Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Maladies de la peau : 30% des consultations, 50% des hospitalisations - 23/01/2007 - Le pays - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, abritera du 13 au 17 février 2007 le 26e congrès de l'Association des dermatologues francophones. Pour le comité d'organisation qui a tenu une conférence de presse le 22 janvier 2007 au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo de Ouagadougou, cette rencontre est un défi.

La Société burkinabè de dermatologie, d'esthétique et de cosmétologie (SOBUDEC) a animé une conférence de presse, le lundi 22 janvier 2007 au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo, autour de l'organisation de la 26e édition du biennal congrès des dermatologues francophones, lequel est prévu pour se tenir du 13 au 17 février 2007 à Ouagadougou et dont elle est l'organisatrice. En effet, selon le Professeur Adama Traoré, professeur titulaire de dermatologie vénéréologie, son président, c'est la SOBUDEC qui dirige l'organisation du congrès de Ouagadougou, conformément aux principes de l'Association des dermatologues francophones (ADF); toutefois, le comité d'organisation de la 26e édition bénéficie de l'appui des ministères de la Santé et des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique ainsi que des autres sociétés scientifiques. A noter que la SOBUDEC a vu le jour en septembre 2004 et l'ADF depuis 1921 à Paris.

Pour le comité d'organisation, cette 26e édition est un challenge. Car, a soutenu le Pr Traoré, outre le fait que c'est seulement la 2e fois que l'ADF tient son congrès en Afrique noire, après Dakar en 1986, l'objectif général consiste en une réussite éclatante. Ainsi, le congrès de Ouagadougou devait enregistrer la participation du plus grand nombre de dermatologues francophones, de cosmétologues et esthéticiennes. Le nombre des personnes attendues s'élève à 400, issues d'environ une trentaine de pays, a indiqué le président du comité. Au plan national, ils seraient une centaine de médecins, étudiants paramédicaux, esthéticiennes et cosmétologues à y prendre part, a-t-il précisé.

La rencontre vise également à susciter l'adhésion de nouveaux membres à l'ADF, de même qu'à la SOBUDEC, ainsi que la mise à jour des connaissances, à travers les thèmes qui y seront abordés. Lesdits thèmes sont notamment : la dermatologie tropicale, les mycobactérioses cutanées (lèpre, ulcère de Buruli et tuberculose), les IST/VIH/SIDA, les dermatoses pédiatriques, les tumeurs cutanées; il sera par ailleurs question d'échanger sur les perceptions sur certains autres sujets, à savoir la peau, les cheveux et la cosmétologie à travers les continents. Aussi le comité d'organisation a-t-il jugé que le thème qui collerait mieux à l'objectif général et aux cibles serait : "Le 26e congrès de l'ADF, pour la santé et la beauté de la peau, des cheveux et des ongles".

Du reste, il convient de savoir que la dermatologie est une spécialité médicale qui s'occupe des maladies de la peau, des muqueuses, des ongles et des cheveux; elle s'occupe également des maladies dites vénériennes ou IST dont le VIH/SIDA. Selon le Pr Adama Traoré, la spécialité est d'une grande importance, d'autant que, a-t-il soutenu, la fréquence des maladies y afférentes est de 30% parmi les consultations et de 50% chez les hospitalisés. Il faut du reste reconnaître avec le professeur, sans ignorer les fonctions multiples que joue la peau, que la demande de soins et de beauté est universelle.

Malheureusement l'état des lieux au Burkina Faso présente une demande importante, pourtant, paradoxalement, l'accès aux soins est difficile, a déploré le conférencier du jour selon toujours qui, il n'y a que 10 dermatologues et 10 coiffeuses esthéticiennes et cosmétologues sur un total de 700 coiffeuses et coiffeurs environ.

Par Lassina SANOU

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !