Santé tropicale au Burkina Faso - Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Burkina Faso > Revue de presse

Revue de presse

Burkina Faso: mortalité maternelle et néonatale ; Les leaders d'opinion s'engagent à combattre le mal - 22/09/2009 - Sidwaya - Burkina FasoEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La VIe édition de la Journée africaine de la lutte contre la mortalité maternelle et néonatale s'est tenue à Gaoua, chef-lieu de la région du Sud-Ouest, le jeudi 17 septembre 2009. Présidée par Mme Chantal Compaoré, épouse du chef de l'Etat, l'édition de cette année a été une occasion pour interpeller les leaders d'opinion à s'impliquer dans la lutte. La première Dame, Mme Chantal Compaoré invite les leaders d'opinion à s'engager dans la lutte contre la mortalité maternelle et néonatale.

Les autorités et la population du Sud-Ouest se sont massivement mobilisées pour marquer leur soutien à la première Dame dans sa lutte.

La mortalité maternelle et néonatale constitue un problème de santé publique en Afrique. C'est pour juguler ce fléau que les premières Dames d'Afrique de l'Ouest et du Centre, réunies à Bamako en 2001 dans le cadre de "La vision 2010", ont initié une Journée africaine de lutte contre la mortalité maternelle et néonatale. Au Burkina Faso, la journée s'est tenue cette année à Gaoua le 17 septembre 2009 sous le thème : "Les leaders administratifs, politiques, coutumiers et religieux s'engagent en faveur de la santé de la mère et du nouveau-né".

Donner la vie est une noble fonction naturelle qui devrait survenir toujours dans l'amour et la joie de la mère, mais également de la société, a laissé entendre le ministre de la Santé, Seydou Bouda. Malheureusement, ce n'est pas toujours le cas dans les pays en développement. En effet, cette aventure se termine souvent de façon dramatique, par le décès de la mère en couches ou du nouveau-né. La situation est très préoccupante au Burkina et particulièrement, dans la région du Sud-Ouest, a souligné la coordinatrice régionale des femmes de la région, Mme Ini Inkouraba Youl.

Selon elle, seulement 30% de femmes dans le Sud-Ouest, accouchent dans des centres de santé. Les 70% le font à domicile sans assistance qualifiée et dans des conditions d'hygiène et de salubrité déplorables, conduisant très souvent au décès de la mère ou du nouveau-né. "Ces décès sont souvent dus à l'éloignement des centres de santé, à des voies impraticables, aux moyens de transport inadaptés, à la pauvreté et aux croyances traditionnelles", a précisé Mme Youl.

Le Recensement général de la population et de l'habitat de 2006 relève que le ratio de mortalité maternelle au Burkina Faso est estimé à 307,3 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes. C'est face à cette situation inquiétante que l'édition de cette année interpelle les leaders d'opinion à s'engager pleinement dans la lutte contre la mortalité maternelle et néonatale pour qu'aucune femme ne meurt encore en voulant donner la vie.

Consciente que ce sont ces leaders qui possèdent le pouvoir décisionnel ou la capacité de convaincre quant à la fréquentation des services de santé, la première Dame, Mme Chantal Compaoré les a invités à s'investir désormais à accompagner la lutte contre la mortalité maternelle et néonatale. "Je voudrais en ce jour, encore en appeler aux leaders administratifs, politiques, coutumiers et religieux, afin qu'ils accordent davantage d'attention à la santé de la mère et de l'enfant au Burkina Faso. Chaque leader doit user de son influence pour sensibiliser ses communautés de base à une utilisation systématique des services de santé par les femmes, en particulier et la population, en général", a indiqué Mme Chantal Compaoré.

Appel qui a eu un écho favorable, car les représentants des leaders d'opinion se sont publiquement engagés à user de leur influence et de leur pouvoir de décision dans la société pour combattre à jamais ce fléau qui endeuille, chaque jour, des familles. Le ministre de la Santé, tout en reconnaissant la gravité de la situation, estime que beaucoup d'efforts sont faits dans son département pour la suivie et l'accompagnement des femmes, de la grossesse à l'accouchement.

Il s'agit de l'acquisition de 42 centres médicaux avec antenne chirurgicale fonctionnels sur l'ensemble du territoire, 12 hôpitaux régionaux et universitaires, l'augmentation des effectifs des agents de santé, la gratuité des consultations prénatales et la subvention des accouchements et des soins obstétricaux et néonatales d'urgence. Le ministre a tenu à remercier la première Dame pour son engagement sans faille aux côtés du ministère de la Santé dans sa lutte pour un accouchement sans risque.

Les partenaires techniques et financiers, par la voix du Docteur Djamila Cabral, représentante de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) au Burkina, ont réaffirmé leur disponibilité à accompagner les autorités burkinabè dans la lutte contre la mortalité maternelle et néonatale.

Lire l'article original

Plus d'articles Burkinabè - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Burkina FasoSanté tropicale au Burkina Faso
Le guide de la médecine et de la santé au Burkina Faso


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !