Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Journée mondiale de lutte contre la tuberculose à Bobo : sous le signe de l’éradication totale de la maladie - 26/03/2013 - Le pays - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Bobo-Dioulasso a abrité le dimanche 24 mars 2013, la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose. Placée sous le thème : « Halte à la tuberculose de mon vivant », cette journée a été célébrée avec plusieurs slogans d’ordre national, appelant tous les acteurs à une lutte acharnée pour éradiquer définitivement ce mal au Burkina. Faire connaître la tuberculose et montrer les efforts entrepris pour l’éliminer, faire naître un soutien en faveur de la lutte antituberculeuse, mobiliser les communautés en faveur de cette lutte, promouvoir la lutte antituberculeuse et les soins contre cette maladie, encourager les gouvernements et les donateurs à investir dans la lutte antituberculeuse et à prôner un engagement plus ferme en vue de placer la tuberculose au centre des préoccupations mondiales dans l’espoir de l’éliminer d’ici à 2050 ; ce sont autant d’objectifs recherchés dans la célébration de la journée de lutte contre la tuberculose de 2013, avec pour thème : « Halte à la tuberculose de mon vivant ».

Après Gaoua qui a abrité l’édition de 2012, celle de Bobo a connu plusieurs slogans qui visent l’implication sans réserve des acteurs en vue de faire face à la maladie. Comme slogan au plan national, on retiendra : « Zéro décès dû à la tuberculose, un accès universel aux soins pour la tuberculose un traitement rapide de la tuberculose, et un monde libéré de la tuberculose ». Placée sous le patronage de Léné Sebgo, ministre de la Santé, la célébration de la journée qui s’est déroulée à la place de la mairie centrale a été une occasion de sensibilisation de toutes les couches sociales pour mieux cerner le contexte de la maladie et avoir une autre approche pour mieux la combattre. C’est dans ce sens que le maire de Bobo, Salia Sanou, a rappelé aux uns et aux autres d’avoir une autre vision de la maladie, longtemps considérée comme un sortilège et certains n’hésitaient pas à se retourner vers les marabouts et charlatans pour chercher la guérison. « La tuberculose est une maladie comme les autres. Elle se guérit complètement et les soins sont gratuits. En cas de contamination, retournez-vous vers les centres de santé », a-t-il conseillé.

Une baisse de la contamination

La représentante des malades de tuberculose, Sita Koné, qui est presqu’à terme de son traitement, est allée dans la même lancée que le maire en disant ceci : « Celui qui tousse plus de deux semaines doit se rendre dans un centre de santé pour un examen de tuberculose ». Elle a profité de la tribune pour lancer une sensibilisation en ces termes : « Ceux qui sont déjà atteints doivent avoir de bonnes règles d’hygiène, notamment en se protégeant le nez et la bouche avec la main ou un mouchoir quand ils toussent. Il faut également éviter de cracher partout au sol ».

Dans la mise en forme, la représentante résidente de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) au Burkina, Dr Djamila Cabral, a indiqué que 9,27 millions de nouveaux cas sont détectés dans le monde dont 95% dans les pays en développement. C’est pourquoi l’OMS considère la tuberculose comme un problème sérieux de santé publique en Afrique. D’après elle, un rapport de 2012 sur la tuberculose aurait indiqué que 30 à 60% des tuberculeux étaient également infectés par le VIH/Sida. C’est pourquoi les deux dépistages sont concomitamment faits en cas de contagion l’un dans l’autre. Cependant, a-t-elle souligné, la tuberculose pulmonaire dépistée précocement et traitée régulièrement pendant 6 mois assure une guérison sans séquelles. Toutefois, elle a loué les efforts consentis par le gouvernement et les organismes ainsi que d’autres acteurs intervenant dans la lutte, lesquels efforts ont permis une nette baisse de contamination. Le ministre de la Santé, Léné Sebgo, a révélé qu’en 2010, 5 135 nouveaux cas de tuberculose contagieuse ont été dépistés et mis sous traitement. Il a par ailleurs précisé que parmi ces cas décelés, 3 041 sont des tuberculoses pulmonaires contagieuses et qui ont été traitées avec succès. C’est pourquoi il a trouvé le thème de l’édition 2013 comme une interpellation à plus d’engagement contre le fléau. Le ministre a également fait savoir que la région des Hauts-Bassins qui abrite cette édition, a dépisté 914 cas en 2012.

A savoir plus sur la tuberculose :

  • Certaines personnes dont les défenses immunitaires sont affaiblies sont plus vulnérables face à la tuberculose. Ce sont : les femmes enceintes, les enfants en bas âge, les personnes âgées, les diabétiques, les alcooliques, les personnes malnutries, les fumeurs et les personnes vivant avec le VIH/Sida.
  • Chaque année, plus de 9 millions de nouveaux cas de tuberculose sont détectés dans le monde, dont 4 millions contagieux.
  • Toutes les 10 secondes, une personne meurt de tuberculose dans le monde, et l’Afrique paie le lourd tribut avec plus de 1,6 millions de décès. Source : Dossier de presse.

Josias Zounzaola DABIRE

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !