Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Le centre médical Saint Camille à Ouagadougou se dote d’une IRM - 18/11/2013 - Le Faso - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le centre médical saint Camille à Ouagadougou, n’arrête pas le progrès. Alors que le 29 octobre 2011, il installait un scanner de dernière génération pour le bonheur des populations Burkinabè, il récidive cette année en acquérant une unité d’Imagerie à Résonance Magnétique (IRM).

Selon Roger DEMEURE (ingénieur d’application IRM siemens) et installateur de l’outil, « une IRM est une technique, une machine qui permet de faire des images sans nécessairement injecter de produit de contraste, contrairement à ce qu’on connait d’habitude. Elle est surtout une technique qui permet d’imager les tissus mous au sein du corps ». Ceux-là s’entendent de tout ce qui est renfermé dans des structures osseuses, tels que le cerveau, la moelle osseuse ou la colonne vertébrale. Avec l’IRM, le médecin prescripteur aura de très belles images par exemple du cerveau, de très belles images au niveau de la colonne vertébrale, également de la moelle osseuse. Et plus encore aujourd’hui, ajoute Roger DEMEURE, il disposera de très belles images au niveau de l’abdomen. C’est donc une technique qui permet de couvrir tout le secteur anatomique et de donner des informations essentielles dans des régions difficiles à imager avec le rayon X. Faudra-t-il croire que l’IRM dans l’univers de l’imagerie médicale, vient comme un produit de gamme supérieure au scanner ? L’ingénieur de Siemens parle plutôt de complémentarité. « L’IRM et le scanner se complètent dit-il, surtout en ce sens que notamment dans un service d’urgence, le scanner est beaucoup plus rapide, et permet d’intervenir au niveau de l’imagerie avec des temps beaucoup plus courts, tandis que l’IRM est une technique beaucoup plus lente et donc pas réservée aux urgences ».
Deux IRM pour tout le Burkina Faso.

A ce jour, le centre médical saint Camille et l’hôpital Blaise Compaoré sont les seules structures sanitaires à être dotées de l’outil IRM au Burkina Faso. Selon les experts de Siemens, d’une manière générale, il n’y a pas suffisamment d’IRM, parce que d’une part la technique est beaucoup plus couteuse que le scanner rayon X, et ensuite, parce que c’est une technique beaucoup lus récente que le scanner. C’est pour cela que d’une manière globale et pas seulement en Afrique, il faudrait disposer de beaucoup d’IRM, compte tenu que la technique est lente, pour pouvoir faire les nombreux examens que les médecins prescrivent. Par exemple si l’on veut faire de la cardiaque, au scanner, il faudra quelques secondes, tandis qu’en IRM il en faudra une demi-heure. Conséquemment, pour pouvoir prendre beaucoup plus de patients, il faudra plus d’IRM pour compenser ce problème de vitesse. Rêve futur pour le centre.

La longueur du temps imparti par examen de l’IRM n’est pas sans conséquence sur le coup du service, et l’urgence du moment est à l’établissement d’un tarif accessible. Pour le frère Camille LAGUEMWARE, coordonnateur en imagerie médicale au centre médical Saint Camille : « nous sommes entrain d’étudier la tarification au niveau de l’IRM. Notre centre tient à sa vocation sociale et ne saurait pour rien au monde se désolidariser de ceux qui sont démunis ». Un pari déjà remporté pour le bonheur des donateurs de l’outil IRM, qui étaient sceptiques quant à la possibilité des malades Burkinabè à honorer les frais d’un examen IRM. En effet, le prix fixé est au plus bas de la région, 65 000Fcfa. Ce prix pourra cependant être revu à une petite hausse avec le temps, et en accord avec la législation au Burkina, et dans le respect du vœu des donateurs, dans le souci d’éviter que trop de social ne conduise pas tout le centre médical à une gymnastique équilibriste dans les règlements de factures de fin de mois.

Service après vente assuré

Acquérir du matériel sophistiqué est une chose et savoir l’utiliser en est une autre. Une équation qui pèche souvent en Afrique mais qui n’est pas une gageure pour SIEMENS la firme installatrice de l’IRM de Saint Camille. « La priorité chez Siemens, est de former des gens localement, qui soient capables d’assurer la continuité du bon fonctionnement de la machine, assure Roger DEMEURE ». A quoi renchérit Joël Z. OUEDRAOGO, technicien supérieur biomédical formé en Allemagne : « nous sommes formés non seulement pour assurer la maintenance technique des machines mais aussi pour être capables de les manipuler et de produire des images correctes et utiles pour le radiologue ». Il est un de ceux qui au Burkina pourront interpeler les spécialistes de Siemens, pour avoir des solutions aux problèmes qui pourraient survenir.

Le centre médical enregistre une moyenne journalière de 15 patients au niveau du scanner, 40 patients pour la radio x standard, et 60 environ pour l’échographie.

joseph kinda

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !