Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Cancers du sein et du col de l’utérus : Kimi offre 2 jours de dépistage gratuit aux Mouhounoises - 21/04/2008 - Le pays - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Kimi, association d'aide à la santé préventive dirigée par Sika Kaboré, épouse du président de l'Assemblée nationale, a organisé les 15 et 16 avril 2008 à Dédougou une campagne de formation et de sensibilisation à la lutte contre les cancers du sein et du col de l'utérus au profit des femmes de la Boucle du Mouhoun. Elle a également offert aux Mouhounoises une journée de dépistage gratuit au cours de laquelle 384 femmes ont été consultées. Parmi elles, 19 cas suspects de cancer du col de l'utérus ont été enregistrés.

C'est par une conférence publique que Kimi, association d'aide à la santé préventive dirigée par Sika Kaboré, épouse du président de l'Assemblée nationale, a démarré sa campagne de formation et de sensibilisation à la lutte contre les cancers du sein et du col de l'utérus à Dédougou. Animée par le docteur Charlemagne Ouédraogo, cette conférence, qui a connu la participation des premières autorités régionales, des élus locaux et nationaux, des directeurs et chefs de service et de nombreuses femmes venues des 6 provinces de la région, a planté le décor sur les deux pathologies gynécologiques qui constituent un problème de santé publique. Selon le conférencier, le dépistage précoce permet de traiter, de protéger et de sauver des femmes de ces cancers féminins. Sika Kaboré, présidente de Kimi, a saisi cette opportunité pour faire un plaidoyer à l'endroit des associations féminines et des leaders d'opinions afin qu'ils assurent le relais des messages auprès de leurs membres car, dit-elle, " les cancers féminins ne constituent pas une fatalité si nous prenons les armes.

Lorsqu'ils sont dépistés précocement et pris en charge de façon adéquate, ils peuvent être soignés " Cette campagne de lutte engagée par Kimi a permis d'outiller une douzaine d'agents de santé des 6 districts de la région au diagnostic et à la prise en charge précoce des cancers du col de l'utérus. L'auto- examen du sein étant le premier moyen de dépistage du cancer, des représentantes d'associations féminines et des professeurs des lycées et collèges des 6 provinces de la région ont été initiées à l'autopalpation des seins pour identifier à temps d'éventuelles anomalies à leur phase naissante. Cette formation a débouché, le 16 avril 2008, sur une journée gratuite de dépistage du cancer du col de l'utérus au cours de laquelle les femmes de tous les âges et de toutes les couches sociales ne se sont pas fait prier pour prendre d'assaut le CHR de Dédougou. Certaines ont dû soit dormir devant les salles de consultations, soit s'y rendre avant l'aube. 384 d'entre elles ont été consultées, parmi lesquelles 19 cas suspects du cancer du col de l'utérus ont été détectés.

Selon la présidente de l'association Kimi, la journée n'a pas pour but de rechercher de cancers, mais de donner des moyens aux gens de pouvoir lutter efficacement contre les cancers. Cependant, Kimi s'engage à accompagner, dans la limite de ses moyens, les personnes qui auront été dépistées positives, a fait savoir Mme Kaboré. Lorsqu'il faut des moyens plus importants, le ministère de la Santé s'engage à prendre le relais, a ajouté la présidente. Aussi, Kimi s'investit dans une formation continue en matière de prestation sanitaire de façon à ce que les femmes, partout où elles se présentent, puissent être dépistées si elles le souhaitent.

Pour cela, Mme Sika Kaboré a exprimé le souhait que les différents plateaux puissent être beaucoup plus performants qu'ils ne le sont à l'heure actuelle. L'intervention de Kimi dans la Boucle du Mouhoun a été très positivement appréciée par le gouverneur Pascal Bénon, qui a laissé entendre que les actions de celle-ci était concrètes et que les gens y adhéraient. Pour lui, l'affluence des femmes démontre qu'elles sont attachées aux problèmes de santé dans la région. Selon des statistiques, le col de l'utérus est la pathologie gynécologique qui touche plus les femmes dans la région de la Boucle du Mouhoun. En plus de la Boucle du Mouhoun, les femmes des régions de l'Est et du Sahel pourront bénéficier, les jours à venir, du geste de l'association Kimi, qui, en dehors de la lutte contre les cancers gynécologiques, mène également la lutte contre le trachome, la bilharziose et la drépanocytose.

Par Serge COULIBALY

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !