Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre le SIDA : Un nouveau produit disponible au Burkina - 12/06/2007 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Ouagadougou a abrité, samedi 9 juin 2007, un symposium scientifique sur la lutte contre le SIDA au Burkina Faso. Ce symposium a enregistré le lancement d’un produit antirétroviral. Dans l’entretien qu’il a accordé à Sidwaya, M. Alassane Diagne, responsable des laboratoires Merck Sharp et Dohme international (MSD) situe sur l’importance et l’intérêt de ce nouveau produit.

Sidwaya (S.) : M. Alassane Diagne, pouvez-vous présenter à nos lecteurs le nouveau produit que vous venez de lancer au Burkina Faso ?

Alassane Diagne (A.D.) : Nous avons profité du symposium pour lancer notre nouveau produit qui s’appelle ATRIPLA. Il est un antirétroviral, une trithérapie pour être plus exact.

Il est composé de trois molécules différentes, une conjugaison des efforts de trois firmes pharmaceutiques, chacune des firmes ayant contribué avec une molécule. Donc ATRIPLA est la somme de travail des laboratoires
Merck Sharp et Dohme international (MSD) qui a contribué avec la molécule Efavirenz, les laboratoire Bristol Meyer Squibb (BMS) avec le Ténofovir et les laboratoires Guilead avec l’Entricitabine.

C’est une joint-venture entre ces laboratoires, le privilège de la promotion du produit revenant à MSD. La spécificité de ATRIPLA est qu’il apporte un soulagement dans le traitement des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) pour une meilleure adhérence et une meilleure observance à raison d’un comprimé par jour en une seule prise.
Depuis 1989 jusqu’à une date récente, les PVVIH prenaient au moins 27 comprimés par jour. Ce qui est vraiment astreignant et difficile à supporter.

Egalement, ce nombre élevé de comprimés empêchait d’observer convenablement le traitement. Ce qui entraînait souvent des résistances. Maintenant avec cette innovation majeure, ATRIPLA soulagera un tant soit peu les PVVIH. Par ailleurs, ce nouveau produit n’engendre pas de complications, notamment celles neurologiques, d’augmentation anormale de poids, etc.

S. : ATRIPLA s’intéresse-t-il aux enfants ?

A.D. : Des études sont en cours dans ce sens. Tout nouveau produit n’est pas immédiatement mis à la disposition des enfants compte tenu de leur fragilité. Pour l’instant, il est uniquement disponible pour les adultes qui représentent 80 % des PVVIH du monde.

S. : Pourquoi avoir attendu maintenant pour lancer ce produit au Burkina Faso ?

A.D. : Je vous affirme que le Burkina Faso est le premier pays à bénéficier de ATRIPLA en Afrique de l’Ouest.
Ce qui va faire des jaloux dans la sous-région. Nous comptons le lancer prochainement au Sénégal et ensuite en Côte d’Ivoire. Après, suivront les autres pays du continent. Le Burkina Faso a été choisi en Afrique de l’Ouest parce que de mon humble avis, il est un pays de référence. Premièrement, il dispose d’un plateau technique d’un niveau élevé. Deuxièmement la Centrale d’achat des médicaments essentiels génériques et des consommables médicaux (CAMEG) jouit d’une crédibilité, ce qui écarte d’office tout problème de rupture. Enfin, les responsables du secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le SIDA et les infections sexuellement transmissibles (SP/CNLS-IST) sont d’une compétence et d’une probité exemplaires. Une somme de mérites qui nous a amené à choisir le Burkina Faso comme premier pays de l’Afrique de l’Ouest à bénéficier de ATRIPLA.

S. : Ce nouveau produit est-il accessible financièrement et géographiquement aux populations du Burkina Faso ?

A.D. : Il est parfaitement accessible aussi bien financièrement que géographiquement aux populations du Burkina Faso. A MSD, nous nous accrochons au dollar, une monnaie qui est présentement en train de baisser. ATRIPLA coûte 50 euros, environ 32 000 F CFA pour une boîte d’un mois de traitement. Il est fort possible que ce prix connaisse une baisse sensible dans les jours à venir. Mais pour l’instant, il est bon de savoir que nos produits sont au prix coûtant, c’est-à-dire que nous ne faisons aucun bénéfice avec les pays en voie de développement.
Le stock est assez suffisant présentement. Notre laboratoire dispose actuellement d’un stock de sécurité pouvant répondre à la demande mondiale. Au demeurant, nous avons pris toutes les dispositions nécessaires pour qu’il soit partout au Burkina Faso.

Propos recueillis par Charles OUEDRAOGO

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !