Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Enseignement supérieur : Le CAMES dispose désormais d’un code de déontologie et d’éthique - 17/01/2013 - Le Faso - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les intenses travaux du Comité consultatif général (CCG) ont été sanctionnés par la validation du plan stratégique du CAMES enrichi d’un code de déontologie et d’éthique. La cérémonie de clôture de ces travaux est intervenue le 15 janvier 2013 à Ouagadougou, à la grande satisfaction du Pr Bertrand Mbatchi, Secrétaire général du CAMES.

Prévue pour 18h30, c’est finalement après 19h que la cérémonie de clôture de la deuxième réunion extraordinaire du CCG a pu commencer, tant le calendrier a été assez chargé. Visiblement fatigués, nos professeurs auraient travaillé durant ces deux jours sans relâche avec, pour certains, du nescafé à côté.
En tout cas, le Secrétaire général du CAMES a saisi l’occasion pour remercier et féliciter ces recteurs, présidents d’université, directeurs de centres de recherches et directeurs généraux des organismes membres de l’institution académique, après avoir salué leur présence massive et fructueuse. Il dit voir dans cette mobilisation un signe d’interpellation et d’encouragement du Secrétariat général qu’il dirige. Déjà, le CAMES s’en trouve renforcé et actualisé, a-t-il indiqué.
En effet, dira le Pr Mbatchi à ses collègues, « vous l’aurez constaté à l’écoute du bilan de nos travaux, que votre détermination aura permis à notre institution de renforcer l’existant et de se doter de nouveaux outils de performance pour compter véritablement dans le présent contexte de mondialisation ». Et de préciser, le plan stratégique adopté « intègre les paradigmes essentiels de l’heure, qui vont œuvrer à la formation d’une élite compétitive capable de soutenir l’émergence des économies africaines ». Et d’ajouter, « il nous revient de nous en approprier pour en tirer le meilleur profit » dans le respect du code de déontologie et d’éthique adopté à l’occasion de cette réunion. Ce code, à en croire le Pr Mbatchi, « représente un outil de rayonnement et de plus de visibilité du CAMES ».

Il reste maintenant que les professeurs et chercheurs des 19 Etats membres du CAMES aient de la volonté et de la détermination pour relever les défis du développement du continent, à écouter le Secrétaire général du CAMES. En effet, lance de vive voix le Pr Mbatchi, « je suis persuadé et convaincu que si nous y mettions de la volonté, de la méthode, de l’ambition et de la persévérance, aucun défi de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation ne pourrait échapper à notre grand espace panafricain d’intégration ». Après avoir fait mention de la diversité des potentialités naturelles de notre continent, il précise que « ces différents facteurs ne sauront être des atouts réels d’émergence de l’Afrique, que si, les élites intellectuelles d’abord puis politiques, s’associent de manière complémentaire, pour défier l’ignorance et promouvoir en revanche l’imagination, l’innovation, l’enseignement et la recherche ». « Nous avons le devoir historique de jouer positivement notre partition, pour qu’adviennent les temps avancés », a fini par lancer le Pr Mbatchi.

De l’enseignement supérieur catholique, il en a aussi été question au cours de ces 48 heures de travaux. Il s’est agi en effet, d’examiner une demande formulée par l’Université catholique de l’Afrique de l’ouest (UCAO) implantée à Bobo-Dioulasso, relativement à l’évaluation par le CAMES des enseignants de matières théologiques à l’effet de leur octroyer les grades dont bénéficient leurs collègues de l’enseignement laïc.
Mais l’occasion n’a pas été celle de la solution à cette problématique, à écouter le Secrétaire général du CAMES. En effet, explique-t-il, « le CAMES a pris le dossier en main et a commis un comité ad hoc qui va travailler sur ce dossier et va présenter ses résultats à un comité technique statutaire (CTS) proche de l’enseignement que dispensent ces types d’enseignants. Ce CTS va s’approprier les résultats du comité ad hoc pour les valider ou les invalider. C’est après tout ça que le résultat irait au niveau du Conseil consultatif général (CCG) qui pourra prendre la première décision ; et cette décision par la suite, devrait être soumise au Conseil des ministres pour des instructions ou des directives à l’endroit du Secrétariat général ».

La réunion de Ouagadougou aura permis aussi d’adopter des dossiers à soumettre au prochain Conseil des ministres du CAMES prévu pour se tenir en Avril 2013. Avant de se quitter sur des notes d’entière satisfaction, le Pr Mbatchi a invité ses collègues à se préparer pour la réunion ordinaire 2013 du CCG à N’Djamena au Tchad en Juillet prochain.

Fulbert Paré (stagiaire)

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !