Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Burkina : La méningite bientôt contrôlée ? - 15/05/2006 - Le pays - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La mise au point annoncée d'un nouveau vaccin contre la méningite, utilisable chez les nourrissons et efficace pendant 10 ans, laisse espérer un net recul des terribles épidémies qui frappent régulièrement l'Afrique. Mais il ne contrôlera qu'une des souches des germes responsables de cette maladie.

Cette année encore, l'harmattan, un vent chaud chargé de poussière et de sable, en provenance du Sahara, et la méningite se sont donné rendez-vous au Burkina. "Au 19 mars 2006, on avait un total de 6 110 cas suspects notifiés par les structures de santé, dont 616 décès. Dans 21 districts sanitaires sur les 55 que compte le pays, on a atteint le seuil d'alerte épidémique", résume le Dr René Sylvestre Tiendrébéogo, épidémiologiste à la Direction de la lutte contre la maladie du ministère de la Santé.

Son service surveille les affections dites à potentiel épidémique, au nombre de sept, dont le choléra, la fièvre jaune, la poliomyélite. Mais pour ce spécialiste, la méningite est la plus redoutable de toutes. Elle sévit toute l'année, de façon sournoise et fait le plus grand nombre de victimes entre octobre et avril, pendant la saison sèche. Le rhume, les otites et autres affections des voies respiratoires, fréquentes durant cette période, fragilisent les muqueuses que les méningocoques, germes responsables des épidémies de méningite, empruntent pour passer dans le sang. La colonne vertébrale est ainsi atteinte, le cerveau attaqué, d'où l'appellation populaire de "maladie de la nuque raide", qui peut entraîner le coma, la surdité ou des troubles neurologiques à vie. Avec la saison des pluies et l'accroissement de l'humidité, la maladie baisse en intensité.

Environ une fois tous les dix ans, l'épidémie frappe une douzaine de pays à la fois, situés dans la ceinture africaine de la méningite, qui va du Sénégal à l'Ethiopie. Ainsi, en 1996, on a enregistré 200 000 cas en Afrique, dont 42 000 au Burkina, qualifié par certains de "boucle" de la ceinture. Surveillance, sensibilisation du public, vaccination de masse, traitement aux antibiotiques : les autorités sanitaires ne restent pas les bras croisés. Mais les bactéries responsables de la maladie se jouent de leur détermination.

Réduire l'incidence et stopper la transmission

Un sérum, le vaccin conjugué A, dont la production est prévue pour 2009, devrait faire reculer la maladie. C'est la conviction de l'équipe du Projet vaccin méningite (PVM), financé par la Fondation Bill et Melinda Gates. Rodrigue Barry, chargé de communication du projet, au siège de la représentation de l'OMS (Organisation mondiale de la santé) au Burkina, décrit ce qu'il va changer dans la vie de millions d'Africains. "Le vaccin conjugué A permettra de réduire l'incidence de la souche A, la plus grave de toutes", rappelle-t-il. Le nouveau vaccin, susceptible de protéger même les enfants de moins d'un an, devrait être intégré au Programme élargi de vaccination, permettant ainsi d'immuniser les populations sur 10 à 15 ans et non 2 ou 3 comme c'est actuellement le cas. "Si on vaccine les gens tous les 10 ans, on économise financièrement, on fatigue moins la population et on évite le risque de ce qui s'est passé pour la polio, à savoir la rumeur et la lassitude dues aux multiples campagnes", résume le chargé de communication.

Ce vaccin devrait permettre aussi de briser la chaîne de la transmission. C'est ce que M. Barry appelle l'''effet parapluie de protection", suggérant par là que les personnes protégées ne pourront pas transmettre la maladie à leur interlocuteur, en parlant ou en éternuant, comme c'est le cas aujourd'hui. Autre point fort de ce nouveau sérum : il ne coûtera que 0,32 euro, soit 200 F CFA. Fabriqué en Inde, il sera testé cette année au Mali et en Gambie sous la supervision de l'OMS.

Plusieurs germes de méningocoques

Le Dr Tiendrébéogo comprend et partage l'enthousiasme des promoteurs du vaccin. "Ça pourrait être un élément très important pour le contrôle des épidémies de méningite", dit-il. Il rappelle toutefois la multitude de germes responsables de la méningite et la nécessité de les surveiller. "On peut et on doit, comme l'ambitionne le projet, tenter d'éliminer la méningite à méningocoques A en tant que problème de santé publique, mais si d'autres germes émergent, cela va compliquer la situation", prévient-il.

Sa réserve se justifie. En 2002, une nouvelle souche de bactéries à méningocoques faisait son apparition au Burkina, le W135, aujourd'hui en recul mais qui peut resurgir et provoquer de nouvelles flambées épidémiques. "Si on arrive à éliminer le A, sachant que la nature a horreur du vide, il ne faudrait pas qu'on crée une niche pour le W135 ou d'autres sérogroupes", s'inquiète l'épidémiologiste. Une réserve maintes fois parvenue aux oreilles de l'équipe du projet qui répond invariablement qu'elle veut éliminer le risque d'épidémie, pas la méningite. "Entre sauver 1 500 morts par an au Burkina et davantage tous les 10 ans en Afrique et échafauder des hypothèses, que choisissez-vous?", demande Rodrigue Barry, qui estime qu'en raisonnant ainsi, on n'aurait pas éliminé la variole.

Souleymane Ouattara

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !