Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Fistule vésico-vaginale obstétricale - 15/09/2008 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le club des femmes professionnelles de carrière libérale et commerciale a organisé à Ouagadougou, le samedi 13 septembre 2008, une conférence autour du thème : “La fistule vésico-vaginale obstétricale existe au Burkina Faso et elle se soigne”. Cette conférence a été animée par le docteur Sophar Hien, chef du service urologie à l’hôpital Yalgado-Ouédraogo.

“Expliquer à ses membres la fistule vésico-vaginale obstétricale afin que celles-ci à leur tour sensibilisent autour d’elles sur cette maladie”, est l’objectif que vise le Club des femmes professionnelles de carrière libérale et commerciale (BPW en anglais). Ce club a donc organisé, samedi 13 septembre 2008 à Ouagadougou, une rencontre sur la thématique : “La fistule vésico-vaginale obstétricale existe au Burkina Faso et elle se soigne”. Le chef du service urologie de l’hôpital Yalgado-Ouédraogo, le docteur Sophar Hien qui était le conférencier, a d’abord souligné que “cette maladie est celle des pauvres, des analphabètes. Elle sévit surtout dans les pays en voie de développement”.

Il a, en outre, indiqué que “cette maladie est la cause de la marginalisation de certaines femmes, voire leur exclusion sociale”. Et au conférencier de rassurer les participants que la fistule vésico-vaginale obstétricale existe bel et bien au Burkina, mais elle se soigne. Finis donc les voyages coûteux pour aller se faire soigner au Bénin comme cela avait cours. Quant aux causes de la maladie, le docteur Hien a évoqué “les accidents de la route, les cancers mais surtout les grossesses mal suivies ou un accouchement non médicalement suivi”. “Les fistules vésico-vaginales obstétricales sont dues à une grossesse mal suivie et un accouchement non médicalement assisté ou insuffisamment assisté.

Lors de l’accouchement, normalement, l’enfant engage sa tête dans le bassin de la femme et lui permet de se dégager pour sortir de la filière génitale féminine. Lorsqu’il y a disproportion c’est-à-dire lorsque le fœtus est trop gros pour le bassin de la femme, ou bien quand il y a une mauvaise présentation, voire une mauvaise dynamique au niveau des contractions utérines, il arrive que la tête du fœtus se coince au niveau du bassin et comprime la vessie contre l’os pubien; cela peut durer longtemps entraînant ainsi un manque de sang (hysténie) au niveau de l’endroit comprimé. De sorte qu’au bout d’un certain moment, cet endroit meurt et pourrit, créant en conséquence un trou par lequel vont fuir les urines de façon indésirable”, a expliqué le docteur Hien. Au regard de l’ampleur de la maladie, le gouvernement burkinabè vient de lancer une campagne de lutte contre les fistules vesico-vaginales obstétricales.

180 femmes déjà opérées

Les Centres hospitaliers universitaires Yalgado-Ouédraogo et Sourou-Sanou ainsi que le CMA de Fada, sont les sites qui veillent au quotidien sur cette maladie dans le cadre de la campagne gouvernementale.
Cette campagne dans sa mise en œuvre, fait appel à des associations diverses dont BPW. “Ce sont plus de 180 femmes qui ont été prises en charge dans le cadre des campagnes de cure”, a déclaré le docteur André Yolland Ky de la Direction de la santé de la famille au Programme de coopération Burkina Faso-UNFPA. L’hôpital Yalgado a, à son actif, 92% de succès.

Le docteur Ky a aussi indiqué que “le coût d’une opération sur une fistule vésico-vaginale obstétricale est de l’ordre de 150 000 F à 250 000 F CFA selon le degré de complication. Mais, pour le moment au Burkina Faso, la maladie est gratuitement soignée, il suffit de se faire recruter”. La présidente du club des femmes professionnelles de carrière libérale et commerciale, Ramata Kabré a annoncé que sa structure compte renforcer ses actions. “Les membres qui ont été sensibilisées doivent servir de relais dans leurs milieux respectifs”, a-t-elle dit. Par ailleurs, elle a informé les membres présentes, de la location prochaine d’une maison pour y loger les femmes qui viennent pour se faire soigner.

La présidente souhaiterait donc pour ce faire, la contribution de chaque membre (en nature comme en espèce) pour aider les femmes malades une fois à Ouagadougou. La marraine du club, Mme Adèle Bouda (épouse de l’actuel ministre de la Santé) a rassuré le club de sa disponibilité à le soutenir et invite toutes les bonnes volontés à laisser parler leur cœur. Il est cependant possible de prévoir les fistules vésico-vaginales obstétricales. Il suffit que “les femmes suivent normalement les visites prénatales et évitent les accouchements à domicile”, a martelé le docteur André Ky .

Konwoman Rufin PARE
Edouard OUEDRAOGO
(Stagiaires)

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !