Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre les cancers infantiles : une table ronde pour susciter des solutions - 15/02/2014 - Le Faso - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Deux heures de tables rondes. Action contre le cancer infantile au Burkina (ACCIB) a organisé ce jeudi 13 février 2014 une table ronde au Centre Hospitalier universitaire Souro Sanou (CHUSS) de Bobo-Dioulasso. Avec comme principal communicateur le pédiatre Boubacar Nacro, cette table ronde a été l’occasion pour des spécialistes de la question et des invités de se plancher sur la problématique des cancers infantiles au Burkina Faso.

Pr Nicolas Médah, directeur général du Centre Muraz, Pr Boubacar Nacro, Pédiatre, Dr Esaïe Médah, Directeur général des maladies…, sont entre autres des experts de la santé qui ont répondu à l’appel d’Action contre le cancer infantile au Burkina (ACCIB). Dans la continuité des activités entreprises pour commémorer la journée internationale de lutte contre le cancer (4 février de chaque année), ACCIB a donc regroupé autour d’une même table, pédiatre, pharmacien, parents des victimes, épidémiologiste… pour discuter de cancers infantiles.

Selon la présidente d’ACCIB, Sylvie Paley parmi plusieurs activités, la table ronde de sa structure a pour objectif de fédérer les énergies dans la lutte contre le cancer infantile. Un cancer qui est à la base du malheur de bon nombre d’enfants. A titre d’exemple, chaque année c’est au moins une quarantaine d’enfants cancéreux qu’on décèle au CHUSS.

Après une projection de film documentaire « Dans les coulisses de la pédiatrie Souro Sanou », le communicateur du jour, le pédiatre Boubacar Nacro a développé son thème « Les cancers infantiles curables : Ampleur et défis ». Pour le Pr Nacro, de façon simple on appel cancer une multiplication anarchique de cellule de l’organisme au niveau d’un organe échappant aux mécanismes de contrôle.

Comme cancer infantile, les statistiques ont montré que le lymphome de Burkitt, la leucémie aigue lymphoblastique, le rétinoblastome (cancer de l’œil) et la néphroblastomes (cancer du rein) sont les plus fréquents au Burkina. Si dans des pays développés ces cancers ne sont plus des causes majeures de mortalité, la communication du Pr Boubacar Nacro a sidéré plus d’une personne quant à la réalité du Burkina.
Des problèmes à tous les niveaux

Le meilleur traitement d’un cancer se fait grâce à un dépistage rapide. Hors, pour le Pr Nacro, la plus part des enfants cancéreux burkinabè arrive dans un stade avancé dans les services de soins. Ce qui fait que les traitements sont compliqués et mitigés. D’autant plus que les infrastructures n’y sont pas du tout.

Des médicaments aux salles de traitements désuètes, la chaîne de traitement ne facilite pas non plus la tâche aux professionnels. Pire, pour le Pr Nacro, plein de cancer n’arrive pas à l’hôpital. Et les parents qui ont le courage de venir à l’hôpital finissent toujours par abandonner à cause du coût exorbitant des traitements.

Mais, ce qui est inquiétant, c’est bien l’avenir. Avec la consommation croissante des OGM les cancers se développeront d’avantage selon les spécialistes. Après la communication du Pr Boubacar Nacro, un tour de table a permis à tous les invités de se prononcer et de donner leur contribution à la lutte contre le cancer infantile.

Ousséni BANCE

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !