Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Fièvre jaune : Un seul cas constitue déjà une épidémie - 14/03/2006 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Courant décembre 2005, deux cas de fièvre jaune ont été diagnostiqués à Boromo et confirmés par l’Institut Louis Pasteur de Dakar en janvier 2006. Quelles sont les mesures à prendre pour se protéger et lutter contre cette maladie ?
Le docteur Souleymane Sanou, directeur de la lutte contre les maladies donne des précisions sur la maladie.

La fièvre jaune est une maladie très mortelle (dont un seul cas constitue une épidémie) causée par un moustique appelé Aèdes, hôte du virus amaril, vecteur de la maladie.
Elle se manifeste par un ictère (jaunissement des yeux de la peau et de paumes) et une forte fièvre. Dans les cas graves, le patient émet des selles noirâtres et des vomissements sanguinolents. Si, rien n’est fait, le sujet en meurt dans les 72 heures suivant le déclenchement de la maladie. 
C’est pourquoi le docteur Sanou, directeur de la lutte contre la maladie demande aux populations un certain nombre de mesures d’hygiène et de protection. Ainsi, dit-il, pour éviter la contagion, il faut dormir sous une moustiquaire et éviter d’abriter les sites pouvant servir de cadre de dépôt des larves du virus. Ce sont les récipients sales et humides, telles les jarres, les marmites, les boîtes et surtout les pneus.

Le Burkina, depuis le milieu des années 1990, est à risque d’épidémie de fièvre jaune. Un plan d’immunisation de la population a été développé par le ministère de la Santé. Mais la cherté du prix du vaccin et les contraintes budgétaires font que la population ne peut pas être vaccinée en une seule fois. Le pays a été catégorisé, selon le docteur Sanou, en trois zones de risque.
La zone de risque très aigu la zone de risque moins aigu et celle de risque subaigu. C’est pourquoi dit-il, des campagnes de riposte ont été conduites dans la zone de risque très aiguë, notamment celle du Sud-Ouest où des cas de fièvre jaune ont été notifiés. Ces campagnes entendent être étendues aux autres zones. Pour ce faire, le ministre de la Santé a introduit une requête auprès de l’Agence internationale pour les vaccins et les vaccinations dénommée GAVI.
Une requête qui a été également introduite par les autres pays de la sous-région. Compte tenu de l’urgence de la situation, l’Organisation mondiale de la santé a évalué le volume total des besoins en vaccins qu’elle a soumis à GAVI. Une réponse favorable à cette requête permettra, soutient le docteur Sanou, de vacciner les populations des autres zones.
A propos des cas déjà notifiés, ils n’ont pas engendré le développement de foyers de la maladie, rassure M. Sanou.  

A.V.K

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !