Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

District sanitaire de Boromo : Epidémie de fièvre jaune : deux cas dont un décès - 06/03/2006 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le district sanitaire de Boromo vient d’enregistrer deux cas de fièvre jaune. Pour en savoir plus sur cette maladie contagieuse, «Sidwaya» s’est entretenu avec le docteur Seydou Ouattara en service au Centre médical avec antenne chirurgicale de Boromo.
Selon le docteur Ouattara, l’existence d’un seul cas de fièvre jaune constitue déjà une épidémie alors que le Centre médical de Boromo en a enregistré deux cas.

Le premier cas en provenance du village de Séréna dans le département de Oury, présentait les signes de la maladie depuis le mois d’octobre 2005. Agé de 27 ans, ce malade a été transféré à Boromo où des prélèvements de sang ont été effectués en janvier dernier. C’est le Centre Muraz de Bobo-Dioulasso et par la suite l’Institut Pasteur de Dakar, qui ont confirmé que le malade souffrait de la fièvre jaune en début février, explique le docteur Ouattara. Il révèle qu’un autre cas de fièvre jaune, a été reçu par ses services mais ce malade relève du village de Laba dans le district sanitaire de Réo. Malheureusement, ce malade est décédé en cours d’hospitalisation. Celui de Séréna, précise le docteur, avait été vacciné en 1999 contre la fièvre jaune lorsqu’il partait pour la Côte d’Ivoire. Une vaccination qui lui a peut-être procuré une certaine immunité face à la maladie. Actuellement le malade de Séréna se porte bien après les soins. La fièvre jaune souligne le docteur Seydou Ouattara transmise par un moustique appelé “aèdes” est contagieuse; elle présente presque les mêmes signes que le paludisme (fatigue, fièvre, manque d’appétit, vomissements, vertiges, coloration jaune des yeux) : “ c’est une pathologie grave, mortelle dans la majorité des cas. Le malade décède dans un tableau d’hémorragies diffuses, d’insuffisance rénale.”. Il conseille aux populations de se protéger contre les moustiques et de détruire tout site favorable à leur éclosion. Un troisième cas aurait été enregistré à Dédougou en fin 2005.

Pour faire face à l’épidémie, les autorités sanitaires sont en train d’élaborer un plan d’action afin de vacciner toute la population notamment tout sujet âgé de plus de 6 mois. Quant aux maladies à potentiel épidémique, le docteur Ouattara affirme que la surveillance épidémiologique est de mise et jusqu’à la date du 2 mars, le district n’a pas encore atteint le seuil d’alerte en cette période favorable à la méningite, même si des cas sporadiques sont signalés.

Rasmané Zongo

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !