Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Cancer du col de l’utérus : plus de 500 femmes dépistées grâce au Rotary club Ouaga savane - 11/10/2013 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Rotary club Ouaga savane, en collaboration avec l’association Stop cancer du col de l’utérus, a organisé, le mardi 8 octobre 2013, une journée de dépistage du cancer du col de l’utérus à Loumbila dans la province de l’Oubritenga.

Les femmes de Loumbila dans la province de l’Oubritenga étaient mobilisées le mardi 8 octobre 2013. Et pour cause, le Rotary club Ouaga savane en collaboration avec l’association Stop cancer du col de l’utérus et le Conseil municipal de Loumbila a organisé une journée de dépistage du cancer du col de l’utérus. Selon le président de l’association Stop cancer du col de l’utérus, Pr Jean Lankoandé, plus de 500 femmes ont été dépistées au cours de la journée. Il a précisé que c’est l’un des cancers qui peut être guéri à 100% si le dépistage est fait à temps. Toutefois, dépisté tard, la guérison totale devient impossible. « Malheureusement au Burkina 80% des cancers du col de l’utérus sont dépistés à un stade très avancé, d’où l’importance de ces actions de mobilisation sociale », a-t-il affirmé. Il a déclaré que leur association vise trois objectifs. « Premièrement, c’est faire la prévention du cancer du col de l’utérus au Burkina en allant vers les populations-cibles composées de 80% de femmes en milieu rural. Deuxièmement, nous voulons équiper un camion qui nous permettra de faire le diagnostic et le traitement sur place. Troisièmement, c’est de faire le suivi de ces femmes », a révélé Pr Jean Lankoandé.

Pour le gouverneur du district 9101 du Rotary international, Antonio Rocha, cette action entre en droite ligne des axes prioritaires défendus par leur mouvement. En effet, dans le domaine de la santé, le Rotary international a deux principaux axes. Premièrement, la prévention et le traitement de la maladie et deuxièmement, la santé de la mère et de l’enfant. Il a indiqué que le Rotary international est très impliqué également dans la lutte contre la poliomyélite depuis 1979. « En 1985, le Rotary a donné lumière à un programme qui s’appelle Polio plus qui a pour but d’éradiquer cette maladie. En 1985, il y avait 125 pays où la maladie était endémique et actuellement, il n’ y a que trois. Nous pensons qu’il sera possible de l’éradiquer en 2018 », a-t-il ajouté. Il n’a pas manqué d’apprécier le dynamisme du Rotary club Ouaga savane. Le président 2013-2014 du Rotary club Ouaga savane, Jean François Cornu, a assuré qu’après le dépistage, son club fera le suivi à travers l’association Stop cancer du col de l’utérus. Il a, en outre, apprécié le degré de sensibilisation fait sur la maladie par le conseil municipal et l’association du Pr Jean Lankoandé. "Nous sentons qu’il y a un important travail qui a été fait par l’association Stop cancer du col de l’utérus et le conseil municipal pour sensibiliser les populations sur des questions qui sont délicates.

Nous allons continuer après le dépistage d’assurer le suivi à travers l’association", a-t-il affirmé. Quant au maire de la commune de Loumbila, Mme Assétou Bihoun/Ilboudo, elle s’est dit fière que le Rotary et son partenaire aient choisi sa commune pour lutter contre cette maladie qui constitue un problème de santé publique de par sa fréquence et de par sa gravité. « Nous accueillons cette activité à bras ouverts car nous voulons aussi participer à l’éradication de ce mal qui fatigue beaucoup les femmes », a-t-elle indiqué.

Raphaël KAFANDO

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !