baisse du rendement des médecins.

Pour lui, l’autre raison de cette situation est que : « les médecins burkinabè tirent le diable par la queue ». Selon le docteur Harouna Doro, ce sont autant de raisons qui ont été à l’origine de la mise en place du SYMEB en août 2011 afin, dit-il, de mettre fin à la faim des médecins. Pour lui, tout cela fait que le médecin burkinabè se retrouve à la fin de ses études démotivé et démoralisé. Pour étayer les mauvaises conditions de vie des médecins, le secrétaire exécutif cite qu’un médecin burkinabè n’a pas plus de 100 000 F CFA comme salaire, se retrouve avec 30 000 F CFA comme prime de logement et l’indemnité de garde du médecin est de 5 000 F CFA à 10 000 F CFA par mois. En vue de se faire entendre, le secrétaire exécutif du SYMEB demande que l’ensemble des médecins se mobilisent pour la satisfaction de leur plate-forme revendicative qui sera déposée en juillet 2012 auprès des autorités compétentes.

La présente plate-forme s’articule autour de quatre points essentiels que sont l’amélioration des conditions de travail du médecin, revoir la rémunération des médecins, la carrière des médecins et la création d’une subvention de soin de santé. Pour eux, avant de soigner les malades, il serait bon qu’eux-mêmes soient bien portants. Le docteur Harouna Doro de nous révéler que quand un médecin est malade, il est obligé de payer tous les frais médicaux. Comme proposition à l’attention du gouvernement, le SYMEB suggère la création d’une fonction publique hospitalière.

Le secrétaire exécutif du SYMEB a souligné que si la plate- forme qui sera déposée venait à ne pas recevoir d’échos favorables, ils entameront des actions plus énergiques pour se faire entendre. C’est par des applaudissements nourris que les participants se sont quittés avec la ferme résolution que les autorités revoient le statut du médecin burkinabè.

Ambèternifa Crépin SOMDA

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !