Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Formation continue en santé : session de mise à niveau de sages-femmes et maïeuticiens d’Etat - 18/03/2013 - Le pays - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Du lundi 11 au vendredi 15 mars 2013 à Ouagadougou, des sages-femmes et maïeuticiens d’Etat ont pris part à une session de formation. Ils sont venus des différentes régions du Burkina pour prendre part à cet atelier initié grâce à la coopération taïwanaise au Burkina afin de renforcer leurs connaissances pour mieux prendre en charge leurs patientes.

Mettre à jour les connaissances et les pratiques des agents de santé, notamment de 311 sages-femmes et maïeuticiens d’Etat issus de structures de santé des différentes régions du Burkina. Une initiative de la coopération de la Chine Taïwan au Burkina à travers la mission médicale taïwanaise basée à Koudougou en collaboration avec le projet CSPS/CM du ministère de la Santé mis en œuvre dans le cadre des Engagements nationaux. Il s’agit d’une formation continue pour le renforcement des capacités des agents de santé. Une session de formation s’est déroulée du 11 au 15 mars dernier à Ouagadougou et a porté sur les pratiques de tous les jours que sont les conditions difficiles d’accouchement qu’on appelle dystocies, les cas difficiles et aussi les réflexes que les agents doivent avoir. La formation continue, selon le ministre de la Santé, Léné Sebgo, qui a présidé la clôture des travaux, est un élément important pour améliorer les capacités des agents à fournir de meilleures qualités de soins. Il a confié avoir vu que les participants ont eu, non seulement, une formation théorique mais aussi pratique à travers l’utilisation des mannequins qui, dit-il, leur permet de se mettre dans une situation quasiment réelle. Ainsi, ces sages-femmes et maïeuticiens d’Etat ont approfondi leurs connaissances et se sont mis à niveau par rapport aux nouvelles techniques développées par la coopération chinoise. Le ministre Léné Sebgo s’est dit satisfait de ce qu’il a vu, tout en rappelant que cette formation a commencé depuis 2011 et doit continuer jusqu’en 2015 le temps de toucher le maximum de personnes concernées. Aux participants, le premier responsable du département de la Santé a adressé ses encouragements pour ce qu’ils font à savoir sauver des vies. Léné Sebgo leur a rappelé qu’ils ont un rôle important et extrêmement sensible qui est de donner la vie. Il leur a prodigué des conseils, tout en leur demandant d’avoir d’autres sources de motivation que l’argent. « Vous devez avoir une satisfaction morale parce que vous sauvez des vies et donnez le sourire. Vous devez toujours travailler à être utiles pour les populations et le pays », leur a fait savoir le ministre de la Santé. A l’issue de cet atelier, les participants ont reçu chacun un kit et une attestation.

Des acteurs s’expriment

Tana Bagnoa/Ouali (Sage-femme au district de Bogodogo et formatrice) « J’ai eu à bénéficier de deux mois de formation avec trois autres sages-femmes à Taïwan et à l’issue de celle-ci, nous avons donné la première formation en 2011 à l’hôpital Blaise Compaoré et celle qui vient de s’achever. J’ai exposé sur les complications de la grossesse à savoir le diabète et l’anémie de grossesse. Nous avons aussi appris aux participants ce qu’ils n’ont pas fait sur place par exemple la préparation à l’accouchement. Ce sont des classes où nous invitons les femmes et leur expliquons comment la grossesse évolue. Ainsi, nous préparons les femmes psychologiquement à la grossesse, à l’accouchement, au post-partum. Les femmes sont donc préparées avant de venir en salle d’accouchement et il n’y a plus de stress qui, s’il est dans l’esprit, il est dans le corps et cela peut bloquer le travail de l’accouchement ».

Soungalo Ouattara (Maïeuticien d’Etat, responsable à la maternité Yennenga)

« Une formation a toujours été un plus. Nous faisions ces pratiques sur le terrain mais, il faut souvent rafraîchir la mémoire puisqu’il y a des astuces qui peuvent passer inaperçues. En renforçant nos compétences, cela nous permettra d’être mieux outillés pour pouvoir prendre en charge les femmes que nous avons sous notre responsabilité. De plus pendant cette formation, c’est qu’en dehors du cours théorique, il y avait la pratique sur les mannequins et la vidéo et vous vous sentez dans l’activité. Sinon à l’école, on peut avoir un module sans jamais voir ça sur le terrain ».

Antoine BATTIONO

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !