Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Remise officielle du rapport d’évaluation du secteur privé de la santé au Burkina Faso - 01/10/2012 - Le pays - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le jeudi 27 septembre 2012, la Société financière internationale (SFI – membre du groupe de la Banque mondiale) a procédé à la remise officielle de l’évaluation du secteur de la santé au Burkina Faso. La remise s’est faite à Ouagadougou en présence du ministre de la Santé, Pr Adama Traoré. 10 mois, c’est le temps qu’il a fallu pour parvenir à la réalisation du rapport d’évaluation du secteur privé de la santé. Le rapport a été remis au ministère de la Santé par la Société financière internationale (SFI) le 26 septembre 2012 à Ouagadougou.

Déterminer le rôle que le secteur privé joue dans le système national de santé, formuler des recommandations au gouvernement pour renforcer le dialogue entre les parties prenantes impliquées dans les secteurs public et privé, formuler un diagnostic sur la nature et l’efficacité de l’interface entre secteurs public et privé ainsi que sur les cadres juridiques, réglementaires, techniques et humains dans lequel évolue ce secteur, etc., sont entre autres les objectifs que s’est fixés la SFI. A la lecture du rapport, il est ressorti quelques points saillants tels que l’offre de soins. Dans ce domaine, il a été fait mention de 382 Etablissements sanitaires privés de soins (ESPS) fonctionnels au Burkina. Leur apport en termes de formation sanitaire est de l’ordre de 20%. Aussi a-t-il été question de relever que 20% des établissements en activité fonctionnent sans autorisation, 8% d’entre eux sont à but lucratif et 32% sont à but non lucratif. En termes de formation, les participants ont convenu que cela est l’apanage du secteur public et que l’offre privée est récente. En ce qui concerne le volet de fabrication de médicaments, le rapport a indiqué qu’en l’absence d’une unité de production locale de médicaments, le marché privé de médicaments est celui d’un marché d’importation. Pour pallier cela un tant soit peu, le ministre de la santé, Adama Traoré, a laissé entendre que « le Burkin,a dans le cadre de la recherche permanente de stratégie en vue de son développement durable, a souscrit en 2009 à l’initiative Santé en Afrique ». L’initiative a été lancée par le programme de la Banque mondiale pour impliquer le secteur privé dans l’offre de suivi de santé en vue d’améliorer l’état de santé de la population surtout en sa frange la plus démunie, a renchéri le ministre. Selon le ministre, des difficultés ne sont pas à occulter. Ainsi les problèmes sont d’ordre organisationnel, juridique et la concurrence déloyale.

Prenant la parole, le Dr Jean- Baptiste Ouédraogo, par ailleurs promoteur de clinique et polytechnique du Burkina Faso, a fait mention que le climat de leurs affaires est difficile, du moment où le secteur privé ne reçoit aucune subvention de l’Etat. Il a poursuivi en disant que « nous constatons l’absence totale de dispositions fiscales adaptées à la spécificité de notre domaine d’activité ». Jean Baptiste Ouédraogo dit attirer l’attention des décideurs de la Banque mondiale sur les conditions d’accès aux financements qui demeurent hors de portée des petits promoteurs privés. Il n’a pas caché sa déception vis-à-vis de l’initiative « Santé en Afrique ». « Force est de reconnaître que l’enthousiasme suscité au début par cette initiative s’est fortement effrité (…). La moisson est donc très pauvre à notre avis », a-t-il laissé entendre. Célestin Bado, représentant résident de la Banque mondiale au Burkina, a affirmé que son institution travaille étroitement à accompagner le gouvernement dans la mise en œuvre des programmes de développement tels que le projet de lutte contre le Sida/nutrition, financé à hauteur de 39 millions de dollars et le projet de santé de la reproduction qui a lui aussi connu le soutien de la Banque mondiale à hauteur de 41,6 millions de dollars. Aux soutiens de la Banque mondiale s’ajoutent également celui d’International Finance Corporation (IFC) qui est focalisé sur les domaines comme celui de l’accès au financement et celui des services-conseils. Cette remise officielle du rapport a connu la présence du corps diplomatique, des représentants des organisations internationales et africaines et celle des représentants des partenaires techniques et financiers.

Masbé NDENGAR (Stagiaire)

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !