Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Avril 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mars/Avril 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre la rage au Burkina : l’Ordre national des vétérinaires s’arme contre le mal - 07/10/2013 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’Ordre national des vétérinaires du Burkina a organisé, le 4 octobre 2013 à Koudougou, un atelier de formation des techniciens de la santé animale et humaine sur la rage. Cette activité entre dans le cadre de la Journée internationale de lutte contre la rage, célébrée chaque 28 septembre et ce, depuis 2011.

Une soixantaine de techniciens de la santé animale et humaine, venus des provinces du Boulkiemdé et du Sanguié ont pris part à Koudougou, à l’atelier de formation organisé dans le cadre de la célébration en différé, de la Journée internationale de la lutte contre la rage. Au cours de ce conclave, des personnes-ressources ont développé des sujets se rapportant au thème de la Journée internationale de lutte contre la rage. Il s’agit entre autres, du médecin, chef du service des maladies infectieuses au Centre hospitalier universitaire Yalgado- Ouédraogo, Dr Rigobert Thiombiano, qui a fait un exposé sur : « La problématique de la rage humaine au Burkina Faso », du représentant du laboratoire SANOFI- Pasteur au Burkina, de M. Thierry Millogo qui a animé un thème sur : « La prise en charge des personnes exposées ». Profitant de leur séjour à Koudougou, les membres de l’Ordre national des vétérinaires sont allés le 3 octobre s’entretenir avec les autorités communales de Koudougou, en vue de l’ouverture prochaine d’un centre antirabique dans leur ville. Une proposition que la commune a accueillie avec joie.

La rage est un problème de santé publique

La rage est une zoonose majeure qui sévit à l’état d’enzootie au Burkina Faso selon le constat fait par l’Ordre national des vétérinaires. Elle est devenue un problème de santé publique et une préoccupation mondiale. En effet, plus de 60 000 personnes meurent par an des suites de la rage dans le monde, soit une personne toutes les 10 minutes. Aussi, plus de 15 millions de personnes sont vaccinées par an après exposition. Au « pays des Hommes intègres », 10 à 15 personnes sont prises en charge par le service d’hygiène dans la seule ville de Ouagadougou où le traitement est administré. Selon les spécialistes, la rage est une maladie mortelle à 100% lorsqu’elle est déclarée chez l’homme et les animaux. Depuis, la célébration en 2011 de l’année mondiale Vétérinaire- VET 2011, l’Ordre national des vétérinaires du Burkina Faso s’est fortement investie dans la sensibilisation autour de cette maladie avec le soutien de ses partenaires que sont AFROREB (Africa rabies expert bureau/Bureau des experts de la rage du continent africain) et les laboratoires MERIAL et SANOFI- Pasteur. Ainsi, l’Ordre national des vétérinaires a organisé au cours de l’année 2012, précisément du 23 au 28 septembre, des activités de sensibilisation et de formation dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale contre la rage. C’est ainsi que des émissions radiophoniques ont été réalisées et diffusées dans plusieurs radios de la capitale au profit de la population. Selon le centre des médias de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la rage est une maladie négligée, touchant des populations pauvres et vulnérables dont les décès ne sont pas notifiés. Elle survient principalement dans des communautés rurales reculées où des mesures de prévention de la transmission à l’homme ne sont pas mises en œuvre. La sous-notification des cas de rage empêche par ailleurs la mobilisation de ressources auprès de la communauté internationale pour l’élimination de la rage transmise par le chien.

La rage se manifeste sous forme furieuse, le malade est hyperactif, excité, présente une hydrophobie et parfois, une aérophobie. Le décès survient en quelques jours par arrêt cardiorespiratoire. Dans 30% environ des cas humains, la rage peut se présenter sous sa forme paralytique. L’évolution est moins spectaculaire et généralement plus longue que dans la rage furieuse. Les muscles sont progressivement paralysés, à partir de l’endroit de la morsure ou de l’égratignure. Les cas de rage paralytique sont souvent mal diagnostiqués et donc sous-notifiés. Il n’existe pas de test permettant de diagnostiquer la rage avant le début de la phase clinique et, en l’absence des signes spécifiques d’hydrophobie ou d’aérophobie, le diagnostic clinique peut s’avérer difficile. Le chien est à l’origine de l’infection dans tous les cas mortels de rage humaine survenant chaque année dans le monde. En rappel, la Journée mondiale de lutte contre la rage est organisée le 28 septembre de chaque année en mémoire de Louis Pasteur qui a découvert le vaccin contre la rage. Ceci afin d’inciter les Etats à redoubler de vigilance et de faire de la mobilisation sociale pour vaincre cette maladie.

François KABORE

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !