Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Plan stratégique de nutrition : A la recherche d’un équilibre alimentaire - 21/04/2009 - L'Observateur - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Notre pays est sur le point de se doter d’un plan stratégique de nutrition pour la période 2010 à 2014. C’est dans ce cadre que se tient à Ouagadougou, depuis hier 20 avril 2009, un atelier de consensus national.

La malnutrition, selon le Petit Larousse, c’est l’excès, l’insuffisance ou le déséquilibre des apports alimentaires. C’est sur ce phénomène que se penche le présent atelier de consensus national sur le plan stratégique de nutrition, qui s’est ouvert à Ouagadougou hier 20 avril sous l’égide du secrétaire général (SG) du département en charge de la Santé, le Pr Adama Traoré, représentant le ministre de tutelle.
Les problèmes de malnutrition au Burkina, a indiqué ce dernier dans son discours introductif aux travaux, « revêtent une ampleur et une gravité toute particulière chez les enfants d’âge préscolaire ». En attestent les statistiques qui font ressortir, selon lui, que 11% des enfants de moins de 5 ans sont affectés par la malnutrition aiguë contre « un peu plus d’un enfant sur trois de cette tranche d’âge » par sa forme chronique.
Et malgré les efforts consentis ces dix dernières années par le gouvernement et ses partenaires pour inverser la tendance par la mise en œuvre de programmes et projets, a-t-il dit, le phénomène demeure « en raison de ses causes multiples et multiformes et de son caractère transversal ».

Cette rencontre, prévue pour durer cinq jours, vise donc à adopter un plan stratégique contre toutes les formes de ce phénomène. Elle réunit des participants issus de plusieurs départements ministériels (Santé, Action sociale, Agriculture, Promotion de la femme…), des organisations non gouvernementales et des partenaires techniques et financiers.
Le plan stratégique de nutrition 2010 - 2014, a rappelé le SG de la Santé, est l’émanation de la politique nationale de nutrition, laquelle découle de la politique sanitaire nationale et du cadre stratégique de lutte contre la pauvreté.
Ce document, selon lui, se veut un « cadre de référence pour les interventions à travers des mesures participatives et concertées impliquant les communautés, la société civile et tous les acteurs du développement ». Les participants à cet atelier sont appelés à explorer ensemble les activités de nutrition aussi bien préventives, promotionnelles que curatives.
Ce, en vue de les soumettre aux plans d’actions des différents intervenants, notamment des structures de santé et des partenaires, suivant le domaine de compétences de chacune. Pour le Pr Adama Traoré, « lutter contre la malnutrition,…c’est lutter contre la pauvreté qui est un phénomène multidimensionnel dont la malnutrition est l’un des indicateurs les plus représentatifs ». Aussi urge-t-il, selon lui, que le Burkina s’investisse « durablement dans l’amélioration du statut nutritionnel de la population en général, et des groupes les plus vulnérables que sont les femmes et les enfants en particulier ».
Et l’adoption d’un plan stratégique de nutrition pour traduire en actions concrètes les orientations nationales, dans une perspective d’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement, est, de son point de vue, synonyme de volonté du Burkina de considérer la lutte contre la malnutrition comme un défi du développement humain durable.

Au dire du directeur de la Nutrition, Sylvestre Tapsoba, le document soumis à l’adoption des participants à l’atelier cerne tous les problèmes de nutrition, c’est-à-dire les aspects relatifs non seulement à l’enfant mais aussi des adultes. Même la question de la sécurité sanitaire des aliments, selon lui, tout comme le problème des produits avariés des supermarchés, constitue une composante importante du plan stratégique de nutrition.
A l’en croire, si le document est adopté au terme des cinq jours d’échanges, le Burkina peut espérer inverser la tendance de la malnutrition qui, selon le Pr Adama Traoré, fait le lit de certaines déficiences élevées en micronutriments et de la forte endémicité de maladies telles que la rougeole, la tuberculose et le VIH/Sida.

Hamidou Ouédraogo

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !