Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Vaccin contre le paludisme : le RTS,S protège les enfants pendant 18 mois - 16/10/2013 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le candidat vaccin antipaludique, RTS,S, réduit le cas de paludisme chez les enfants. C’est ce qu’a révélé une étude de phase III de ce produit, auprès de plus de 15 000 enfants et nourrissons. Son enregistrement pourrait intervenir en 2014 auprès de l’Agence européenne des médicaments (EMA) selon GSK (un des leaders de la recherche pharmaceutique), à la conférence panafricaine tenue du 6 au 11 octobre 2013 à Durban en Afrique du Sud.

Le RTS,S est en expérimentation depuis quelques années dans 11 sites africains dont celui de Nanoro au Burkina Faso. Candidat vaccin, le nom collé à tous les projets de recherche de vaccin, le RTS,S est en passe de gagner l’examen. En effet, les résultats d’une étude à grande échelle de phase III présentés à la conférence panafricaine d’initiative multilatérale sur le paludisme montrent que le RTS,S, le plus avancé des vaccins en développement clinique, continue de protéger contre le paludisme les enfants et les nourrissons jusqu’à 18 mois après leur vaccination. Ces derniers résultats ont démontré que pendant la période de suivi de 18 mois, RTS,S a réduit de près de la moitié le nombre de cas de paludisme chez les jeunes enfants âgés de 5 à 17 mois à la première vaccination et de près d’un quart les cas de paludisme chez les nourrissons âgés de 6 à 12 semaines à la première vaccination. Dans la première cohorte, la première vaccination avec RTS,S ont vu une réduction de 46% des accès palustres. Une moyenne de 941 cas de paludisme clinique a été évitée pendant les 18 mois de suivi pour chaque millier d’enfants vaccinés de cette classe d’âge. Les cas de paludisme sévère ont été réduits de 36%, représentant 21 cas d’accès palustres sévères évités pendant les 18 mois de suivi pour 1000 enfants vaccinés. Les chercheurs ont également noté que les hospitalisations pour accès palustres ont diminué de 42% dans leur milieu de suivi. Chez les nourrissons de 6 à 12 semaines à la première vaccination avec RTS,S, les cas de paludisme clinique ont affiché un recul. « Il semble que le candidat vaccin RTS,S présente un potentiel d’impact significatif sur la santé publique », a déclaré le Dr Halidou Tinto, investigateur principal du site d’essai de Nanoro au Burkina Faso et président du comité du partenariat pour les essais cliniques. « Le fait de prévenir un nombre important de cas de paludisme au sein d’une communauté diminuerait le nombre de lits d’hôpitaux remplis d’enfants malades. Les familles perdraient moins de temps et moins d’argent à s’occuper de ces enfants et disposeraient de plus de temps pour travailler ou exercer d’autres activités. Bien entendu, les enfants eux-mêmes bénéficieraient des avantages à être en meilleure santé », s’est réjoui Dr Tinto.

Sur la base de ces données, GSK, un des leaders de la recherche pharmaceutique, a maintenant l’intention de soumettre, en 2014, une demande réglementaire auprès de l’Agence européenne des médicaments (EMA). L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué qu’une recommandation pour le candidat vaccin antipaludique RTS,S serait possible dès 2015 dès lors qu’il recevrait un avis scientifique favorable de l’EMA. Les partenaires tels que PATH malaria vaccine initiative et GSK ont montré leur satisfaction. « Ces données nous confirment dans notre décision de déposer un dossier de demande réglementaire pour le vaccin candidat qui, s’il aboutit, nous rapprocherait d’autant plus de la possibilité de disposer d’un outil supplémentaire de lutte contre cette maladie mortelle. Nous sommes reconnaissants aux scientifiques à travers l’Afrique et GSK ainsi qu’à nos partenaires qui ont travaillé sans relâche pendant près de 30 ans pour nous amener à ce stade aujourd’hui », a souligné le directeur général de GSK Andrew Witty.

Ces derniers résultats ont démontré que pendant la période de suivi de 18 mois, RTS,S a réduit de près de la moitié le nombre de cas de paludisme chez les jeunes enfants (âgés de 5 à 17 mois à la première vaccination) et de près d’un quart, les cas de paludisme chez les nourrissons (âgés de 6 à 12 semaines à la première vaccination).

L’efficacité du vaccin a également été évaluée séparément par chacun des sites d’essais, qui représentent un large éventail de niveau de transmission du paludisme. Son efficacité est statistiquement significative dans tous les sites pour les jeunes enfants et dans quatre sites pour les nourrissons.

Boureima SANGA
Source : Communiqué conférence panafricaine sur le paludisme (CCPP)

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !